Xiaomi: Sur les traces de Huawei, l'élève a dépassé le maître !

Xiaomi: Sur les traces de Huawei, l'élève a dépassé le maître !

Le Handelsblatt a récemment annoncé que Xiaomi installera son siège européen à Düsseldorf, en Allemagne. Cela renforce la position de l'entreprise sur le marché européen et donne un coup de pression supplémentaire Huawei déjà en difficulté actuellement.

"Xiaomi", lorsque je mentionnais ce nom parmi mes amis ces dernières années, les réactions étaient mitigées. Certains connaissaient déjà le géant des smartphones, d'autres me regardaient d'un air interrogateur. Huawei, en revanche, est connu de tous dans mon entourage. En quelques années seulement, Huawei est devenu un acteur de premier plan aux côtés de Samsung et d'Apple, et je pense que Xiaomi a depuis longtemps décidé de suivre cette voie.

Comme le Handelsblatt a pu le découvrir, Xiaomi installera son siège européen à Düsseldorf. C'est là que se trouve déjà le magasin phare de l'entreprise et également le siège allemand de Xiaomi. Des centaines d'emploi vont être créés à Düsseldorf et les activités européennes de l'entreprise seront gérées à partir de là.

Ce n'est donc pas un hasard si Xiaomi choisit maintenant la métropole du Rhin comme siège européen, en Allemagne Düsseldorf était une évidence pour ce choix. Mais certains seront peut être surpris que l'entreprise chinoise ait choisie l'Allemagne et pas la France ou l'Espagne, où le fabricant est actif depuis plus longtemps et plus solidement ancré.

Xiaomi est "venue pour rester".

Ainsi, lorsque Xiaomi choisit l'Allemagne comme lieu d'implantation, ce n'est pas un hasard, ni une considération purement logistique. C'est un choix stratégique. Je ne veux pas remettre en question l'importance de pays comme la France ou l'Espagne, mais un siège social en Allemagne a un attrait différent à mes yeux. À mon avis, Xiaomi a maintenant suffisamment avancé, s'est fait progressivement une place en Europe (si je me souviens bien, les smartphones du fabricant chinois ont été vendus pour la première fois en Europe, en Pologne en 2016) et est maintenant prêt à faire une démonstration de puissance.

Demandez à l'entreprise elle-même et vous obtiendrez une réponse claire sur la raison pour laquelle elle est allée à Düsseldorf. Il s'agit de la logistique, des entreprises résidentes et, enfin, de la ville et de la région elle-même. En réponse à une demande d'explications, Xiaomi nous a renvoyé à la déclaration du directeur national Alan Chen Li, qui est la suivante:

"Trois choses jouent en faveur de Düsseldorf : les bonnes liaisons aériennes avec notre siège et les autres bureaux en Europe occidentale, les synergies avec tous les autres acteurs de notre secteur, et il y a aussi quelques opérateurs de téléphonie mobile qui ont leur siège dans cette région, par exemple Vodafone, Deutsche Telekom et 1&1. Certains de nos distributeurs les plus importants sont également situés dans la région. De plus, Düsseldorf est une belle ville, très ouverte, surtout aux autres cultures. Nous nous considérons comme une "entreprise mondiale locale" et sommes venus pour rester, c'est pourquoi il est aussi particulièrement important pour nous de travailler avec des partenaires locaux à Düsseldorf et de nous ancrer ici. Un bon exemple en est notre partenariat pluriannuel avec Fortuna Düsseldorf, que nous avons conclu l'automne dernier, ou notre engagement prévu en tant que sponsor et partenaire de la Startup Week en juin 2021 ici à Düsseldorf".

C'est un engagement très clair en faveur de Düsseldorf en tant que site d'implantation et une explication compréhensible du fait que Xiaomi ait choisi la capitale de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Néanmoins, je pense que cela devrait aussi être un signal lorsque les gens choisissent consciemment l'Allemagne. C'est l'un des marchés les plus importants du monde, peut-être le plus important d'Europe. Cela montre que vous avez confiance en vous lorsque vous vous y installez.

Xiaomi Store Duesseldorf
La boutique Xiaomi à Düsseldorf / © Xiaomi

Xiaomi profite de la faiblesse de Huawei mais n'en dépend pas

De temps à autre, nous regardons la Chine et l'Asie en général avec fascination. Des entreprises comme Vivo et OPPO, mais aussi Realme, sortent souvent de nulle part pour nous, Occidentaux, et conquièrent un pays après l'autre en Asie. Cela n'a donc pas d'impact direct sur les marchés occidentaux, il en faut plus pour cela. Huawei a également suivi cette voie et est passé du statut de poids lourd en Chine à celui de débutant en Europe, jusqu'à ce qu'il devienne enfin une puissante marque de smartphone chez nous.

Je n'ai pas besoin de vous dire pourquoi Huawei a du mal à maintenir cette réputation. L'entreprise est toujours coincée dans la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, et a donc connu une année désastreuse. Sans qu'il y ait faute de sa part, bien sûr.

Mais revenons à Xiaomi : l'entreprise fait aussi simplement beaucoup de choses bien, en offrant le bon mélange d'innovation et de rapport qualité-prix avec sa gamme de produits, et elle est aussi arrivée en Europe depuis longtemps.

Lire aussi:

Xiaomi ne peut rien contre la faiblesse de Huawei, mais ils continuent à l'utiliser involontairement pour eux-mêmes. L'entreprise a longtemps joué un rôle important en faveur des acheteurs en Allemagne et en Europe en général. Ce "rôle important" est peut-être même sous-estimé, si l'on considère l'évolution de l'année dernière.

Canalys Smartphones Q4 2020 Europe
En Europe, Xiaomi a déjà dépassé Huawei / © Canalys
Canalys Smartphones Q4 2020 Germany
... De même en Allemagne / © Canalys

Globalement, grâce aux nombreux pays asiatiques où il se porte bien (par exemple, il est leader du marché en Inde), Xiaomi n'est de toute façon plus à exclure des tops fabricants de smartphones, comme l'illustre la photo suivante. Là, ils se rapprochent même de Samsung : alors que les Coréens s'en sortent avec 17% de part de marché au quatrième trimestre, Xiaomi se rapproche et a atteint une part de marché de 12% selon les chiffres de Canalys.

Canalys Smartphones Q4 2020 World
Xiaomi: une puissance mondiale ! / © Canalys

Une passation de pouvoir dans un contexte compliqué

Si vous demandez aux employés de Xiaomi, ils ne sont certainement pas contents qu'on ait l'impression qu'ils ne font que profiter de l'affaiblissement de Huawei. Je pense que les chiffres le confirment aussi, Huawei n'est pas à l'origine du succès de Xiaomi. Après tout, la concurrence sur le marché des smartphones est énorme, et quiconque a été capable de vendre 43,4 millions d'appareils dans le Q4 2020 et de connaître une amélioration de 31 % par rapport à l'année précédente en pleine pandémie, a clairement prouvé sa force.

Si Huawei n'avait pas cette fâcheuse liste noire sur les bras, l'équilibre des pouvoirs aurait pu évoluer différemment. Mais le fait que les gens achètent massivement les smartphones Xiaomi et ne se tournent pas vers d'autres marques n'a rien à voir avec la faiblesse de Huawei. Cela tient au fait que les gens du monde entier voient en Xiaomi une véritable alternative à Apple et Samsung et à Huawei aussi. Quoi qu'il en soit, il ne sert pas à grand-chose de penser à la place qu'occuperait Xiaomi en Europe aujourd'hui si Huawei n'était pas en difficulté.

En fait, je pense que Xiaomi n'apprécie pas que l'on fasse constamment le lien avec la crise de Huawei, car cela donne l'impression que la situation de Huawei a plus à voir avec le succès de Xiaomi que ses propres réalisations. Mais une fois de plus, Xiaomi s'est battue avec acharnement pour tout cela au fil des ans et récolte maintenant ce qu'ils ont construit. Là encore, regardez le graphique de l'Allemagne ci-dessus et faites le calcul vous-même : Les quatre premiers (Samsung, Apple, Xiaomi et Huawei) vendent 9 smartphones sur 10 en Allemagne et la situation en Europe est très similaire.

Ce calcul est simple, on ne peut actuellement arriver qu'à une seule conclusion : Xiaomi a pris la place de Huawei ! Trois de ces quatre protagonistes sont très présents sur le marché, l'un d'entre eux est moins présent et les autres suivent avec un écart énorme.

Il est également clair qu'avec des entreprises comme OPPO, Realme et Vivo, d'autres fabricants chinois sont en embuscade et cherchent également à grignoter une ou deux parts de marché. Mais eux aussi auront besoin de temps avant d'avoir un impact important sur le marché local.

Vive le nouvel empereur de Chine !

La réalité est donc qu'il y a toujours trois grands acteurs, mais le troisième n'est tout simplement plus Huawei, mais Xiaomi. Pour la plupart d'entre vous, Xiaomi est déjà un acteur important de toute façon. Mais pour le grand public en dehors de l'Asie (et de l'Amérique du Sud), Xiaomi commence à peine à apparaître sur le radar pour un certain nombre de personnes.

Personnellement, je trouve cela très inhabituel et je ne pense pas l'avoir déjà vu sous cette forme, où un grand nom chute aussi rapidement et est remplacé presque sans transition. Cela me touche aussi, je dois l'admettre, car je suis en bons termes avec l'entreprise et beaucoup de ses employés et j'aime toujours utiliser mon Huawei P30 Pro comme smartphone quotidien donc je ne me réjouis certainement pas de la situation de Huawei. Au contraire, dès que cette question fastidieuse de la guerre commerciale pourra être réglée, je suis certain que Huawei saura de relever et repartir vers de l'avant.

Mais à l'heure actuelle, Huawei a été de manière totalement injustifiée à mon avis, évincé de la première place mondiale et doit se contenter du bas du classement, du moins pour le moment.

Il y a quelques années seulement, Huawei a annoncé avec beaucoup de confiance qu'il voulait briser le duopole Apple/Samsung, et il y est ensuite parvenu avec brio. Même si vous ne voulez pas l'accorder à Huawei ni à Xiaomi et cela va certainement à l'encontre de l'opinion de nombreux fans de Huawei : en Allemagne, en Europe et dans le monde, un changement de pouvoir a eu lieu dans le plus grand des calme. Xiaomi a suiviles traces de Huawei et est maintenant la puissance chinoise qui mène la vie dure à Apple et Samsung. Vive le nouvel empereur de Chine !

Qu'en pensez-vous ?

Oui, j'ai probablement pris un gros risque et il est possible que plusieurs personnes ne soient pas d'accord. Certains parce que je les écarte pour l'instant, d'autres parce qu'on pourrait croire que leur succès a beaucoup à voir avec l'échec de leur concurrent.

Une raison suffisante, donc, pour mettre en jeu une autre entité: vous ! J'aimerais donc vous demander de me faire part de votre point de vue dans les commentaires. Dites-moi si vous pensez que Huawei va revenir plus fort et repartir à la conquête de sa couronne ou s'il en est finit de lui. De même, dites-moi ce que vous pensez du succès de Xiaomi et si vous croyez d'un acteur complètement différent comblera le vide de Huawei.

Cet article a été traduit de l'allemand puis adapté éditorialement par Florian Philon. La version originale écrite par Carsten Drees a été initialement publiée sur NextPit.de le 26 Février 2021.

Ce article vous a-t-il plu? N'hésitez pas à le partager!
Rejoignez la discussion maintenant

7 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Ali Gator depuis 6 mois Lien du commentaire

    Curieux de voir HMD Global progresser en Allemagne. Par contre, j'aurais aimé voir le classement en France...


  • Jerome69Paris depuis 6 mois Lien du commentaire

    Düsseldorf s'imposait d'évidence, cette ville où j'ai habité dans ma jeunesse, fin des années 70/début des années 80 (mon père avait ses bureaux sur la "Kö"), est magnifique et le pouvoir d'achat y est élevé. Pour l'image de marque d'une société, c'est la ville idéale, Berlin est nettement plus excentré à l'Est.

    Quant à savoir si Xiaomi en est là où il est grâce à ce qu'a subit Huawei, je n'en sais rien, mais cette affaire ne peut forcément pas avoir nui à Xiaomi. Cela étant dit, Xiaomi avait grimpé bien avant l'affaire Huawei. L'avenir dira si Huawei trouvera la bonne solution pour compenser son boycott américain. Et une fois l'hystérie anti-Trump passée (mais passera-t-elle un jour ?), l'Histoire avec un grand H nous dira peut-être aussi si le boycott de Huawei était justifié ou non. N'oublions pas que les Chinois ne sont pas des enfants de chœur...surtout dans le monde des affaires où ils excellent depuis des millénaires.


  • Manolhippo depuis 6 mois Lien du commentaire

    Pas très difficile avec un énorme coup de pouce américain.
    Xiaomi, est d'ailleur une création américaine avec la moitié des son actionnariat qui est américain (Black Rock, Vanguard Group, Capital Research & Management et Apoletto Manager).


  • louis hory depuis 6 mois Lien du commentaire

    Que je ne sois pas complétement d'accord avec la thèse de l'article ne surprendra guère😉

    Pour moi, une bonne partie de "l'échec" de Huawei provient de la volonté politique des USA de voir leur hégémonie sur l'industrie du numérique leur échapper.
    Tant que leurs champions (Apple et Google) pourront continuer à dominer la scène internationale dans le domaine, ils laisseront faire mais quand un maillon essentiel, comme la 5G, pourrait leur échapper, ils continueront à intervenir sèchement.

    Alors tant que Xiaomi ne se prendra pas pour Huawei, il n'aura rien à craindre mais s'il voulait sortir du status quo d'aujourd'hui, gare à lui !

    Mais je crois que tous les acteurs non-étasuniens du secteur ont bien compris la leçon qu'à reçu Huawei...
    Du coup, je ne me sens pas si opposé au sens de l'article, j'y apporte juste un bémol...ou un complément.


    •   52
      Compte désactivé depuis 6 mois Lien du commentaire

      Hormis les pro USA qui veulent se cacher la vérité, je pense qu'on a tous compris que Huawei et même Xiaomi (placement sur la liste noire militaire pour le priver de financements américains et ainsi ralentir leur expansion) sont uniquement victimes de la guerre commerciale impitoyable que se livrent les USA et la Chine, même si ce placement sur la liste noire militaire n'aura, à mon avis, que peu d'effets sur l'expansion de Xiaomi au niveau mondial, et effectivement, toutes les entreprises non américaines devraient toutes se méfier dès lors qu'elle sont en concurrence avec des entreprises américaines leader dans leur marché, surtout si elles sont en passe de contester voire de leur piquer ce leadership. Dans un secteur qui ne nous intéresse pas ici (et dont on a pas entendu parler sur un site tech, mais dans les médias économiques pour ceux que cela intéresse), une entreprise européenne leader dans son marché, Airbus Industries, en a lui aussi été victime, à l'été 2019, quand l'administration américaine (Trumpienne) a décidé, unilatéralement, d'une sanction de 7 milliards de dollars pour aider Boeing (déjà en grosse difficultés face à Airbus à l'époque), et ce malgré l'opposition du FMI. On a pu constater aussi les menaces de Trump pas du tout voilées lorsque la France et, plus tard, l'Europe ont parlé de sanctionner financièrement les GAFAM pour leurs pratiques fiscales scandaleuses...
      Mais qu'Ils (l'administration américaine) se méfient, les entreprises chinoises (et non chinoises aussi) ont, ils me semblent, compris le message et sont en train de s'unir pour se passer, autant que possible, des technologies américaines, et les entreprises chinoises, qui ont les moyens de leurs ambitions, sont en train de devenir des monstres technologiques indépendants des USA, contre lesquelles les entreprises, ainsi que l'administration, américaines, sans moyens de pression ou presque, ne pourront, à moyen terme (dans les 5 ans à venir on peut certainement dire) pas grand chose...
      J'ai vraiment l'impression que l'administration américaine fait une très grosse erreur, avec ce protectionnisme exacerbé, en risquant de se mettre le monde (quasiment) à dos, et que cela va se retourner contre ces entreprise américaines, avec un retour de bâton violent pour elles... le juste retour de la monnaie, soit.


    • Jerome69Paris depuis 6 mois Lien du commentaire

      @Louis

      Je partage ton analyse. Pour se rendre compte des méthodes abjectes utilisées par les Américains, il suffit d'écouter l'excellente interview du pauvre Frédéric Pierucci, ancien directeur commercial d'Alstom, sur la chaîne YouTube "Thinkerview", il a vécu un enfer à cause d'eux.

      N'oublions jamais les paroles de Mitterrand à propos des Américains :

      « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition