Parler: Le Twitter alternatif a retrouvé un hébergeur et prépare son retour

Parler: Le Twitter alternatif a retrouvé un hébergeur et prépare son retour

Le réseau social Parler est de nouveau en ligne depuis le 17 janvier. Avec un nouvel hébergeur, le réseau social qui se dit alternatif semble désormais planifier son retour.

Le site web Parler.com est de nouveau en ligne depuis quelques heures, mais pour l'instant sous une forme limitée. La seule chose que vous pouvez y lire actuellement est une salutation du PDG John Matze datée du 16 janvier, sous laquelle vous pouvez trouver des références aux "problèmes techniques".

Le message promet aux utilisateurs qu'ils "résoudront tous les problèmes à venir" et prévoient d'accueillir à nouveau tous les utilisateurs "très bientôt". La semaine dernière, Apple et Google ont retiré l'application de Parler de leurs stores, tandis qu'Amazon en a désactivé l'hébergement. C'était en réponse à l'attaque du Capitole américain dont de nombreux participants aux débordements étaient des utilisateurs actifs de Parler, considéré comme point de rencontre à l'alt-right américaine, entre autres.

Parler.com: Le site semble avoir trouvé un nouvel hébergeur

Le nom domaine a été enregistré chez Epik depuis plusieurs jours, un hébergeur qui travaille déjà avec plusieurs autres sites et réseaux connus pour être très appréciés par les mouvances d'extrême droite pour l'absence de modération qu'ils pratiquent sur leurs plateformes (comme Gab, par exemple). Il n'est pas encore clair qui sera responsable de l'hébergement de la plate-forme à l'avenir.

L'avenir des applications de Parler est également incertain. Cependant, le PDG d'Apple, Tim Cook, a déclaré dans une interview à Fox News qu'ils réintégreraient l'application si Parler mettait en place une modération plus stricte du contenu. "Nous avons examiné l'incitation à la violence [sur Parler]. Et nous ne pensons pas que la liberté d'expression et l'incitation à la violence se rejoignent", a déclaré le patron d'Apple.

Parler: "Le respect de la vie privée est primordial"

Après la désactivation du site et des applications la semaine dernière, les données des utilisateurs ont fait surface sur le web peu après. Par le plus simple des moyens, il a été possible de télécharger automatiquement les messages des utilisateurs. En outre, les métadonnées des images ou des vidéos n'ont pas été automatiquement supprimées. Ces informations ont ainsi permis, entre autres, de savoir où se trouvaient les utilisateurs au moment de l'attaque du Capitole.

Le fait que la protection de la vie privée soit d'une importance capitale, une promesse que Parler utilisait déjà à l'époque pour promouvoir sa propre plate-forme, est donc pour le moins douteux. Ainsi, les messages marqués comme privés ou même supprimés font partie des données désormais disponibles. Ces derniers ont seulement été marqués comme supprimés par le système, mais pas réellement retirés de la base de données de Parler.

Les utilisateurs qui décideront de publier sur la plateforme à l'avenir doivent donc savoir que les développeurs du site ont eu des problèmes de confidentialité à plusieurs reprises dans le passé. C'est précisément cette protection des données qui a joué un rôle de plus en plus important pour de nombreux internautes ces derniers jours, comme le montre notamment la hype autour de WhatsApp et ses conditions d'utilisation.


Cet article a été traduit de l'allemand puis adapté éditorialement par Florian Philon. La version originale écrite par Holger Eilhard a été intialement publiée sur NextPit.de le 18 Janvier 2021.

Derniers Articles

Articles recommandés

8 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Eh bien tout est " bien qui finit bien ", Trump va pouvoir fomenter un vrai coup d'état avec ses troupes de demeurés complotistes d'extrême droite :(
    Si la surveillance peut continuer, le FBI et la NSA auront toutes les identités de ceux qui doivent être mis hors d'état de nuire (quand on voit le profil de ceux qui ont déjà été identifiés, ça fait peur) et Trump sera mis sous les verrous un bon moment (avec tous les procès qui vont lui tombe dessus, ses jours en liberté sont comptés :)


    • Avec la complicité active de sociétés privées que certains voudraient nous faire accroire qu'elles sont neutres politiquement et utiles à tous.
      Les apprentis sorciers peuvent réviser leurs formules diaboliques insupportables. Quant à leur morale très libérale, je n'insisterai pas plus pour dire combien je l'exècre.


    • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

      EFF, le défenseur des droits numérique a sonné la sonnette d'alarme et tu as tord se prendre les choses de cette façon

      " Les décisions prises par les entreprises de supprimer du contenu ou des utilisateurs soulèvent de plus grandes préoccupations pour la liberté d'expression, en particulier lorsqu'il y a peu ou pas de concurrents. Par exemple, il serait très inquiétant que le seul fournisseur de services haut débit de votre région vous coupe la parole parce qu'il n'aime pas ce que vous avez dit en ligne ou ce que quelqu'un d'autre dont le nom figure sur le compte a dit. L'adage "si vous n'aimez pas les règles, allez ailleurs" ne fonctionne pas lorsqu'il n'y a nulle part ailleurs où aller

      Parler est devenu un refuge pour les personnes bannies de ces sites populaires. L'entreprise basée à Henderson, au Nevada, s'est présentée comme une alternative à la liberté d'expression sur les réseaux sociaux traditionnels et a adopté une approche plus détendue de la modération de contenu, attirant je cite " les théoriciens du complot et les membres de groupes haineux qui ont ouvertement incité à la violence"

      Google et Apple ont supprimé de leurs plateformes de téléchargements respectives (Play Store et App Store) l'application Parler, qui aurait permis selon eux à des individus d'organiser l'émeute contre le Capitole.

      Quoi que vous pensiez de Parler, ces décisions devraient vous donner matière à réfléchir. Les entreprises privées ont de solides droits légaux en vertu de la loi américaine de refuser d'héberger ou de soutenir des discours qu'ils n'aiment pas. Mais ce refus comporte des risques différents lorsqu'un groupe de sociétés se constitue pour s'assurer que les forums où sont les orateurs soient effectivement complètement déconnectés

      Nous avons vu un exemple particulièrement flagrant , lorsque Zoom a pris la décision de bloquer un événement universitaire en ligne de l'Université d'État de San Francisco mettant en vedette d'éminents militants des mouvements de libération noirs et sud-africains, le groupe de défense Jewish Voice for Peace, et la figure controversée Leila Khaled - inspirant Facebook et YouTube à emboîter le pas. Zoom a indiqué que sa décision était basée sur des liens présumés de Khaled avec une organisation terroriste étrangère désignée par les États-Unis, une décision qui a apparemment été prise à la suite de pressions extérieures.

      Bien que nous ayons de nombreuses inquiétudes quant à la manière dont les plateformes de médias sociaux comme Facebook, YouTube et Twitter prennent des décisions en matière de discours, nous avons vu la décision de Zoom différemment. Des entreprises comme Facebook et YouTube, pour le meilleur ou pour le pire, incluent la modération de contenu dans le cadre du service qu'elles fournissent. Depuis le début de la pandémie en particulier, cependant, Zoom a été utilisé dans le monde entier plus comme une compagnie de téléphone qu'une plate-forme. Et tout comme vous ne vous attendez pas à ce que votre compagnie de téléphone commence à prendre des décisions sur les personnes que vous pouvez appeler, vous ne vous attendez pas à ce que votre service de conférence commence à prendre des décisions concernant les personnes pouvant rejoindre votre réunion."

      On savait tous déjà que " Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ", mais qui modère la cour aujourd'hui, EFF ne répond pas quand à la pelle, on exclu des utilisateurs, des plateformes pour délit de mauvais faciès !!

      https://www.nextpit.fr/forum/813041/ses-messageries-en-actualites-et-en-astuces/page/2#3385613

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition