NextPit

L'embargo sur les semi-conducteurs entre les États-Unis et la Chine expliqué

china usa
© Novikov Aleksey / Shutterstock

Il y a quelques jours, les États-Unis ont annoncé de nouvelles restrictions sur la vente d'équipements aux entreprises à capitaux chinois. Différent des embargos passés, comme celui appliqué contre Huawei entre autres, le dernier cycle semble cibler les fournisseurs de l'armée chinoise, mais il pourrait avoir un impact direct sur les biens de consommation que nous achetons.

Le cycle précédent de restrictions commerciales a effectivement tué les chances de Huawei sur certains marchés clés, comme celui des smartphones, et a imposé des sanctions sévères à sa division réseau en plein essor - responsable de la vente des antennes et stations 5G, par exemple. Aujourd'hui, l'administration de Joe Biden semble décidé à ce qu'il arrive la même chose à l'armée chinoise, dont la capacité à acquérir des microprocesseurs et des puces mémoire de pointe sera restreinte si tout se passe selon les plans du ministère américain du Commerce.

En plus de restreindre l'utilisation par Huawei des principales applications GMS de Google (Google Maps, YouTube, Gmail, etc.), la décision de Donald Trump en 2019 a limité la capacité de l'entreprise chinoise à produire ses processeurs les plus avancés -la série HiSilicon Kirin - en interdisant à l'entreprise de commercer avec TSMC de Taiwan.

HiSilicon Kirin 9000
Le HiSilicon Kirin 9000 était le dernier SoC haute performance conçu par Huawei / © HiSilicon.

De même, les nouvelles restrictions obligent les entités basées aux États-Unis à cesser de fournir des équipements de fabrication de semi-conducteurs aux entreprises chinoises ou à demander une licence spéciale pour le faire. La liste des entreprises touchées comprend LAM Research et KLA, qui fournissent des équipements de haute technologie utilisés pour produire des processeurs et des puces mémoire.

Il semble que les restrictions s'appliquent même aux entreprises étrangères qui fabriquent leurs produits sur le territoire chinois, la société sud-coréenne SK Hynix ayant annoncé son intention de demander une licence d'exportation. Alors que TSMC et Samsung ont reçu une exemption d'un an.

Tout le monde peut être impacté

Cette incertitude a le potentiel d'atteindre non seulement la cible des militaires chinois, mais aussi le marché des biens de consommation à moyen terme. Alors que les équipements de pointe seront potentiellement disponibles pour les entreprises hors de Chine, les coûts de fabrication pourraient augmenter en raison d'une concurrence plus faible. Et cela ne tient pas compte du fait que les usines de semi-conducteurs mettent des années à fabriquer, à calibrer et à commencer à fournir leurs produits

Et le fait que les entreprises appartenant à la RPC ne pourront pas acquérir légalement des équipements et des composants ne signifie pas qu'elles n'essaieront pas de les obtenir indirectement, à l'instar de ce qui se serait passé avec la principale fonderie chinoise, SMIC, qui a stocké des matériaux avant les décrets de Trump.

Bien que toujours à la traîne par rapport à ses rivaux TSMC, Samsung Foundry et Global Foundries, SMIC a réussi à améliorer ses processus de fabrication malgré les restrictions commerciales. Bloomberg a rapporté plus tôt cette année que la fonderie chinoise a commencé à expédier des processeurs de 7 nm, comblant ainsi l'écart avec ses concurrents étrangers.

SMIC location
SMIC est la plus grande fonderie de semi-conducteurs de Chine / © SMIC

Reste à savoir si les nouvelles restrictions parviendront à stopper la feuille de route de SMIC, sans pour autant bloquer l'expédition de composants d'autres entreprises vers l'Ouest, ce qui pourrait entraîner un goulot d'étranglement de l'offre, comme le rapporte Reuters.

Est-ce qu'on s'en fout ou pas?

À première vue, les restrictions ne devraient pas affecter la production (ni les prix) des SoC comme ceux utilisés dans les smartphones. Ce qui reste à voir, c'est si l'application de l'embargo affectera le marché de la mémoire (tant la RAM que le stockage NAND), ce qui peut avoir une influence non seulement sur les smartphones, mais aussi sur tous les appareils électroniques que nous utilisons dans notre vie quotidienne.

Certains analystes prévoyaient une baisse considérable des prix de la mémoire dans un avenir proche, mais avec la production chinoise soumise à des restrictions, la baisse de l'offre pourrait entraîner une hausse des prix de l'électronique en général.

Le moment où les restrictions ont été imposées ajoute un autre niveau d'incertitude, car la forte demande de semi-conducteurs pendant la pandémie de COVID semble avoir suffisamment ralenti pour provoquer une forte baisse de la demande et des prévisions de revenus pour des sociétés comme AMD et Intel, entre autres. Sans parler des mots "inflation" et "prix de l'énergie", qui laissent également présager un scénario sombre dans un avenir proche.

Et malgré tout cela, même le gouvernement américain n'est pas certain que les restrictions imposées paralyseront l'armée chinoise à long terme. Des appels ont été lancés aux autres gouvernements occidentaux pour qu'ils imposent des sanctions similaires aux entreprises appartenant à la Chine.

Qu'en pensez-vous? La Chine sera-t-elle en mesure de se procurer des composants par d'autres moyens? Pensez-vous que les restrictions seront suffisantes pour empêcher la Chine de développer son industrie nationale des semi-conducteurs?

Source : WSJ, Reuters

Derniers Articles

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • pulsar depuis 1 mois Lien du commentaire

    Il y avait des années quand la chine imposait des restrictions sur l'exportation de ses terres rares, les pays occidentaux ont utilisé l'OMC pour obliger la chine a réexporter ses terres rares sans quotas.
    Pourquoi la chine ne se plaint pas aussi à l'omc pour obliger usa à abandonner ses restrictions d'exportations de semi conducteur ?