Spotify séduit toujours plus d'abonnés, Microsoft veut surveiller les télétravailleurs

Spotify séduit toujours plus d'abonnés, Microsoft veut surveiller les télétravailleurs

C'est à nouveau ce moment de la semaine - le moment de choisir nos gagnants et nos perdants des sept derniers jours dans l'industrie de la tech. Cette semaine a été dominée par le Black Friday, ou le Pas Black Friday en France, mais changeons de sujet pour notre article d'opinion hebdomadaire. Cette semaine, il y a eu de bonnes nouvelles pour Spotify, et de mauvaises nouvelles pour les travailleurs à domicile qui utilisent les logiciels Microsoft.

Comme toujours, je commencerai par quelques mentions honorables. Amazon était sous les projecteurs cette semaine, et pas seulement par avoir en partie alimenté, comme chaque année, la fête surconsumériste qu'est le Black Friday.

Cette semaine, la nouvelle s'est répandue que les travailleurs de 15 pays du monde entier organisaient des manifestations pour exiger que le détaillant en ligne respecte les droits des travailleurs à participer à des activités syndicales, cesse de contourner les lois fiscales et s'engage à respecter des normes environnementales plus strictes, selon les organisateurs de l'événement. Le hashtag #MakeAmazonPay a été utilisé comme signe de ralliement.

Pendant ce temps, chez Google et Facebook, les choses n'ont pas été aussi roses cette semaine, le gouvernement britannique ayant annoncé un nouveau régulateur pour limiter les pouvoirs des Gafas. Une nouvelle unité dédiée aux marchés numériques, la Competition and Markets Authority (CMA), a été créée pour cibler spécifiquement les plus grandes entreprises technologiques du monde.

Le secrétaire d'État aux affaires économiques, Alok Sharma, a déclaré : "Les plateformes numériques comme Google et Facebook apportent une contribution significative à notre économie et jouent un rôle massif dans notre vie quotidienne - mais la domination de quelques grandes entreprises technologiques seulement entraîne une diminution de l'innovation, une augmentation des prix de la publicité et une diminution du choix et du contrôle pour les consommateurs".

Le gagnant de la semaine: Les abonnés à Spotify s'envolent

Spotify a augmenté sa base d'abonnés payants de 27 % au troisième trimestre 2020, pour atteindre le chiffre impressionnant de 144 millions. Les utilisateurs actifs mensuels du service de streaming musical ont également augmenté de 29 % d'une année sur l'autre, pour atteindre 320 millions.

Selon les données de recherche analysées et publiées par Comprar Acciones, le nombre d'utilisateurs de Spotify n'était que de 18 millions au premier trimestre 2015. Il a doublé pour atteindre 36 millions au deuxième trimestre 2016, puis 71 millions au quatrième trimestre 2017 avant d'atteindre le chiffre actuel. En bref, les gens aiment Spotify, à moins qu'ils ne soient des artistes bien sûr !

Au troisième trimestre 2020, les revenus d'abonnement de Spotify ont augmenté de 15 % par rapport à l'année précédente, pour atteindre 1,79 milliard d'euros. Le revenu global s'est élevé à 1,98 milliard d'euros, soit une augmentation de 14 % d'une année sur l'autre. Les recettes publicitaires, d'autre part, ont augmenté de 9 % en glissement annuel et de 41 % en glissement trimestriel pour atteindre 185 millions d'euros.

Malgré cette croissance, Spotify a enregistré une perte de 101 millions d'euros, contre un bénéfice de 241 millions d'euros au troisième trimestre 2019. Cette perte est due au fait que Spotify augmente sa base d'utilisateurs en proposant des forfaits à prix réduits. Le revenu par utilisateur a chuté de 10 % par rapport à l'année précédente au cours du trimestre, à 4,19 euros.

L'augmentation du nombre d'abonnés payants devrait permettre à Spotify d'accroître encore sa part de marché. Selon les rapports du début de l'année, Spotify était à la tête du marché avec une part de 35%. Apple Music était deuxième avec 19 % et Amazon Music troisième avec 15 %. Ensemble, les trois contrôlaient 67% du marché. Nous attendrons avec impatience une mise à jour de ces chiffres en janvier 2021.

Le perdant de la semaine: Le nouveau "score de productivité" de Microsoft

Cette semaine, Microsoft a annoncé un nouvel outil pour son logiciel informatique qui permettra aux employeurs de suivre de beaucoup plus près leurs employés. Bien entendu, cet outil a été présenté comme un ajout positif pensé pour la productivité et non une dérive à la 1984. Microsoft a décrit son nouveau système de score de productivité comme "un nouveau service qui peut aider à accélérer votre transformation numérique en vous donnant un aperçu du fonctionnement de votre organisation".

Cet outil permet essentiellement de suivre et d'analyser des activités telles que le nombre de fois où les employés envoient des courriels ou utilisent la fonction de chat, s'ils ont ou non leur appareil photo allumé pendant les réunions, et la quantité de travail qu'ils effectuent en dehors des heures de travail, entre autres choses. L'outil est disponible dans le plan d'entreprise Office 365 en tant que complément.

Les défenseurs de la protection de la vie privée ont, à juste titre, été très actifs dans le domaine de l'information. Alors que de plus en plus d'entreprises s'ouvrent pour permettre à leur personnel de travailler à distance, l'idée de collecter ce type de données et de les utiliser pour classer les employés individuels par rapport à leurs pairs dans une sorte de tableau de classement, ne convient pas à ceux qui ont le sentiment que notre vie privée est déjà dépouillée sous tous ses aspects.

Dans la vidéo ci-dessus, Microsoft explique que son score de productivité comprend des informations, des points de référence et des mesures qu'elle peut prendre pour aider les membres de son organisation à être plus productifs: "C'est assez intéressant", affirment-ils.

Je ne pense pas! Le pire dans toute cette saga, c'est que la fonction est activée par défaut, ce qui signifie que les entreprises devraient activement se désengager pour permettre aux employés de travailler en paix sans être soumis à un suivi intense.

Des questions ont également été soulevées quant à la légalité du nouvel outil de notation de la productivité. Le chercheur, écrivain et activiste Wolfie Christl a écrit sur Twitter que cet outil est presque certainement illégal en Autriche et en Allemagne.

Qui sont vos gagnants et vos perdants de la semaine ? Faites-nous part de vos réflexions dans les commentaires.

À lire également sur NextPit France: 

 

Derniers Articles

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Le "score de productivité", où une sorte de classement d'un jeu concours organisé par les DRH. Celui ou celle qui obtiendra le plus mauvais score aura le privilège de recevoir une belle lettre de licenciement en guise de "trophée" !

    Microsoft aura beau présenter cet outil comme quelque chose de "positif" à la base, nul doute que certains employeur plus soucieux du porte-monnaie de leur boîte que de la santé de leurs employés se chargeront d'utiliser cet outil "positif" d'une façon négative.

    "Travaillez pour vivre, et vivez pour travailler !" qu'ils disent...


  • Ce que je peux constater dans ce palmarès, c'est qu'il n'y a pas de gagnants sans perdants dans ces "histoires.
    Pour Spotify, les utilisateurs applaudissent quand les artistes trinquent et, de même, pour Microsoft les entreprises qui utilisent le service se "frottent les mains" quand les employés sont sous la menace de Big Brother.
    Décidément, rien n'est si évident dans cette riante modernité 🙄


    • Antoine Engels
      • Admin
      • Staff
      depuis 3 mois Lien du commentaire

      On est tous le gagnant/perdant de quelqu'un et vice versa. C'est pas nouveau.


      • C'est pour cela que les mêmes "gagnants" parlent avec emphase et délectation d'échange win-win 😉
        Mais, par contre, le discours est toujours adapté en fonction des vrais ou des faux gagnants.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition