Les Keynotes du monde d'après seront-elles toutes numériques? N'y comptez pas.

Les Keynotes du monde d'après seront-elles toutes numériques? N'y comptez pas.

Alors que l'épidémie de Covid-19 a mis un terme, temporairement, aux événements tech traditionnels comme aux lancements de produits - du moins en ce qui concerne la presse et la participation du public - de nouvelles solutions numériques apparaissent. Mais est-ce la fin des grands salons, des conventions et autres keynotes telle que nous les connaissons?

Rappelez-vous de la conférence Samsung "Unpacked" en février dernier consacrée au lancement de la gamme des Galaxy S20. On a l'impression que c'était il y a des années de ça. En réalité, il y a quatre mois, juste avant le Mobile World Congress (MWC 2020) à Barcelone, Samsung a organisé ce qui s'est avéré être l'une des dernières grandes conférences physiques pour le lancement d'un smartphone.

Des centaines de personnes se sont entassées dans un théâtre à San Francisco, en Californie, pour découvrir les derniers flagships du géant sud-coréen. Plus tard dans le mois, à Barcelone, le Mobile World Congress était une toute autre affaire. Huawei et Honor se sont tout de même présentés et ont monté un spectacle, mais tous les autres sont restés à l'écart.

À l'époque, nous ne savions pas encore qu'une nouvelle normalité commençait à prendre forme. Mais est-ce vraiment le cas? 

Les keynotes numériques: Une nouvelle ère, vraiment? 

Les événements de lancement en ligne et en streaming n'ont pas été inventés en février 2020, mais au cours des quatre derniers mois, nous avons assisté à un changement dans la manière dont les fabricants de smartphones et les entreprises tech dévoilent leurs produits au monde entier.

Lors de la CMM 2020, Huawei et Honor ont diffusé en streaming des conférences vidéo préenregistrées pour combler le fossé entre le monde d'avant et celui d'après. La salle était pleine de journalistes, mais Richard Yu n'était pas présent physiquement sur scène à ce moment-là.

Ce qui nous a été servi était une sorte de version numérique de l'ancien format. Un PDG se tenait devant une présentation PowerPoint, cliquant sur les diapositives avant de tirer le dernier produit de la poche intérieure de son veston pour le montrer aux médias du monde entier.

Ceux d'entre nous qui étaient présents dans la salle ont spéculé à l'époque sur les avantages de cette méthode, du moins pour les fabricants. En pré-enregistrant l'événement, on pouvait retourner les scènes et effacer les erreurs. Vous pouviez maîtriser votre timing avec les diapositives et vous assurer que tout était parfait.

La pression d'un spectacle en direct était éliminée. Peu de gens à Barcelone parlaient déjà de l'étape suivante à notre retour en février, mais lors de son WWDC 2020, Apple a fait passer les choses à un niveau supérieur.

Quoi que vous pensiez d'iOS 14 et des nouvelles "innovations" d'Apple, il y a une chose que même les plus fervents fans d'Android admettraient, c'est que le spectacle numérique de Cupertino était d'un autre niveau que ce que nous avions vu lors du lancement en ligne de la série OnePlus 8 ou du MWC 2020, par exemple.

Libéré de l'obligation de faire une présentation sur scène, Apple a présenté ses nouveautés logicielles et matérielles par le biais d'une série de courts métrages tournés dans divers endroits de l'Apple Park. C'était habile, et cela a permis au spectateur de se rapprocher des produits qu'il voulait montrer plus qu'il n'aurait été possible de le faire sur scène.

Il y avait plus de variété. Bien sûr, il n'y a pas eu les woohoo habituels et les acclamations surjouées de la presse pour résonner dans l'amphithéâtre Steve Jobs, mais tout le battage médiatique était là. Nos Pommistes en chef à la rédaction (ils se reconnaîtront) ne savaient plus où se mettre.

Mais est-ce là l'avenir du WWDC pour Apple? Probablement pas. Il est bon de rappeler que la conférence mondiale des développeurs est autant consacrée aux sessions d'échange avec les développeurs (qui paient grassement pour y assister) qu'à la grande keynote d'ouverture de la semaine. Mais qu'en est-il du prochain lancement de l'iPhone, ou de la Google I/O, ou du CES 2021 en janvier de l'année prochaine?

Certains prétendent qu'Apple a réinventé le genre et imposé un modèle des futurs événements tech avec son édition numérique de la WWDC 2020. Que la vidéo de 2 heures était si bien faite qu'un retour à un spectacle physique serait comme un pas en arrière. Mais il y a plusieurs raisons pour lesquelles les choses reviendront à l'ancienne à la moindre occasion.

Les amphithéâtres ne sont pas prêts de fermer leurs portes

Si la WWDC d'Apple a prouvé qu'il était possible de créer un spectacle passionnant et captivant sans la présence d'un public, il sera intéressant de voir si ce genre d'événement devient la nouvelle norme une fois que la distanciation sociale et les préoccupations sanitaires auront disparu - si et quand cela se produit un jour, évidemment.

Beaucoup ont vanté l'idée que les fabricants peuvent économiser beaucoup d'argent en organisant des événements en ligne. Tout cet argent économisé sur les vols et l'hébergement des journalistes et des autres invités, sur la location des lieux et les rafraîchissements, sur les paillettes et le glamour et sur tout ce qui entre dans le budget marketing.

Mais ces économies ne disent pas tout. Les entreprises ne sous-estimeront pas l'intérêt d'avoir ceux qui écrivent sur leurs produits dans la salle. La possibilité de démontrer et de "vendre" leur nouvelle technologie lors de sessions pratiques qui ont lieu après le discours d'ouverture.

Ensuite, il y a la question de la portée. Bien sûr, Apple et Google n'ont pas besoin de supplier les influenceurs d'assister au lancement de leurs produits ou de prier pour que les magazines tech et les médias remplissent leurs pages de couverture, mais qu'en est-il des petits acteurs du marché?

Pour les marques qui cherchent à percer sur la scène ou à s'établir plus haut dans la chaîne alimentaire, la possibilité d'inviter les médias, les influenceurs et les créateurs de contenu à des salons de luxe reste une stratégie marketing légitime. Que cela vous plaise ou non, c'est ainsi que ce jeu fonctionne. Ce n'est pas pour rien que Qualcomm organise son sommet annuel Snapdragon Tech Summit à Hawaï.

snapdragon 855 mobile platform plaque aloha
La plate-forme mobile Snapdragon 855 avec des fleurs hawaïennes traditionnelles. / © Qualcomm

L'énorme contre-argument à cela, et je l'accepte pleinement, est le coût écologique de la façon dont nous avons fait les choses jusqu'à présent. L'empreinte carbone créée par les médias et les marques dans le monde entier pour commercialiser un nouveau smartphone ou un nouveau processeur est énorme, et on se demande à juste titre à quel point ce comportement est irresponsable et préjudiciable.

Il y a certainement des gains d'image publique à gagner en démontrant une conscience écologique - que ce soit en réduisant la facture environnementale des keynote ou en faisant l'impasse sur les chargeurs fournis dans la boîte (coucou l'iPhone 12). Mais au bout du compte, le capitalisme est ce qu'il est, et le capitalisme se préoccupe peu du plastique dans l'océan ou du CO2 dans l'atmosphère.

Sacro-saint B2B: Les relations entre entreprises sont essentielles

J'ai également parlé principalement de la communication B2C ici, mais qu'en est-il du B2B? Cette année, le cabinet PwC estime que les salons professionnels B2B représentent un marché de 15,7 milliards de dollars rien qu'aux États-Unis. En fait, les salons professionnels sont la deuxième source de revenus B2B aux USA et celle qui connaît la croissance la plus rapide.

Cette année, l'IFA 2020 restera un événement physique, mais fermé au public avec une partie des événements retransmis en live tout en accordant un accès restreint à la presse sur place. Le spectacle sera également limité à 1 000 personnes par événement et par jour " avec respect des mesures de distanciation sociale.

"Un salon sans rencontrer de vraies personnes, sans se voir, ce n'est pas la même chose", a déclaré Jens Heithecker, directeur général de l'IFA 2020. Le salon de Berlin nous donnera peut-être un premier aperçu de l'avenir de ces grands événements tech et salons de la communication B2B.

IFA 2019 south entrance crowd
Les foules seront moins nombreuses, mais l'IFA 2020 se déroulera sous la forme d'un événement physique "hybride". / © ifa-berlin

À mon avis, l'événement physique reviendra quand il sera sûr de pouvoir se tenir dans de bonnes conditions, mais je crois que nous pouvons prendre des éléments de ces éditions numériques pour améliorer l'expérience globale de ceux qui regardent et rapportent les annonces qui y sont faites.

Les spectacles sur scène sont devenus assez ennuyeux, surtout quand la grande révélation a déjà été leakée d'innombrables fois sur le web, et le format a de toute façon besoin d'être remanié. Il sera intéressant de voir comment les entreprises gèrent cette transition et quelles nouvelles idées feront surface, mais pour ma part, je suis très enthousiaste à l'idée de voir quelle forme tout cela va prendre.

Comment imaginez-vous les événements tech dans un monde post-Covid? Décrivez votre la keynote du monde d'après idéale, selon vous, dans les commentaires.

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

18 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • L'avenir serait-il dans l'avatar... comme dans Star Wars?


  • Très franchement, les keynotes sont pour moi des spectacles abrutissants où se mettent en scène ces "stars" de la tech qui se prennent pour des demi-dieux, et qui font passer les vessies pour des lanternes en glorifiant à outrance des produits dont finalement, si on réfléchit bien, on se fout éperdument.
    Outre le ridicule de la forme, comparable à un meeting politique à l'américaine, le plus consternant est l'esprit qui anime ce type d'événements, révélateur du fait que dans un monde vidé de spiritualité, on s'invente des dieux minables à glorifier parce qu'il n'y a plus que ça à faire dans des sociétés du vide où le progrès technique est imposé comme faisant office de progrès humain.

    En conclusion, dans ce monde d'après qui n'existe pas parce que le Covid n'a pas encore fait assez de dégâts, la keynote idéale ne serait pas animée par un milliardaire en col roulé et pseudo-cool dont la fortune a été construite par la Bourse, ni par des spectateurs complices qui applaudissent sur commande comme des crétins à la moindre annonce, mais par un collectif de citoyens tirés au sort qui annonceraient au monde entier " Stop les conneries, inventez-vous d'autres dieux car ceux-là ne vous mèneront nulle part"

    En complément, un lien vers une courte émission de France Culture qui va dans le même sens: https://www.franceculture.fr/emissions/place-de-la-toile/keynote-un-nouveau-genre-theatral
    Extrait : " Et puis il y a tout ce qu’on a oublié, dans les keynotes d’Apple, mais dans toutes les keynotes du monde entier, qui ont lieu partout et tout le temps, qui ont présenté et présente tout le temps des objets et fonctionnalités dont on ne se souvient plus, dont on n’a rien à faire, contant la mégalomanie de ces ingénieurs qui ont la prétention admirable et tellement infantile de changer le monde avec des processeurs, de la fibre optique et des bits."


  • Tous ces "évènements" qui présentent des nouveautés qui n'ont souvent plus rien de nouveau à cause des fuites, de plus en plus nombreuses, qui précèdent l'annonce des produits, tout cela est devenu sans intérêt et ennuyeux. Mais je ne blâme pas les fabricants qui ont fatalement de plus de plus de mal à innover, car ils sont comme ces chanteurs qui arrivent en 2020, après que des milliers d'autres chanteurs aient déjà sorti des chansons par albums entiers. Il est toujours plus facile d'être le premier que le dernier dans ces conditions. Sortir aujourd'hui un nouveau smartphone en espérant le "whaouhhhh" des gens relève de l'exploit, tant il y a de modèles déjà existants. Alors bravo aux constructeurs qui font ce qu'ils peuvent et merci pour ce qu'ils font, du moins tant qu'ils n'essaient pas de nous arnaquer avec l'obsolescence programmée.


  • J'imagine surtout qu'il appartient aux constructeurs de proposer de nouvelles formes et aux spectateurs potentiels d'apprécier (négativement ou positivement) la qualité "du spectacle", coucou Guy Debord 😎
    Plus personnellement, la nécessité d'une présentation par des êtres vivants et non leurs représentations en différé me semble indispensable même si c'est une source d'erreur ou de panne supplémentaire...

    Bien évidemment, je fais partie de "l'ancien monde" pour voir les choses ainsi 😉


    • Assister à une keynote, c'est comme aller à la messe, et ressortir de la salle avec l'euphorie des nouveaux usages proposés, conforté dans l'idée qu'on se faisait concernant le potentiel des nouvelles technologies.
      ET forcément, l'intervenant, la plupart du temps payé à prix d'or pour l'occasion, fera figure de gourou aux yeux de tous. C'est celui qui expliquera mieux, et de façon pédagogiques, que toutes les publications qu'on pourra trouver, parmi les sites les plus pertinents en la matière, sur internet ou dans les magazines.


      • Oui c'est probablement comme ça que les fans intoxiqués du gourou decriraient ce qu'est une keynote.
        Ils se croient mieux informés sur le produit par le type chargé de le vendre que par les magazines et les sites specualises....Les pauvres....C'est sûrement lors de la keynote consacrée au Galaxy Fold que les acheteurs de l'appareil ont appris, de façon pédagogique, qu'il y avait des défauts de conception rédhibitoires, n'est-ce pas ? 🙄


      • C'est parce que tu ne regardes que la situation d'aujourd'hui où ce qu'on annonce lors des keynotes ne sont plus des news.
        Mais du temps pas si lointain où il n'y avait pas internet, ou encore balbutiant (le temps de la grande popularité de Caramail), les gens (les professionnels) se déplaçaient dans le monde entier pour assister aux conférence et échangeaient lors des salons, prospectaient pour des partenariats commerciaux, se faisaient faire des démonstrations de produit, et parfois signaient des contrats.
        C'est sûr qu'aujourd'hui tout est plus facile, les petits se font avaler et que les gros n'ont qu'à sortir leur discours pour garder les agneaux dans leur troupeau.
        Et tout le monde est aussi très vite au courant de tout.
        Il faut pas regarder que son nombril et penser que tout ce remue-méninge est inutile.


      • " C'est parce que tu ne regardes que la situation d'aujourd'hui"
        Et on est quoi là ? C'est pas aujourd'hui ? 😂
        Si tu veux qu'on comprenne que ton message parle des keynotes d'il y a 20 ans, il faut conjuguer le verbe au passé


  • Luna depuis 3 mois Lien du commentaire

    Ce que je pense c'est le premier lancement de smartphone AR au monde c'est chez Oneplus et que je ne regarde pas les évènements qui ne m'intéresse pas comme la Keynote des pommés


    • Ton commentaire illustre très bien le vide abyssal du spectateur de keynote, celui-là même dont rêvent les organisateurs pour poursuivre leur entreprise de création destructrice.

      nas

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition