StopCovid, l'application anti-coronavirus du gouvernement se précise

StopCovid, l'application anti-coronavirus du gouvernement se précise

Après trois semaines de quarantaine en France, le gouvernement prépare le déconfinement. L'une des pistes envisagées pour limiter la propagation du coronavirus est une application pour smartphone: StopCovid. Dans un entretien du Monde de ce mercredi 7 avril, Olivier Véran et Cédric O, ministre de la Santé et secrétaire d’État au numérique, en ont dit plus sur cette application anti Covid-19. 

Concrètement, cette application, viserait à identifier les chaînes de transmission du virus et permettre aux utilisateurs de voir s'ils ont potentiellement été en contact avec une personne infectée ou non. Le tout est encore assez théorique, l'application est à un stade embryonnaire de son développement. "Nous en sommes à une phase exploratoire mais nous ne voulons fermer aucune porte", expliquent au Monde Olivier Véran et Cédric O.

StopCovid ne vous suivrait pas à la trace

Cédric O l'a plusieurs l'a martelé à plusieurs reprises dans l'entretien, le gouvernement chercherait une solution "respectueuse des libertés publiques et proportionnée." L'application ne sera pas obligatoire, il faut donc concilier l'impératif sanitaire pour que l'application fonctionne sans être trop liberticide, pour que les Français l'installent et l'utilisent. 

Nos confrères allemands chez AndroidPit se posaient également la question de la protection des données personnelles et ses entraves face à l'utilisation d'applications de traçage en Allemagne, où le confinement est loin d'être aussi strict que celui pratiqué en France.

Voilà pourquoi StopCovid ne devrait pas utiliser la géolocalisation, ni le GPS ni la triangulation cellulaire de votre smartphone. L’application est basée sur ce qu’Olivier Véran appelle le "contact tracing" via le Bluetooth de vos appareils. Le logiciel recherche le maximum d’informations sur les rencontres faites par une personne contaminée, pour retrouver des patients sources (ceux qui l'ont contaminé), identifier des chaînes de contamination et ainsi freiner la propagation de l’épidémie.

Pour ce faire, StopCovid pourrait créer une sorte de répertoire de toutes les personnes que vous avez croisées et qui avaient l'application installée et le Bluetooth activé sur leur smartphone à ce moment-là. Un enregistrement mutuel de certaines informations anonymisées et chiffrées qui s'opèrerait lorsque que les smartphones se détectent entre eux via Bluetooth.

Cette fonctionnalité de "contact tracing" est développée par l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), en collaboration avec le gouvernement français et une équipe de chercheurs. Le traçage est donc ici basé sur la proximité d’autres téléphones utilisant l’application plutôt que sur votre emplacement réel.

Un vaste chantier malgré une sortie prévue entre fin avril et fin mai 

Cédric O évoque 3 à 6 semaines de développement, de quoi permettre d’envisager le déploiement de l’application entre fin avril et fin mai. Mais le gouvernement n’a pas encore décidé si l’application sera bel et bien utilisée, des tests sont menés avec les premiers prototypes.

Ce type de technologie de traçage collaboratif et non géolocalisé est déjà utilisé dans d'autres pays, dont Singapour avec l’application TraceTogether. Mais on peut déjà lister de sérieuses limites à l'efficacité d'un tel procédé s'il devait être déployé en France. 

L'aspect collaboratif et volontaire, pour commencer. Il faut que les utilisateurs installent l'application et qu'ils activent le Bluetooth lors de leurs déplacements. Vu comment les mesures de confinement ont du mal à être respectées à la lettre, on voit mal tout le monde utiliser StopCovid religieusement. L'illectronisme assez élevé en France est aussi un obstacle, tout le monde n'aura pas le réflexe d'activer le Bluetooth en sortant de chez soi, et toute une partie de la population ne possède d'ailleurs pas de smartphone. 

D'autre part, le "contact tracing" n'est que la partie émergée de l'iceberg. Pour réellement limiter la propagation du Covid-19, il faudra combiner les données collectées via l'application StopCovid à un large éventail de tests médicaux. Un dispositif qui n'est pas encore assez généralisé en France. 

Enfin, les informations recueillies par Le Monde ne précisent pas si on sera averti après avoir été en contact avec une personne déclarée infectée par le Covid-19 a posteriori, c’est-à-dire après qu'on l'ait croisée. Bref, le chantier semble colossal alors que les Français rêvent déjà la fin du confinement et d'un retour à la normale, ce qui va sûrement entraîner un relâchement dans notre vigilance au quotidien. 

Que pensez-vous de la solution de "contact-tracing"? Est-ce que cela vous encouragerait davantage à utiliser une telle application plutôt qu'une autre passant par vos données de géolocalisation? 

Source : Le Monde

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • bonsoir pour ma part je ne l'installerait pas du tout .


  • @ Luna
    Avoir voté ou pas égalait'il discipline ou indiscipline ? Quel débat ! Le vote a eu lieu le lendemain de la fermeture des bars restos.. des derniers apéros..repas..de longues embrassades.. le lendemain ... 《eh bien non je ne vote pas 》c'est trop dangereux et pour me venger 《 na! 》ou alors je vote ! C'est dangereux mais..c'est un devoir démocratique. Du moment que j'ai pris des risques aussi suicidaires que idiots la veille même. Comme tu vois Luna, avoir voté ou pas c'est plutôt un faux débat ; car le confinement général aurait du être appliqué 1 mois avant et les élections annulées. Les français n'auraient pas compris. Vu le climat politique..cela aurait passé pour un complot gouvernemental .


  • Des commentaires justes mais avec quelques 《oui mais 》.. Si les français étaient davantage disciplinés le confinement aurait pu être évité. Difficile de persuader beaucoup trop de monde sans avoir recours à l'obligation et la dissuasion. On se réunit à 10 ou plus encore pour l'apéro,pour applaudir à 20heures pour aller courir.. difficile pour eux de quitter le troupeau..la peur du flic est plus forte que celle du virus. Et ils ont toujours raison.. comment éviter le confinement qui a d'ailleurs été imposé avec 1mois de retard ..
    La situation des hôpitaux..? C'est pas d'aujourd'hui qu'ils crient leurs misères.


    • Luna depuis 5 mois Lien du commentaire

      S'ils étaient moins disciplinés il n'auraient pas été voté , beaucoup de monde auraient été sauvé.


  • On pourrait presque interpréter cette application comme une crécelle ultra moderne et silencieuse.. Si ce n'est pas obligatoire et mis entre des personnes réellement responsables..? L'idée n'est pas mauvaise à la base, mais le système sera mauvais à 《 l'application.》..qui deviendra délatoire pour certains. On a vu des médecins infirmiers pompiers, insultés menacés priés de quitter leur appartement car suspectés. Nous sommes en France !! Qu'est-ce que la peur peut générer comme conneries et égoïsme répugnant. Donc alors cette APL...point pour moi .


  • phil depuis 5 mois Lien du commentaire

    A mince.. a la vu du nom de l'application, je pensais qu'elle arrêterait le Virus ! Monde cruel...


  • Luna depuis 5 mois Lien du commentaire

    On ne peut être respectueuses des libertés individuelles quand on traque un virus contagieux, sinon elle ne sera pas efficace.


    • Vive le gouvernement chinois... et l'efficacité à tout prix !

      Là, je crois que je me suis fait une amie 🙄


      • Luna depuis 5 mois Lien du commentaire

        Je pense que la distanciation sociale n'est pas synonyme de confinement, c'est même parfois tout le contraire et si en Allemagne on a bien compris le concept, il a été très mal expliqué en France où l'on prend l'apéro entre voisins en pensant à tort être protégés par le confinement.


      • S'il est exact que les 2 notions ne sont pas strictement synonymes, les bons résultats allemands ne s'expliquent pas seulement par l'application de lois différentes et d'ailleurs moins contraignantes chez eux.

        Quand on demande instamment aux citoyens de respecter des consignes strictes et "qu'en même temps" on les envoie voter avec les risques de contamination conséquentes, on nage en pleine schizophrénie.
        Alors qu'en Allemagne, les tests de dépistage préventifs et les capacités de soin sont autrement développés.

        J'attends avec impatience une enquête parlementaire et même plutôt extra-parlementaire serrée pour déterminer pourquoi certaines économies ont été faites au détriment gravissime de la santé générale de tous les citoyens (et je ne parle pas seulement de la gestion des stocks des masques de protection en 2013)

        Le respect des citoyens pour leurs semblables est indispensable mais celui de leurs élus l'est tout autant.
        Quand la trouille actuelle sera disparue chacun demandera, à juste titre, des comptes sur l'appréciation des décisions prises.


    • Exactement. C'est effectivement liberticide si c'est obligatoire et totalement inefficace si c'est volontaire. Du vent comme les masques qui sont quasi totalement inutiles si on respecte les gestes et distances barrière. La fibre du masque dit chirurgical, c'est comme un filet de pêche au thon pour prendre des sardines.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition