Le cauchemar : une facture de 1 000 euros pour un Mode avion non activé !

Le cauchemar : une facture de 1 000 euros pour un Mode avion non activé !

N'oubliez jamais de mettre votre téléphone sur Mode avion ! L'utilisation de vos données cellulaires dans un avion ou sur un bateau navigant dans les eaux internationales peut rapidement s'avérer coûteuse. Un surcoût lié à cette utilisation s'applique en effet malgré la réglementation de l'UE et inclut aussi les eaux territoriales des pays membres de l'Union Européenne. Cet article met principalement en lumière des exemples provenant d'abonnés allemands. Une facture salée peut donc vous attendre à la fin de vos vacances même si vous n'avez pas beaucoup utilisé votre téléphone portable à bord.

Vous attendez pour prendre l'avion. Vous montez à bord, rangez vos bagages et mettez votre veste dans le compartiment à bagages. L'avion décolle puis vous lisez un livre ou regardez un film offert par le système de divertissement en vol jusqu'à ce que vous vous endormiez. Mais après les vacances c'est la douche froide : vous recevez une énorme facture de téléphone de plusieurs centaines d'euros ! Faites donc attention à l'itinérance des données cellulaires dans les avions et les bateaux car celle-ci est extrêmement coûteuse et échappe aux réglementations en vigueur dans l'UE !

The Guardian et le site Heise.de ont démontré à l'aide de plusieurs exemples-types que les voyageurs sont étonnamment mal protégés en ce qui concerne les frais d'itinérance lors de leurs déplacements. Les associations de défense des consommateurs tirent également la sonnette d'alarme : si vous ne voulez pas recevoir une facture de plus de 1 000 euros, vous devez prendre des précautions.

Combien coûte l'itinérance des données cellulaires dans un avion ou un bateau ?

Les cas analysés par The Guardian et le site Heise.de montrent des passagers qui étaient connectés à l'opérateur de réseau AeroMobile. Sur son site Internet, ce partenaire de nombreuses compagnies aériennes explique que " des frais d'itinérance sont encourus ". Cependant, le montant varie selon votre opérateur mobile. En fin de compte, ce que vous payez pour utiliser WhatsApp dans l'avion dépend de votre contrat de téléphonie mobile.

Un plafond de 59,50 euros de frais d'itinérance pour des contrats de téléphonie mobile souscrits chez des opérateurs d'un pays membre de l'UE est appliqué à AeroMobile ainsi qu'à son homologue opérant sur les navires de croisière et les ferries. Mais les factures deviennent salées très rapidement. L'association allemande de défense des consommateurs a par exemple effectué les calculs suivants :

"Des prix très différents s'appliquent selon le type d'accord d'itinérance conclu entre votre opérateur de réseau mobile et l'opérateur de réseau par satellite du navire concerné : Un mégaoctet (Mo) peut coûter jusqu'à 30 euros. Par exemple, un Mo est suffisant pour envoyer ou recevoir 20 e-mails sans photos voire pour ouvrir cinq pages Web. En ce qui concerne les appels téléphoniques vers l'Allemagne, des montants entre 3 et 7 euros par minute sont facturés selon le fournisseur concerné. Dans certains cas, des frais d'accès à distance peuvent également s'appliquer."

Les calculs de cette association de consommateurs mettent en lumière deux faits choquants :

  1. Une utilisation de 48 MByte pour un transfert de données peut faire monter la facture à plus de 1 100 euros.
  2. La moitié des transferts de données ne s'élevant qu'à 10 Ko, le reste de la consommation n'est pas due à  une utilisation active de l'appareil.

Certains fournisseurs de téléphonie mobile allemands limitent ce type de pratique. L'enquête a déterminé que...

  • Telekom applique toujours le plafond de 59,50 euros proposé par l'UE  y compris dans les bateaux et les avions.
  • L'utilisation en roaming de Vodafone doit être rajoutée et le plafond de 59,50 euros s'applique.
  • Chez O2, seuls les clients sous contrat peuvent se connecter aux réseaux offerts par les compagnies de transport, pas les clients utilisant une carte prépayée. La fonction d'utilisation de ces réseaux est bloquée par défaut pour les clients d'O2, mais peut être débloquée sur demande. Il n'y a pas de plafonnage des prix. Particulièrement contraignant : les connexions au WiFi sont facturées par O2 avec un temps de décalage (facturation hors ligne) de sorte à ce que des surcoûts élevés puissent s'accumuler. 
  • Les marques de Drillisch (WinSim, smartmobil, PremiumSIM, etc.) permettent le roaming sans entrave, c'est-à-dire autorisent les dépassements de forfait et des factures très élevées. 

Les fournisseurs devraient informer rapidement leurs clients des surcoûts liés à l'itinérance des données cellulaires. Pourtant, l'enquête de Heise.de a révélé que ces SMS arrivaient souvent beaucoup trop tard (c'est-à-dire lorsque les premiers octets de données étaient déjà transmis à un prix exorbitant), et qu'ils ne contenaient aucune information sur les coûts réels.

Comment puis-je éviter ces surcoûts de téléphonie mobile à bord ?

Comme il n'y a pas de règlementation contre les dépassements de forfait, vous devez prendre vous-même vos précautions.

  • Découvrez quel fournisseur de réseau internet utilise la compagnie aérienne ou le navire. 
  • Demandez à votre opérateur mobile ses frais d'itinérance.

Et pour vous assurer que cela ne vous n'arrive jamais :

  • Passez en Mode avion dès que vous montez à bord. Activez le WiFi et le Bluetooth séparément si nécessaire lorsqu'il est encore en mode vol.
  • Rentrez dans les paramètres de connexion que vous recherchez des réseaux de connexion manuellement.
  • Désactivez l'itinérance des données cellulaires (en dehors de l'UE ou près des frontières extérieures de l'UE).
  • Pour Huawei : Désactivez le WiFi+.
  • Désactivez la messagerie ou transférez immédiatement tous les appels vers celle-ci.
roaming deaktivieren 2020 01 13
Dans les paramètres de connexion, vous pouvez éviter les coûts de roaming / © NextPit

L'association allemande des consommateurs recommande également de passer à des connexions WiFi parce que les frais d'utilisation sont plus transparents, et vous les payez indépendamment de votre facture de téléphone.  

L'usage de votre boîte vocale peut aussi être surtaxée si vous avez activé la fonction de déviation des appels. Si on vous téléphone à bord et que vous ne décrochez pas, vous paierez le double des frais d'itinérance : vous allez payer à la fois pour l'appel entrant en provenance d'Allemagne et pour l'appel sortant de votre téléphone portable vers votre boîte vocale en Allemagne.

Puis-je contester une facture avec des frais d'itinérance de données cellulaires ?

Vous avez en Allemagne un délai de huit semaines pour contester votre facture. Vous pouvez également demander un protocole technique sur les différentes connexions de données. Vous avez de la chance de ne pas payer si votre fournisseur de téléphonie mobile ne respecte pas l'obligation d'information ou de diligence. C'est le cas par exemple si le SMS d'information arrive trop tard.

Conclusion : un passager clandestin dans votre poche 

En résumé, un nombre considérable de contrats souscrits et presque tous les smartphones ont été fabriqués de manière à favoriser les surcoûts liés à l'itinérance de données cellulaires dans les avions et en mer. Que vous utilisiez activement votre smartphone ou non, cela ne fait pratiquement aucune différence : même la plus petite quantité de données provenant des messages de chat reçus ou des appels manqués qui sont ensuite transférés vers votre boîte vocale fera grimper votre facture sans que vous vous en aperceviez.

Certains fournisseurs de téléphonie mobile ont défini de leur propre initiative de plafonnage. Mais Drillisch, le fournisseur connu pour ses tarifs bon marché, semble peu concerné par les énormes sommes d'argent que doivent payer leurs clients. Que ce soit les fabricants de téléphones ou Google (la société responsable du système d'exploitation), personne ne semble vouloir mettre en place des mécanismes automatiques efficaces.  

Même si les coûts sont définis par des fournisseurs tels qu'AeroMobile et ses homologues du secteur nautique, nos fournisseurs de téléphonie mobile devraient donner plus d'autonomie à leurs clients. Une simple pression sur un bouton du centre de services en ligne ou un appel au numéro du service client devraient suffire pour désactiver l'itinérance à l'étranger.  

Au lieu de cela, les clients restent dans l'ignorance la plus complète et ne peuvent se protéger efficacement d'éventuels surcoûts sans pour autant renoncer complètement à leur téléphone portable ou à leur carte SIM durant leur voyage. Tant que cette escroquerie se poursuivra, votre smartphone pourrait potentiellement se transformer en passager clandestin dans votre proche et beaucoup d'opérateurs de téléphonie mobile seraient alors complices.

Et vous, avez-vous été victime de surcoût lors d'un voyage ? N'hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires.

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

7 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition