Smartphones et vie privée: Pourquoi Apple ouvre la voie

Smartphones et vie privée: Pourquoi Apple ouvre la voie

C'est très difficile à croire, mais le fait est que le marché de la collecte et de la commercialisation des données personnelles est devenu une industrie mondiale qui pèse plus de 227 milliards de dollars par an. Les smartphones sont l'un des principaux responsables de cette situation.

Ils ont contribué à l'explosion de ce marché et permettent aux entreprises de collecter une grande variété de données qui englobent diverses facettes de notre vie. Cela se fait souvent à notre insu et, surtout, sans notre consentement.

Apple, en particulier, cherche à contrecarrer ce phénomène et a introduit un certain nombre de fonctionnalités de confidentialité (améliorées) dans iOS 14 et iPadOS 14 afin d'aider les utilisateurs à prendre des décisions claires concernant leurs données et la façon dont ils décident de les partager.

Dans un billet intitulé "A Day in the Life of Your Data", Cupertino dévoile les enjeux autour des datas et surtout son plan d'action pour empêcher des annonceurs de suivre à la trace. Un document que j'ai trouvé édifiant et dont j'aimerais débattre ici, avec vous. 

Le défi d'écrire sur quelque chose que l'on ne peut pas voir, entendre, sentir ni ressentir

Avant de commencer à travailler sur cet article, j'ai réfléchi à la manière dont je devais aborder ce sujet. Devrait-il s'agir d'un article sur Apple et ses efforts accrus en matière de protection des données et de confidentialité, qui devrait être inclus dans les prochaines mises à jour d'iOS 14.5 et d'iPadOS 14.5?

Ou suis-je en train de ressasser l'histoire de John et de sa fille Emma, un couple de personnages fictifs qu'Apple a utilisé dans l'histoire "Une journée dans la vie de vos données" pour illustrer la quantité de données générées par l'utilisation quotidienne d'un smartphone?

À propos, si vous n'êtes pas familier avec le suivi des données, cette histoire d'Apple vaut vraiment la peine d'être lue car elle présente les bases du sujet de manière rapide, simple et informative.

apple privacy john emma
Les fabricants de smartphones doivent-ils faire plus de pédagogie autour des datas? / © NextPit

Ma décision finale a été de fournir un certain degré de commentaire combiné à des éléments d'information. Je ne suis pas moi-même un spécialiste de la protection de la vie privée et je n'ai jamais vu un profil complet de données provenant d'un courtier en données.

Cependant, cela fait maintenant plus de vingt ans que je m'intéresse de près à l'internet et à ses possibilités, à titre professionnel. J'ai planifié des campagnes de marketing qui m'ont fait prendre conscience de manière presque aiguë des possibilités de ciblage des personnes. De plus, en tant que PDG d'une maison d'édition en ligne, je sais à quel point la protection de la vie privée peut parfois être un défi.

La vie privée est le rayonnement d'Internet. Elle est totalement sous-estimée.

Cela peut paraître trop simpliste, mais pour moi, la collecte de données sur l'internet a beaucoup de points communs avec les radiations. Elle est inaudible, inodore, et vous ne vous en rendez pas compte. Mais elle existe, vous en avez entendu parler et vous avez l'impression qu'elle n'est pas très bonne. Après tout, qui, sain d'esprit, entrerait volontairement dans une zone radioactive et contaminée sans équipement de protection adéquat ?

Nous le faisons tout le temps sur Internet. Selon Apple, chaque application iOS et Android intègre en moyenne six trackers, qui collectent nos données et les vendent ensuite à des courtiers en données. Ces derniers peuvent ensuite regrouper ces données pour dresser un portrait complet de chacun d'entre nous.

Le problème est que nous ne sommes pas conscients de ce processus. Nous donnons notre accord pour que cela se produise par le biais de longues politiques d'utilisation et de confidentialité, dont certaines sont difficiles à comprendre, sans aucune transparence réelle.

Je pense - attendez, j'en suis certain: Si nous savions exactement combien de données nous transmettons à des parties inconnues et ce qui peut en être fait, nous serions tout aussi inquiets que si nous devions vivre et travailler juste à côté d'une centrale nucléaire.

Apple veut créer de la transparence pour les utilisateurs

C'est exactement là qu'Apple intervient, en commençant par l'ignorance des utilisateurs, et a annoncé l'année dernière qu'elle exigera des développeurs d'applications qu'ils obtiennent le consentement des utilisateurs pour la collecte de données avant l'installation, et ce de manière transparente.

D'une part, vous êtes en mesure de voir la quantité et le degré d'informations personnelles auxquelles un programme particulier peut accéder avant de l'installer, et à quelles données le profil est lié.

NextPit ios tracking nutrition app fr
Apple introduira de nouvelles options de confidentialité avec iOS 14.5. / © Screenshot: Apple; Montage: NextPit

Cela vous permet de réfléchir à l'avance et de vous préparer tout en ayant l'esprit tranquille quant au degré d'informations personnelles qu'un développeur d'applications est en mesure d'obtenir de vous, si cela est nécessaire, ou quel type de conséquences cela aurait dans certaines circonstances.

Les utilisateurs d'Android ont également accès à des niveaux d'information similaires, bien que moins détaillés, avant d'installer de nouvelles applications. Cependant, Apple va maintenant plus loin et offre aux utilisateurs la possibilité d'empêcher le développeur de l'application de suivre les données, même après l'installation de l'application. Un menu vous permettra de retirer votre consentement à la collecte de données si nécessaire, sans altérer les fonctionnalités de base de l'application elle-même.

Apple a construit tout un écosystème à cet effet, afin de fournir aux développeurs d'applications les moyens d'obtenir des statistiques importantes sur l'installation et l'utilisation, mais sans permettre de tirer des conclusions sur l'individu.

Apple Privacy Principles
Les quatre piliers des principes de confidentialité d'Apple. / © Apple

Cela pourrait changer la donne pour l'ensemble du secteur

Ce qui semble si simple en théorie pourrait en fait se transformer en une révolution susceptible de bouleverser l'ensemble du secteur. Comme je l'ai mentionné au début : Il y a une quantité inimaginable d'argent à gagner avec la collecte de données, suivie de leur traitement et pour une exploitation commerciale et un ciblage ultérieurs.

Google et Facebook, en particulier, gagnent des milliards grâce à la publicité personnalisée. Facebook est connu pour avoir accès à de nombreuses données personnelles par le biais de ses applications, comme Instagram et WhatsApp, et pour les utiliser afin de fournir des profils extraordinairement précis à ses clients.

Et Google a gagné très tôt le surnom de "pieuvre des données", bien avant que l'entreprise n'ait accès à des milliards de smartphones avec leurs utilisateurs via le système d'exploitation mobile Android.

Le règlement général sur la protection des données de l'UE (RGPD / DSGVO) a été la première fois que les collecteurs et les exploitants de données ont été confrontés à des défis et à une opposition. Cela nous inclut également en tant qu'éditeurs en ligne, bien sûr.

Même si l'on peut discuter de la nature et de la mise en œuvre de la directive européenne sur la protection des données - c'était et c'est toujours la bonne chose à faire. Il ne peut et ne doit pas se produire que des réseaux publicitaires et des courtiers en données créent des profils de nous sans autorisation préalable et fassent de même pour les adultes et les enfants.

Le fait qu'Apple tienne tête aux développeurs et aux grands réseaux publicitaires et les oblige à agir de manière transparente envers nous - l'utilisateur final - est une démarche remarquable et courageuse. Et il aurait dû l'être depuis longtemps.

La protection des données n'est pas seulement importante pour des raisons éthiques. Nous en avons fondamentalement besoin pour protéger nos démocraties également.

C'est un grand saut dans l'inconnu que d'affirmer ce qui suit : les réseaux sociaux, les informations filtrées et, en fin de compte, le ciblage et l'adressage des personnes qui ont une affinité avec certains sujets ont également rendu nos systèmes politiques vulnérables ces dernières années. Avec suffisamment d'argent et les bonnes données, les campagnes de désinformation et la diffusion de la propagande populiste peuvent être parfaitement contrôlées.

Des bannières déguisées en informations peuvent désormais être trouvées en abondance sous de nombreux articles sur Internet. Le défaut fatal réside dans le fait que les personnes visées par cette publicité extrêmement précise et ciblée ne savent généralement pas qu'elles sont la cible.

Ils peuvent se demander pourquoi il y a des bannières de vacances en Crète qui surgissent partout, alors qu'ils viennent de regarder les dernières brochures d'une agence de voyage. Mais ils ne peuvent pas faire le lien avec le fait que c'est une application qui les a repérés: votre visite à l'agence de voyage la plus proche et la durée de celle-ci, qui peut être obtenue à partir de vos données GPS.

Dès lors que vous avez une sorte d'autocratie ou de régime qui est prêt à utiliser son pouvoir, les critiques peuvent être identifiés et suivis très rapidement via leurs smartphones, même lorsque l'on essaie de se perdre dans des foules immenses. Le New York Times a souligné à quel point la question de la vie privée est indispensable au bon fonctionnement des démocraties et que la fenêtre de changement est étroite.

Non, vous n'avez rien à cacher. Mais vous ne voulez toujours pas que les gens sachent tout de vous.

"Je n'ai rien à cacher" est depuis des années l'argument massue de ceux que vous confrontez au traitement frivole de leurs données.

Il est humainement compréhensible d'argumenter de la sorte. Après tout, vous n'entendez, ne sentez et ne ressentez aucun des effets. En fait, vous ne vous en rendez même pas compte à la fin. Certaines personnes considèrent même la publicité personnalisée comme une sorte de service.

Je pourrais et je peux même partiellement suivre cette ligne d'argumentation. Il me semble beaucoup plus logique de voir des bannières publicitaires pour un nouveau vélo que pour des sous-vêtements féminins. Cependant, le progrès technique a progressé à un rythme rapide et nous, les humains, ne sommes plus capables de le suivre cognitivement.

Je ne pense pas que la grande majorité des gens se demandent si le fait d'apparaître à l'arrière-plan d'une photo de manifestation peut avoir des conséquences. Il existe déjà un logiciel qui recherche dans toutes les images librement disponibles sur Internet le visage de votre choix.

Imaginez que vous vouliez entrer aux États-Unis, mais qu'un voyant rouge clignote sur l'ordinateur lorsque vous scannez votre passeport, et que l'agent des douanes vous refuse. Pourquoi? Le fonctionnaire derrière la fenêtre en plastique ne le sait pas lui-même. De même, l'employé de banque assis devant son ordinateur et sur le point de vous refuser un prêt ne le sait pas non plus.

Avez-vous eu l'air trop déprimé lorsque vous avez utilisé votre assistant vocal récemment ? Ne faites-vous pas assez d'exercice? Êtes-vous aligné avec les mauvais amis Facebook? Vous étiez au mauvais endroit au mauvais moment, peut-être par accident?

Même les (anciens) présidents des États-Unis ne sont pas à l'abri du suivi des données

L'exemple de Donald Trump et du New York Times montre que la protection des données est particulièrement importante, même - ou peut-être surtout - pour les personnes les plus exposées de notre planète. Dans un rapport complet sur la protection des données (à lire absolument pour toute personne intéressée), l'ex-président américain a servi d'exemple pour illustrer à quel point il est facile d'être suivi à l'aide de données librement accessibles. Le journal a même réussi à créer des profils de mouvement significatifs du président et de ses principaux conseillers.

way tracking donald trump new york times
Dans un rapport, le New York Times a réussi à créer des profils de mouvement de Donald Trump et de ses associés en utilisant des données librement disponibles. / © New York Times

Si un média aux ressources limitées peut déjà parvenir à espionner à ce point l'ancien président américain de cette manière, que peuvent alors faire ceux qui disposent de ressources illimitées ?

L'engagement d'Apple doit être repris par d'autres entreprises également

Le fait qu'Apple prenne la route de la sécurité des données n'est pas nouveau. Même avant cela, l'entreprise de Cupertino avait une longueur d'avance sur ses concurrents en la matière. Cependant, il est encourageant de voir cette étape franchie avec la mise à jour iOS/iPadOS 14.5, et cette démarche a forcé la main à d'autres grands acteurs.

Alors que Zuckerberg se serait exprimé dans un cadre privé avec une rhétorique quasi-martiale (il faut faire souffrir Apple), Google semble mieux comprendre la prise de conscience actuelle. Dans un billet de blog publié au début du mois de mars 2021, Google a fait savoir qu'il souhaitait supprimer la publicité personnalisée à partir de l'année prochaine.

On ne sait pas encore si cette déclaration de Google peut maintenant être interprétée comme une réaction à la poussée d'Apple en matière de protection des données. Pour nous, utilisateurs, il s'agit toutefois d'une bonne nouvell : un pas dans la bonne direction.

Le chemin à parcourir est encore long, mais comme toujours, un voyage de mille lieues commence par un seul pas.

Ce article vous a-t-il plu? N'hésitez pas à le partager!
Rejoignez la discussion maintenant

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Pirlo01 depuis 4 mois Lien du commentaire

    Pour tous ceux qui se demande pourquoi les iPhones sont chers et que leur prix ne perd pas moitié de son prix au lancement après 1 an comme certains Android c'est en partie parce que Apple ne vend pas nos données comme tous les autres fabricants et renonce à des milliard d'euros ,

    Apple n'a pas attendu iOS 14 pour protéger les données de ses utilisateurs , vous pouvez lire sur la toiles plusieurs histoires qui à confronté le FBI à Apple car Apple ne voulais pas débloqué l'iphone d'un suspect arrêté , et les exemples ne s'arrête pas là , je pourrais parlé de la puce de sécurité à l'intérieur des iPhones et de son système iOS et de la sécurité de déverrouillage face id ...


    • louis hory depuis 4 mois Lien du commentaire

      Apple renonce à des milliards d'euros de profit ???

      Tu comptes convaincre qui avec une telle affirmation ? Toi-même probablement !
      Tu confonds ses arguments publicitaires avec la réalité. Il cherche à profiter financièrement par lui-même des données qu'il receuille plutôt que les vendre.
      Ça fait plus qu'une nuance !

      Mais effectivement, il communique sur le fait qu'il ne vend pas de données, en fait, il n'en a pas besoin. Son business model est différent de celui d'Android et sur ce point précis, tu as raison.


  • Jerome69Paris depuis 4 mois Lien du commentaire

    Étant donné que l'utilisateur lambda ne disposera pas de beaucoup de moyens pour vérifier si ces réglages "anti-pompage de données personnelles" seront efficaces ou non, si tant est qu'il en ait un jour l'idée ou la volonté, j'ai bien peur que tout cela puisse n'être que de la poudre aux yeux destinée à rassurer le quidam inquiet et à attirer encore un peu de plus de clients. Quant à espérer quelque chose d'une société comme Apple, autant croire au Père Noël. Apple qui aurait soudainement envie de laver plus blanc que blanc et de se mettre à dos les innombrables développeurs d'applications qui prospèrent au moins partiellement grâce à ce modèle économique de pompage de données personnelles ? N'y a-t-il que moi pour y voir un foutage de gueule monumental ?

    L'âge et l'expérience de la vie aidant, étant devenu d'une nature méfiante, j'y vois une fausse bonne volonté possible qui pourrait se présenter de la façon suivante : Apple impose la possibilité de désactiver le partage de certaines données personnelles dans les applications, mais celles-ci sont alors limitées dans certaines fonctionnalités. Du coup, sachant à quel point les utilisateurs ne pourront pas accepter ces limitations de fonctionnalités, comme par hasard ils accepteront le partage intégral de leur données personnelles, même si cela ne sera évidemment pas affiché de cette façon-là. Retour à la case départ, mais Apple aura entre temps redoré son blason et acquis une image plus vertueuse auprès de certains consommateurs naïfs.

    Enfin, ce n'est que mon point de vue, libre à chacun de penser différemment.


    • louis hory depuis 4 mois Lien du commentaire

      C'est vrai que j'ai pris le parti d'amener le moins d'arguments négatifs à la thèse soutenue dans l'article... probablement un besoin de "positiver" pendant cette période peu reluisante.

      Mais je reconnais que l'emprise énorme acquise par les "pieuvres des données" (donc pas seulement Apple) ne souhaitent nullement perdre leurs avantages chèrement acquis et feront tout pour continuer d'accroître leurs bénéfices mirifiques dans une concurrence toujours plus effrénée.
      La bonne question c'est de savoir si ce système pourrait se réformer, le système capitaliste l'a toujours proclamé. Mais dans l'ivresse de sa domination toujours croissante depuis deux siècles, je ne le crois plus du tout car d'autres problèmes tout aussi cruciaux et destructeurs ne sont pas pris en compte à la hauteur des enjeux.

      Seule une dictature à la chinoise pourrait mettre au pas une telle hégémonie...ce qui me semble guère souhaitable 😉
      Quant à nos gouvernements occidentaux, leur bienveillance suspecte, quand elle n'est pas intéressée, ne présage rien de bon. Le sujet leur paraît trop subtil pour déclencher un réflexe vigoureux et salutaire afin de se faire réélire.


  • louis hory depuis 4 mois Lien du commentaire

    Belle démonstration des conséquences de l'accumulation de pouvoirs par une minorité toujours plus puissante (même pendant cette crise sanitaire...) dans nos sociétés.

    L'article (traduit) sur la surveillance des proches collaborateurs de Trump est éloquent pour illustrer le sujet de l'article... même s'il est un peu long.

    Par contre, j'ai du mal à croire que la direction des choses peut s'inverser sans un changement TRÈS radical de la façon de gouverner...et je veux bien me tromper.

    Je trouve très significatif et intéressant de lire ici par le responsable du site que "l'heure est grave" alors que la plupart des médias libéraux au sens de défenseur du libéralisme politique (ou conservateurs d'ailleurs) passe leur temps à nous rassurer sur la plupart des sujets dits sensibles ou angoissants quand ils ne nous invitent pas à penser que ce n'est pas du ressort des consommateurs (plus ou moins citoyens dans le sens où le vote s'affaiblit partout dans les démocraties) mais de "spécialistes sachants".

    Je le remercie donc de nous faire part de sa clairvoyance et de sa prise d'opinion courageuse.
    Après tout, ce n'est pas si fréquent que je lui fasse des compliments...

    Édit : "Cependant, le progrès technique a progressé à un rythme rapide et nous, les humains, ne sommes plus capables de le suivre cognitivement."
    Là, je sursaute tellement je suis d'accord. C'est
    suffisamment proche des thèses de Jacques Ellul sur le rôle de "La Technique", un discours de plus de 50 ans, que je n'en reviens pas !
    C'est d'autant plus remarquable quand cela vient du monde de la "Tech", pas si propice à l'autocritique.
    La situation serait-elle si désespérée ?

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition