Pourquoi Spotify traite-t-il si mal les artistes sur sa plateforme?

Pourquoi Spotify traite-t-il si mal les artistes sur sa plateforme?

Les plateformes de streaming musical ont longtemps été critiquées pour ne pas donner aux artistes leur juste part, mais avec le lancement de son nouvel algorithme de recommandations censer booster certaines chansons, Spotify fait passer les choses à un niveau supérieur. Dans cet article, je pose la question suivante: pourquoi Spotify n'a-t-il pas une bonne relation avec les artistes?

Expliquons donc ces absurdités de booster de chansons. Cette semaine, Spotify a annoncé un nouvel outil qui permettra aux artistes d'avoir plus de "portée" pour leur musique en échange d'une réduction des droits d'auteur. En gros, Spotify va réduire les chiffres versés à certains artistes et en échange modifier l'algorithme pour que certaines chansons soient plus fortement promues, moyennant un prix.

Les artistes et les maisons de disques peuvent choisir les chansons qu'ils veulent promouvoir dans le nouveau service de promotion des chansons. Voici ce que dit Spotify de son nouveau service:

Dans cette nouvelle expérience, les artistes et les labels peuvent identifier la musique qui est une priorité pour eux, et notre système ajoutera ce signal à l'algorithme qui détermine les sessions d'écoute personnalisées. Cela permet à nos algorithmes de tenir compte de ce qui est important pour l'artiste - peut-être une chanson qui l'enthousiasme particulièrement, un anniversaire d'album qu'il célèbre, un moment culturel viral qu'il vit, ou d'autres facteurs qui lui tiennent à cœur.

Il semble donc que les chansons qui auront été sélectionnées pour la promotion apparaîtront plus fréquemment dans les radios et les listes de lecture pertinentes et générées automatiquement. Spotify a également mentionné qu'il continuera à promouvoir les chansons qui sont écoutées par les utilisateurs.

Cela est différent d'une campagne de promotion habituelle sur Spotify, où les labels fixent un budget pour la promotion de certaines chansons ou de certains artistes. Un communiqué officiel a déclaré que la satisfaction de l'auditeur est une priorité pour Spotify et qu'il ne garantira pas le placement aux labels ou aux artistes, mais seulement la recommandation de musique qu'il pense que les auditeurs veulent entendre.

Mais, pour être franc, il s'agit d'un système simple : "Nous promouvrons davantage votre musique si vous acceptez de prendre moins d'argent". C'est pas très honorable!

Spotify Streams 102720 v4
Comment Spotify recommande de la musique aux abonnés. / © Spotify

De combien parlons-nous ici?

Aucune des plateformes de streaming musical n'aime parler de la rémunération des artistes pour leur musique, mais il semblerait que Spotify débourse entre 0,0033 et 0,0047 € par stream, par chanson. À titre de comparaison, un rapport de 2019 suggère qu'Apple Music paierait en moyenne 0,0056 €, Google Play Music (devenu YouTube Music) 0,0055 € et Deezer environ 0,00436 €.

Il faudra prendre ces chiffres avec des pincettes, bien sûr, mais si les rumeurs sont correctes, Spotify ferait alors déjà partie des plateformes les moins rentables pour les artistes sur le marché.

Ce que je veux dire ici, c'est que les artistes sont déjà mécontents des maigres redevances que Spotify leur verse. Au début de ce mois, plus de 4000 artistes se sont inscrits à la campagne "Justice at Spotify". Sur les listes de revendications de l'UMAW, un syndicat américain de musiciens, on trouve un taux de redevance minimum d'un centime par streaming.

"La société qui est à l'origine de la plateforme de streaming continue de gagner en valeur, mais les travailleurs de l'industrie musicale du monde entier ne touchent guère plus que des centimes en compensation du travail qu'ils accomplissent", affirme la campagne. En plus de l'augmentation des redevances, Justice at Spotify appelle à la transparence des pratiques, et à ce que la plateforme cesse de se battre contre les artistes.

L'UMAW poursuit en expliquant que "Les travailleurs de la musique créent toute l'énorme richesse que Spotify accumule pour son PDG, ses investisseurs et les grands labels. Mais nous, les artistes, continuons d'être sous-payés, trompés et exploités par la société". Vous pouvez donc imaginer à quel point ce nouveau programme de promotion des chansons a été bien accueilli par les artistes.

Que va-t-il se passer maintenant si vous utilisez Spotify?

En tant qu'amateur de musique, il m'est pénible de voir la direction que prend l'industrie. Soyons réalistes c'est une période sombre pour les artistes. Les ventes de disques vinyles connaissent peut-être un certain retour, mais les plateformes de streaming musical ont décimé les ventes de disques en général depuis leur apogée entre le milieu des années 60 et le milieu des années 2000.

Aujourd'hui, c'est en live que les plus grands artistes gagnent leur argent, et cela fait huit mois que beaucoup d'entre eux n'ont pas été autorisés à faire des concerts. Cette nouvelle initiative de Spotify est un nouveau coup dur pour de nombreux musiciens talentueux qui méritent mieux. Sans artistes, vous n'avez pas de musique, et sans musique, Spotify n'est rien.

Je crois fermement que si vous aimez le travail des artistes, vous devriez les payer. Je suis moi aussi coupable de trop compter sur Spotify, et de ne pas soutenir les groupes que j'aime en conséquence. Dans un monde pré-Covid, j'aurais assisté aux concerts chaque fois qu'un groupe que j'appréciais, même de loin, venait à Berlin, mais je pouvais faire plus.

Mais en fin de compte, c'est la plateforme de streaming  qui pourrait vraiment avoir le plus grand impact sur le soutien financier des artistes, afin que nous puissions continuer à profiter des fruits de leur travail: la musique!

Que pensez-vous du nouveau système de boost de chansons de Spotify? Et comment soutenez-vous les musiciens que vous aimez? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

 A lire également sur NextPit France :

Source : The Next Web

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Nicolas depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Les artistes s'amusent à calculer l'argent qu'ils reçoivent par chanson jouée mais ça n'a aucun sens dans un monde ou les abonnement sont illimités. Spotify et les autres utilisent cette mesure uniquement pour savoir à qui donner. En gros ils vous donne au pro rata des écoutes. Si y'a eu 10 écoute dans le mois, 9 pour la chanson A et 1 pour la chanson B, alors 90% des revenus alloués aux créateur iront pour la chanson A et 10% pour la chanson B.

    D'ailleurs l'argent total distribué aux artistes à augmenté avec ces technologie, il n'a pas baissé. Les revenus du secteurs sont reparti à la hausse. Et les plateforment reversent l'essentiel de leur revenus. Il y a pas grand chose à tirer ici. On tonds pas un oeuf, spotify étant en perte.

    Mais comme les plateforme sont en écoute illimitée, et que chaque utilisateur peut écouter toutes les musiques qu'il veut, beaucoup plus longtemps, chaque écoute forcément rapporte très peu. Et donc forcément les revenus de chaque artiste, sauf les plus populaire baisse.

    C'est lié à la mondialisation si vous voulez. Votre musique est dispo dans le monde entier, mais du coup vous étes en concurrence avec le monde entier. De plus quand votre chanson est écoutée par un indien sur l'offre gratuite qui rapporte peut être 1€/an en revenu pour 10000 morceau écoutés, ça veut dire qu'il y a 10000 personnes pour se partager 1€. Vous avez qu'à cracher sur les Indiens qui sont trop pauvre.

    Ce que je veux dire au final c'est qu'on pleure les artistes et ont dit qu'il font toute la valeur ou qu'ils sont sous payés mais c'est faux.

    Si les artistes apportaient 100% de la valeur, il n'auraient pas besoin de tout ça, il vendraient directement au consommateur et on parlerait ni de spotify, ni d'éditeur, ni de radio, ni de studio d'enregistrement ni de campagne de pub. Ceux qui s'y sont essayé l'ont remarqué: essentiellement ça ne fonctionne pas et produit au mieux des revenus très faible.

    La réalité c'est que les artistes ont besoin de ces services. Les artistes ont besoin de pub, de faire des clips qui nécessitent de payer des caméraman, des producteurs, des acteurs. Ils ont besoin d'ingénieur du son, de studio d'enregistrement aussi. Il ont besoin de passer sur MTV, il ont beson que le mélomane sache qu'ils éxistent et décide de les écouter. Et ils ont besoin d'une plateforme de streaming légale.

    Rien ne les empéche d'en faire une autre. Il leur suffirait de s'allier entre eux, se fédérer/syndiquer, de faire leur propre plateforme si l'existant leur plait pas.


  • Konsau depuis 3 semaines Lien du commentaire

    Le phénomène n'est pas nouveau. Déjà avec les radios classiques, il fallait payer pour être bien programmé. Comme dans beaucoup de domaines , c'est juste le support qui a changé. Il faut boycotter Spotify.


    • Antoine Engels
      • Admin
      • Staff
      depuis 3 semaines Lien du commentaire

      Dans un sens, tu as raison, les campagnes de pub et de promotion d'albums ou de singles ça se fait partout et depuis longtemps.
      Mais là c'est pas pareil. C'est pas un studio, un label ou un artiste qui paie pour mettre en avant son contenu de manière ponctuelle.
      C'est une plateforme qui propose de modifier manuellement son algorithme pour justifier une baisse de redevances versées pour chaque stream d'un morceau.
      C'est un peu comme si un libraire faisait du chantage aux éditeurs pour mettre en avant tel ou tel bouquin dans ses rayons, moyennant une réduction de la part touchée par l'éditeur/l'auteur sur les ventes alors qu'il aurait dans tous les cas mis le bouquin en rayon.
      Donc en fait, si tu n'acceptes pas en tant qu'artiste de recevoir moins d'argent, tu es certain d'être moins mis en avant que les autres.
      Une campagne de pub c'est ponctuel. Les recommandations c'est continuel, normalement c'est basé sur les habitudes de consommation des utilisateurs. Plus le morceau est populaire, plus il doit être recommandé. Cette énième partialité des algo ajoute une couche supplémentaire dans la manipulation du contenu mis en avant sur les plateformes.


      • Antoine Engels
        • Admin
        • Staff
        depuis 3 semaines Lien du commentaire

        Regarde les sites gratuits comme NextPit par exemple, dans un certain sens on est "esclaves" de l'algo de Google pour que notre contenu soit mis en avant.
        Je peux écrire le meilleur article de ma vie, s'il est mal référencé, personne ne va le lire. Voilà pourquoi beaucoup de sites font du putaclick, visent le plus gros dénominateur commun etc... pour toucher la plus grande audience possible.
        Mais si en plus de ça, la plateforme ajoute une couche supplémentaire de partialité en te demandant de baisser tes revenus pour être davantage mis en avant, ça revient à payer ton référencement.
        C'est un chantage à l'audience en biaisant un algorithme qui, de base, ne devrait pas être influencé autrement que par les préférences des utilisateurs.


      • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

        Cela me fait beaucoup penser à la grande distribution qui demande des frais supplémentaires à ses fournisseurs (donc faire baisser les coûts d'achat) pour mettre en avant leurs produits - les fameuses "marges arrières".
        Et dans le réel pour les libraires, c'est l'inverse qui se produit : les gros éditeurs et distributeurs imposent aux librairies indépendantes ce qu'elles doivent présenter en rayon et même comment mettre en valeur leurs prétendus best-sellers.


      • Konsau depuis 3 semaines Lien du commentaire

        Eh oui, comme dans la chanson, on fabrique des célébrités artificielles et jetables.


      • Nicolas depuis 2 semaines Lien du commentaire

        Ce n'est pas google qui à créé cette réalité. C'est TOI et des milliards d'autres d'être humains qui publie du contenue chaque jour et se font concurrence les uns les autres qui fait que ton contenu est noyé dans la masse.

        La réalité c'est que si chaque personne publie 10 contenu et en voit 1000 par jour, tu peux espérer en standard que chaque contenu que tu publie soit vue 100 fois. Avoir plus c'est "voler" du temps de lecture des autres pour qu'ils regardent TON contenu plutôt que celui d'un autre.

        Et donc ouais faut que le contenu soit bon, mais faut aussi qu'il soit accessible, connue et que les gens en aient envie. C'est ce qu'on appelle avoir une stratégie de communication/marketing. C'est critique.

        Google peut t'aider en poussant ton contenu s'il est déjà populaire et de qualité, et ce gratuitement, ce qui est ultra cool. Et contre argent ils vont te pousser en haut des résultats. Mais le probléme n'est pas Google à la base. Ils n'y sont pour rien. Ils ont juste construit un moyen les gens de trouver du contenu utile parmis les milliard de page web, en choisissant le meilleur contenu ou à défaut celui qui paye le plus pour.


    • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

      La naïveté du raisonnement m'étonne autant qu'elle me désole.
      Les producteurs et intermédiaires placés entre les artistes et le public ont toujours été la règle et exploitent ce circuit infernal.
      La "petite différence" aujourd'hui, c'est la maximalisation des profits et l'inhumanité du procédé de plus en plus puissant et évident.
      De tout temps, l'artiste, quel que soit son domaine, reste maudit quand il n'accepte pas les règles implicites de sa médiatisation. S'il veut rester lui-même sauf à vouloir plaire aux "marchands de soupe", il est condamné à rester méconnu ou méprisé. Du début du XXème siècle jusqu'à aujourd'hui, les "choses" ont toujours fonctionné ainsi malheureusement.


      • Antoine Engels
        • Admin
        • Staff
        depuis 3 semaines Lien du commentaire

        Ouais, sauf que ces plateformes étaient censées faire disparaître les intermédiaires, pour favoriser les créateurs de contenu "indépendants".

        Dans la musique, beaucoup d'artistes ont connu un succès monstre grâce à Spotify sans devoir passer par une maison de disques.

        Sur Youtube, beaucoup de vidéastes ont connu le succès sans devoir passer par une boîte de prod, idem pour les streamers sur Twitch.

        Donc là, en biaisant toujours plus les algos de recommandations, les plateformes monétisent une mise en valeur du contenu qui ne leur coûte rien.

        Prends une campagne, de pub, avec des bannières, des posts sur les réseaux sociaux, des communiqués de presse, etc... Tout ça coûte de l'argent, c'est logique de payer pour ça.

        Mais faire payer le référencement via l'algo, c'est une aberration. C'est normal d'être bien référencé si ton contenu est massivement consommé par les usagers. C'est pas quelque chose qui devrait être acheté.

        Du coup, ça tue complètement le principe même de ces plateformes et ce qui a fait leur succès.


      • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

        Comme Internet à ses débuts qui se voulait gratuit et généreux.
        Mais un système qui s'autodétruit en voulant toujours se développer plus, c'est un système qui a perdu son âme.
        Pour le reste, je suis d'accord.


      • Nicolas depuis 2 semaines Lien du commentaire

        Ca leur coute. Les clients de spotify sont pas les musiciens et artistes (qui sont des fournisseurs). Le client c'est l'utilisateur final.

        L'utilisateur final doit avoir la musique qui lui plait. Et donc reste le maitre du jeu surtout qu'une partie paye pour le coup.

        Donc pour que spotfiy le fasse faut que ce soit limité à seulement quelques titre, car le rester doit rester ce que l'utilisateur veut. Et même là, ça doit être un truc pas trop éloigné.

        Donc soit au mieux spotify peut proposer à TOUS les artistes de prioritiser entre leur propres chansons gratuitement et celles si seront légérement plus écoutées que d'autres chansons du même artiste mais le nombre d'écoute ne changera pas, soit spotify accepte de baiser le jeu et de favoriser certains artistes.

        Mais comment choisir et réguler tout ça ? Bah en faisant payer les artistes on évite que l'artiste pousse trop de chansons (ce qui revient à ne rien faire) et on évite que tous les artistes le fassent (ce qui reviendrait à ne rien faire). Et donc ça marche.

        Sinon, autant ne rien changer.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition