WhatsApp tente (encore) de rassurer ses utilisateurs sur la protection de leurs données

WhatsApp tente (encore) de rassurer ses utilisateurs sur la protection de leurs données

Après un véritable soulèvement des utilisateurs de WhatsApp et Facebook contre les nouvelles conditions d'utilisation annoncées le 8 janvier, la société veut maintenant faire clarifier- encore une fois- la situation en montrant patte blanche et jouant la carte de la transparence affichée sur la collecte de nos données.

WhatsApp a provoqué un tollé parmi ses utilisateurs il y a quelques jours avec l'annonce de nouvelles conditions d'utilisation qui doivent s'appliquer à partir du 8 février. Un cafouillage niveau communication autour du partage de données personnelles avec Facebook qui pourrait coûter cher à l'entreprise passée en mode "damage control" pour sauver les meubles.

WhatsApp veut donc à nouveau préciser que les nouvelles conditions d'utilisation ne devraient pas avoir d'impact sur la vie privée des utilisateurs lorsqu'ils parlent à leurs amis ou à leur famille. Toutefois, selon WhatsApp, cela peut être différent pour les conversations avec les entreprises.

WhatsApp clarifie la situation

Dans sa tentative de répondre aux questions clés des utilisateurs, WhatsApp poursuit en écrivant que les groupes privés continueront également à être protégés. Selon WhatsApp, les données nécessaires sont utilisées exclusivement pour la transmission des messages et pour la protection contre les spams ou les abus. Les utilisateurs peuvent, s'ils le souhaitent, ajouter une date d'expiration à leurs messages afin qu'ils soient automatiquement supprimés.

whatsapp privacy policy faq
Cette clarification de l'entreprise est destiné à donner un aperçu rapide de ce qu'elle fait et ne fait pas WhatsApp / © WhatsApp

En outre, l'application ne collecte pas d'informations sur les personnes que vous appelez ou à qui vous envoyez des messages. L'entreprise souligne ici qu'elle est en avance sur les opérateurs mobiles traditionnels, par exemple, qui stockent de telles données.

Selon l'article, ni WhatsApp ni Facebook ne sont capables de voir le lieu qui a pu être partagé avec des amis. Si l'on permet à l'application d'accéder au carnet d'adresses, les données collectées dans le cadre de ce processus ne sont pas partagées avec Facebook.

Enfin, ceux qui veulent savoir exactement quelles données WhatsApp a recueillies peuvent demander le téléchargement de ces informations.

WhatsApp Business: Les messages peuvent être utilisés pour la publicité

Alors que la communication dans les conversations privées se fait entre les appareils des utilisateurs classiques, il peut en être autrement dans les discussions professionnelles. Du côté des entreprises, par exemple, une application "cloud" de Facebook peut être utilisée pour héberger les conversations WhatsApp avec ladite entreprise. 

Avec un tel système, le contenu peut être utilisé à des fins de marketing. Cela peut signifier l'affichage de publicités sur Facebook ou Instagram. En outre, les magasins de Facebook peuvent être personnalisés en fonction de l'utilisateur grâce à ces informations. Toutefois, ces caractéristiques sont facultatives, selon l'entreprise et les utilisateurs seraient notifiés lorsqu'ils interagissent sur WhatsApp avec une entreprise utilisant les services d'hébergement de Facebook.

Pas de transfert de données entre WhatsApp et Facebook dans l'UE

L'article ne précise malheureusement pas dans quelle mesure les règles commerciales décrites s'appliquent également aux utilisateurs dans l'UE. Le tollé des utilisateurs a déjà poussé les porte-parole de l'entreprise à contacter divers médias la semaine dernière pour préciser qu'il n'y aura pas de changement dans les pratiques de partage des données de WhatsApp dans l'Union Européenne (y compris au Royaume-Uni).

Mais concrètement, cela veut dire que deux cas de figure pourraient donc se présenter. Soit l’entreprise héberge elle-même le chat WhatsApp, ce qui lui permet de conserver le chiffrement et donc la confidentialité des échanges avec ses clients, soit elle passe par Facebook pour héberger le chat WhatsApp, ce qui autorise le réseau social à exploiter les données échangées par les clients avec l'entreprise dans ce seul chat.

Les utilisateurs européens ont donc l’obligation d’accepter les nouvelles conditions d’utilisation, dans le cas où ils échangeraient sur WhatsApp avec une entreprise utilisant les services d'hébergement de Facebook. Mais officiellement, rien ne change effectivement en ce qui concerne les chats des utilisateurs entre eux.

Pour autant, il est certain que WhatsApp va souffrir d'une sérieuse perte de confiance d'une partie de ses utilisateurs. Sa communication ambiguë et l'obligation d'accepter des conditions tout en "promettant" que rien ne changera ne permettront sûrement pas de convaincre les utilisateurs les plus sceptiques.

À lire également sur NextPit France:

Cet article a été traduit de l'allemand puis adapté éditorialement par Florian Philon. La version originale écrite par Holger Eilhard  a été intialement publiée sur NextPit.de le 13 Janvier 2021.

Source : WhatsApp

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Phaeton depuis une semaine Lien du commentaire

    Trop tard !
    Fallait y penser avant, hein FB ?!?!
    Ciao et sans rancune !
    En plus, à bien y regarder, t'étais vraiment moche !


  • Trop tard, la confiance n'y était plus depuis un bon moment déjà, mais là c'est carrément terminé. Je conserve l'appli par nécessité de pouvoir joindre et être joint par mes contacts qui n'ont pas encore basculé sur Telegram ou Signal, mais c'est vraiment contraint et forcé. Je ne veux plus RIEN avoir à faire avec les applis liées à Facebook ou à tout autre violeur de vie privée et pompeur de données personnelles. J'utilise systématiquement Telegram et Signal avec mes contacts qui les utilisent.

    Reste que j'ai fait le calcul, sur mes 125 contacts, 45 % utilisent WhatsApp et seulement 5 % utilisent Telegram et Signal. Et sur les 81 contacts de ma femme, 75 % utilisent WhatsApp et seulement 5 % utilisent Telegram ou Signal...


    • Antoine Engels
      • Admin
      • Staff
      depuis une semaine Lien du commentaire

      Qu'on croie WhatsApp ou non. Je trouve ça assez ouf la shitstorm qui a découlé de tout ça. Je ne pense pas que ça aurait été possible il y a 2-3 ans. Ce serait passé inaperçu.

      On a quand même la plus grosse app de messagerie qui appartient à l'une des plus grosses entreprises tech au monde qui se rend compte que sa masse critique d'utilisateurs ne lui permet plus d'être intouchable.

      Pour une fois que la cancel culture a des effets bénéfiques lol.


      • Ce que vivent WhatsApp, Twitter, Facebook et d'autres en ce moment me rappelle l'hélico prêt à décoller dans les jardins de l'Élysée au début des Gilets Jaunes. Ça fait comprendre à ceux qui se croient intouchables qu'ils sont plus vulnérables qu'ils ne le pensent. Retour à la réalité, ça ne leur fera pas de mal...malheureusement.

        Heureusement, beaucoup de gens ont fini par ouvrir les yeux sur beaucoup de sujets, cela dit il était temps, depuis le temps qu'on se paye leur tête H24.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition