Apple Plans retrace les mouvements de population pendant le confinement

Apple Plans retrace les mouvements de population pendant le confinement

Apple a partagé certaines données (anonymisées et agrégées) de géolocalisation d'Apple Plans pour proposer un outil en ligne de suivi des mouvements de population dans les grandes villes du monde ainsi que "63 pays ou régions." Dans la continuité de son effort conjoint avec Google de lutte contre le Covid-19, Apple veut ainsi permettre une meilleure compréhension de l'impact du confinement sur nos déplacements. 

Ces données sont donc accessibles via un outil en ligne mais aussi téléchargeables en intégralité via un ficher CVS et quotidiennement mises à jour par Apple. Des initiatives similaires ont été prises par Google et Facebook pour illustrer l'évolution des mouvements de population en compilant les data de géolocalisation de nos smartphones. 

Le portail web d'Apple, accessible à cette adresse, affiche pour certains pays et grandes villes un graphique représentant l'évolution des déplacements en voiture, à pied ou dans les transports en commun. Des données de mobilité qui connaissent logiquement une baisse drastique depuis début mars, comme on peut le voir pour la France ci-dessous.

apple maps mobility trends confinement coronavirus
Logiquement, les déplacements sont en forte baisse en France depuis le confinement / © Apple

Ces grandes tendances sont partagées par Apple afin d'aider les gouvernements et les autorités de santé publique à mesurer l'impact des mesures de confinement et réaliser des ajustements au besoin. L'outil de Google est revanche plus complet car, contrairement à celui d'Apple, il prend aussi en compte les lieux de loisirs, les commerces, les parcs, les lieux de travail, etc...

Les données partagées sont anonymes

L'outil d'Apple ne fait que compiler le nombre de requêtes d'itinéraires passées via l'application Plans, qui reste d'ailleurs très minoritaire face à Google Maps en termes d'utilisateurs. Apple compare alors quotidiennement l'évolution du nombre de requêtes, selon le mode de transport choisi pour calculer l'itinéraire. 

La marque à la Pomme précise que les données de mobilité ne sont liées à aucun identifiant Apple et qu'aucun historique des lieux visités par un utilisateur n'est conservé par Apple. Apple ne s'intéresse donc pas, pour cet outil précis en tout cas, à votre destination ni votre point de départ. Elle veut juste savoir si vous bougez ou non. 

Décidément, les GAFA n'ont pas fini de montrer patte blanche pendant le confinement et d'afficher clairement leur volonté d'aider les autorités à endiguer l'épidémie de Covid-19. La souveraineté technologique de la France, si chère à Bruno Le Maire, en prend un coup certes.

Mais on peut tout de même saluer ces initiatives des géants de la tech, tout en déplorant la quasi-dépendance des autorités vis-à-vis de leurs outils pour développer des solutions à la crise sanitaire actuelle (coucou StopCovid).  

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • "La souveraineté technologique de la France"

    Tiens, la souveraineté n'est plus un gros mot réservé aux illibéraux, conservateurs et autres réactionnaires.
    Qu'en disent nos modernes à tout prix ?
    RIEN.

    Ils se taisent et tournent la tête de l'autre côté 🤣🤣🤣🤣🤣
    Comme ils en ont l'habitude. Décidément, la réalité leur va mal !!

    Voilà ce que c'est de vouloir confondre libéralisme politique ET économique.


  • Apple qui trace? roohhh 😁


  • phil depuis 6 mois Lien du commentaire

    Heureusement que Apple n'existait pas pendant le régime de Vichy...


    • Mais y'avait Henry Ford au USA dont le très beau portrait était accroché dans le bureau d'Hitler, Lindbergh (l'aviateur) avec les mêmes idées que le petit moustachu qui voulait être Président et, en France, le Comité des Forges, qu'on appelle l'UIMM aujourd'hui et qui a passé des contrats commerciaux avec l'Allemagne nazie jusqu'en 1942 et jamais tondu à la Libération...

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition