100 jours avec le Samsung Galaxy Z Flip: Introverti.es s'abstenir!

100 jours avec le Samsung Galaxy Z Flip: Introverti.es s'abstenir!

Je me sens comme la reine du bal, le centre de l'attention. Des gens que je ne connais pas se retournent, s'approchent timidement et veulent me regarder, veulent me toucher. Je suis quelque chose de très spécial, je suis le Samsung Galaxy Z Flip.

Si le smartphone pliable de Samsung pouvait parler, il dirait certainement quelque chose comme ça. Ce Galaxy Z Flip a vraiment quelque chose de spécial, je l'ai senti immédiatement quand je l'ai pris dans le tiroir du bureau de mon collègue David et que je l'ai pris pour un test à long terme il y a quelques mois. 

Le Samsung Galaxy Z Flip en met plein la vue aux fans de tech et il n'est pas rare que vous ayiez des monologues qui vous rappellent la folie de Gollum du "Seigneur des Anneaux" lorsque quelqu'un d'autre tente de prendre le Z Flip dans ses mains. C'est mon précieux! Mon coup de cœur.

Et en effet, il faut prendre bien soin de ce bijou. Dans les transports publics et les lieux publics en général, ce smartphone attire immédiatement l'attention. Je me revois en 2007 alors avec le premier iPhone que je tiens dans ma main, un appareil innovant que beaucoup de gens découvrent avec enthousiasme. Le Samsung Galaxy Z Flip continue de me procurer cet "effet iPhone" des mois après sa sortie.

Le Samsung Galaxy Z Flip attire l'attention

"Hans-Peter (imaginez un prénom stéréotypiquement allemand), regarde ce que cette femme a là", dit une dame à son mari à l'aéroport. Le couple, âgé d'environ 50 ans, était assis cinq sièges plus loin à côté de moi. En retirant ses lunettes, il a regardé le petit écran extérieur, qui lui a permis de visualiser mon fil Twitter.

"Ouais, ouais, je le connais . Ce sont ces nouveaux gadgets." Puis il a sorti de sa poche, un Galaxy S6 dans un étui noir. Roberta, sa femme à qui je prête un prénom encore plus absurde, était ravie et a fixé le Galaxy Z Flip pendant quelques instants encore. J'ai senti son désir. Hans-Peter, elle veut ce smartphone! 

AndroidPIT Samsung Galaxy Z Flip logo
Le Galaxy Z Flip attire immédiatement l'attention de nombreux fans de smartphones / © NextPit

Voilà à quoi s'attendre avec cet appareil, et les propriétaires du Z Flip devront également se préparer à ce genre de réactions lorsqu'ils vont ouvrir et fermer le petit miracle technologie en public. En pleine pandémie, le smartphone pliable a permis aux autres êtres humains de braver leur timidité, d'ajuster à nouveau leur masque de tous les jours ou de simplement poser des questions.

C'est tellement peu conventionnel, vraiment pas du tout.  La plupart des personnes qui s'intéressent au Galaxy Z Flip sont des personnes âgées, mais j'ai vu beaucoup de jeunes femmes et de jeunes citadins branchés en particulier qui voulaient en savoir plus sur le smartphone et qui m'ont approché en toute confiance.

Je ne peux pas les blâmer. Ce smartphone est un accessoire de mode. Et si nous n'étions pas à un moment où tout le monde évite le moindre contact, la plupart des gens dans les bus et le métro auraient aimé me l'enlever un instant pour le tenir, l'ouvrir et le refermer. Ce furent de beaux moments. La technologie est nous connecte; un smartphone ne vous rendra peut-être pas si asocial que ça après tout.

À un moment donné, je me suis fait peur 

Mais en 100 jours avec le Galaxy Z Flip, je n'ai pas vécu que de beaux moments. Car là où le smartphone est un accessoire de mode génial qui fait envie à tout le monde, le Z Flip donne une autre impression lorsqu'il est fermé. Il est timide, parfois on a envie de le secouer.

Le petit écran en forme de pilule affiche en temps réel les notifications et les rendez-vous ou appels. Néanmoins, chaque jour, j'avais le sentiment étrange de passer à côté de quelque chose d'important. C'est particulièrement vrai dans ma profession, où, j'aime aussi avoir un peu de paix et de tranquillité.

AndroidPIT Samsung Galaxy Z Flip closed
Le mini écran affiche des informations fiables, mais il est trop petit pour moi. / © NextPit

Le bilan après mes 100 jours avec le Galaxy Z Flip : trois appels du patron non remarqués et quelques appels WhatsApp loupés. Je dois dire que je garde toujours mes smartphones et tous les appareils en mode silencieux et que je n'utilise pas de vibrations.

Il suffisait que je tape sur l'écran de mon iPhone pour voir clairement et immédiatement ce qui se passe dans mon monde numérique ou même mes messages. Lorsque je reçois un appel, le grand écran s'allume. Ce n'est pas le cas du Galaxy Z Flip avec lequel je flippe toute la journée, plusieurs fois. Je n'étais pas sereine quand il était replié. Ce n'est pas pour moi. Ça me rend folle. À un moment donné, j'ai paniqué.

Et c'est dommage, car le Galaxy Z Flip m'a tellement séduite au début et m'a tellement fascinée que j'ai pensé à retenter l'expérience. Mais le mécanisme pliable et l'OS Android m'ont convaincue assez rapidement alors que je suis une utilisatrice d'iOS. L'OS qui me donnera envie de changer n'a pas encore été développé. 

Mais je peux bien imaginer que les utilisateurs d'Android qui aiment aussi cet OS s'amuseront avec le Galaxy Z Flip. Il fonctionne très bien et j'aime aussi son design long et mince. Le smartphone est si doux pour ma peau et incroyablement facile à utiliser d'une seule main. C'est si doux et si lisse que j'aimerais que mon iPhone puisse aussi me faire vivre cette expérience de nerd quasi sensuelle.

AndroidPIT Samsung Galaxy Z Flip side
Le pliure s'oublie presque après une courte période d'utilisation. / © NextPit

Il va et vient et va et vient...

L'écran du Galaxy Z Flip est tout aussi élégant malgré le pli visible au milieu, auquel on s'habitue étonnamment vite. Je pense que Samsung a fait un excellent travail avec l'écran du Galaxy Z Flip, et même après des milliers d'opérations de pliage, je ne trouve aucun signe d'usure dans la zone du pli ou de la charnière.

Ce trésor, cette merveille, attire l'attention et envoûte les fans de smartphones grâce à son élégant facteur de forme et à la fiabilité de sa conception. Le Galaxy Z Flip n'est pas pour les maladroit.es et encore moins les introverti.es. 

À lire également sur NextPit France: 

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

21 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Au moins celui-ci a vraiment le gabarit de smartphone, contrairement aux autres Galaxy Fold qui ne sont que de petites tablettes pliables en deux. Si je devais m'offrir demain un smartphone pliable, ce qui n'est pas prêt d'arriver, je choisirai celui-là ou un autre dans le même genre.

    Edit: je partage un point commun avec Julia. Je viens de l'univers Apple, j'ai eu des iPhones pendant quelques années. Puis je suis passé à Android. J'aime beaucoup ce qui se fait chez Samsung, Huawei, Xiaomi, etc. Et pourtant, je n'apprécie pas tellement Android. En fait, l'OS que j'adorais vraiment est mort : j'ai eu un Lumia pendant 1 an...


  • L'article aurait pu être intéressant s'il n'avait pas été aussi subjectif.
    J'aurais préféré lire un ressenti plus "technique" de cet appareil.


    • Je ne supprimerai pas ce commentaire. Mais c'est la dernière fois que je laisse passer. Tu as déjà été averti trop de fois.

      Tu peux être en désaccord avec un article, le trouver inintéressant ou carrément nul. Et tu peux tout à fait exprimer cette opinion si c'est la tienne.

      Mais, comme je l'ai déjà dit d'innombrables fois, les insultes directes ou indirectes à l'encontre d'un auteur ou d'une autrice ne seront pas tolérées.

      C'est d'autant plus stérile de ta part que Julia est allemande et ne lira ni ne répondra à ton invective.

      Je t'invite à reformuler ton commentaire. Et à l'avenir, ce sera un kick puis un ban.


      • Je comprends tout à fait ta remarque, Antoine, et je l'accepte pleinement.

        À ce propos, je tiens à présenter mes plus plates excuses à l'équipe et plus particulièrement à Julia. Je n'aurais pas dû écrire de manière aussi sanguine, avec autant d'arrogance, et si peu de réflexion.

        Je vais donc modifier ce commentaire.

        Encore désolé.


      • Merci d'avoir modifié ton comm' et de comprendre.
        Je déteste pousser des coups de gueule.
        Et je ne veux pas transformer l'espace commentaires en monde des Bisounours où personne ne peut s'exprimer.

        Tu aurais très bien pu dire que l'article est naze, nul ou chiant etc ... Je demande pas de justifier ni d'argumenter. On n'aime pas un article, ben on n'aime pas c'est comme ça.

        Je ne vais pas ban à la moindre insulte. Mais si insulte il y a, je veux juste qu'elles ne soient pas dirigées contre l'auteur ou un membre de la commu' (sauf blague évidente).

        Au plaisir d'échanger plus sereinement les prochaines fois 😉


  • " Il a fixé le Galaxy Z Flip pendant quelques instants encore. J'ai senti son désir"
    " parfois on a envie de le secouer."
    " Je n'étais pas sereine quand il était replié. Ce n'est pas pour moi. Ça me rend folle"
    " Si doux pour ma peau...et si lisse"
    " Me faire vivre cette expérience quasi sensuelle"
    " Il va et vient et va et vient"

    En tout cas ces 100 jours auront permis à Julia de faire sa psychanalyse et de réveiller les pulsions sexuelles infantiles qui sommeillent encore dans son inconscient.

    On est ravi pour elle. Sinon, à part son côté sextoy de luxe pour jeunes filles en phase de maturation sexuelle, il vaut quoi ce Z Flip ?
    Nextpit s'inspirerait-il de Doctissimo ?


    • Décidément, je dois jouer les white knight ici. Heureusement que Julia ne parle pas français, ça lui évite de lire ces insanités.

      Je suis d'accord que cet article tient plus du ressenti en surface qu'un retour d'expérience en profondeur sur l'appareil.

      Et c'est une première tentative pour Julia de se prêter à cet exercice qui ne pouvait évidemment pas être 100% réussie. Le "test" des 100 jours n'est pas assez approfondi.

      On est d'accord sur ce point. Par contre, je trouve que tes allusions sont assez crasses et surtout très réductrices.

      Répondre à des envolées lyriques et des figures de style volontairement "érotiques" pour coller à un choix éditorial (c'est l'angle de l'article) par des sous-entendus vulgaires et carrément sexistes c'est d'une bassesse que j'ai hâte de ne plus voir sur ce site.

      Et parler à une journaliste de 30 ans expérimentée comme si elle était une gamine quand on ne signe pas ses traits d'esprit de son vrai nom te donne finalement très peu de crédibilité.

      Je ne supprimerai pas ton commentaire parce que tu dois en être assez fier. Bravo Freud.


      • Mon commentaire était à prendre au second degré, et tu aurais pu faire la différence entre ce que tu appelles des "insanités" et des sarcasmes qui, quoi que tu en penses, ne visaient pas l'auteure en tant que personne, mais le choix éditorial qu'elle a pris la responsabilité d'adopter en écrivant cet article diffusé publiquement.
        Je pense que cet article est une insulte à l'intelligence des lecteurs. Les extraits que j'ai reporté entre guillemets parlent d'eux-mêmes et les lecteurs qui sont en demande d'informations éclairantes peuvent légitimement se sentir infantilisés quand, à l'issue d'un test de 100 jours d'un appareil, un(e) journaliste ne rend compte finalement que de sa capacité à attirer les regards de son entourage et à donner une excitation quasi-érotique à son possesseur. Personnellement, je ne me reconnais absolument pas dans ce rapport immature à l'objet ni dans l'éloge sous-jacente de la consommation ostentatoire que l'auteure véhicule, même sans s'en rendre compte. Aussi, quand je décris (avec ironie) le Z Flip comme un "sextoy de luxe pour jeunes filles en phase de maturation sexuelle", il ne s'agit pas de prétendre décrire la journaliste elle-même, mais de renvoyer l'image qu'elle a pris la responsabilité de donner de l'objet.
        Tu comprendras enfin que ton accusation de "sexisme" est, de ce fait, complètement déplacée. Rien ne m'aurait interdit d'écrire la même chose si l'auteur avait été un homme. Et, jusqu'à preuve du contraire, les thèses de Freud n'ont rien de sexiste.

        PS : J'ai autre chose à faire que de tirer de la fierté (ou de la honte d'ailleurs) d'un commentaire sur un site. Il y a des sources de fierté bien plus nobles tu en conviendras. Par conséquent, tu peux supprimer le commentaire puisque tu en as le pouvoir, et même en éprouver de la fierté pour avoir fait preuve d'une telle perspicacité dans la régulation des commentaires. Mais, sur ce coup là, je ne te félicite pas.


      • Ah non non, je ne vais ramasser derrière toi. Ton commentaire, je n'y touche pas. Je laisse bien visibles tes allusions ignobles à la "maturation sexuelle" et les "pulsions sexuelles infantiles" (voilà pourquoi je t'ai appelé Freud).

        Et comme pour Phaéton plus haut, ce n'est pas la premiére fois que tu manques de respect à un auteur ici, qu'il soit homme ou femme.

        Donc comme Phaéton, tu as été averti. Les prochaines fois, ce sera kick puis ban. NextPit n'est pas un défouloir ni un journal intime. Et j'ai autre chose à faire que deviner si ton énième insulte sous un article est du "second degré" ou pas.


      • Antoine, je te lis toujours avec attention mais là, en répondant à Pardeyec, je te trouve excessif.
        Je déteste cette époque où l'on ne peut "rien" dire où écrire sans que cela n'engendre un avertissement ou pire la censure.
        Même si je ne suis pas d'accord tout le temps avec Pardeyec, s'agissant de son propos, il n'a rien travesti de ce qui a été écrit.
        Si l'auteur incriminé se sent agressé, bon dieu, qu'il se défendre lui-même surtout lorsqu'il s'agit d'une "journaliste de 30 ans expérimentée".
        Ta réaction me fait penser à celle qui joue "la vierge effarouchée".
        Lorsqu'un journaliste voudra éviter ce genre de commentaires, il prendra le temps de se relire.
        Dans cette "affaire", la responsable, c'est l'auteur qui en a fait "des tonnes" sans intéresser le lecteur.
        Rendez-nous, par exemple et entre autres, Emmanuel MILCENT avec qui je n'avais pas que des convergences de vue et qui tenait des propos parfois voire souvents excessifs mais au moins ça discutait, ça vivait.
        Rendez-nous l'état d'esprit de Coluche. En d'autres termes : laisser les gens respirer.
        Il y a de moins en moins de commentaires sur le site et par voie de conséquence, de moins en moins de discussions... Posez-vous les bonnes questions.
        Sans rancune.
        Cordialement.


      • Non, non et non. Je suis d'accord que c'est dans le contrat d'un journaliste de faire l'objet de critiques.

        Mais jamais il ou elle n'a à supporter des insultes ou des remarques dégradantes, condescendantes ou réductrices comme Pardayec et surtout Emmanuel (puisqu'on en parle) en profèrent à outrance.

        Si quelqu'un me parlait comme ça dans la vraie vie, face à face, je ne laisserais jamais passer ça. Alors pourquoi le tolérer sur ce site?

        Il y a une volonté claire et affichée de dénigrer la personne de l'auteur. Ce n'est pas juste un retour sur le fond ou un désaccord (que je conçois totalement), c'est une pique pour se foutre du journaliste, le rabaisser avec un "trait d'esprit" dont on est si fier qu'on veut qu'il soit public.

        Ces comportements ont été longtemps ignorés ici, parce qu'on n'a pas de modérateur et parce qu'aucun autre membre de l'équipe n'était aussi actif que moi (je suis SEUL à gérer le site français de NextPit) dans les commentaires.

        Eh oui, c'est moins sympa quand la personne répond à des propos dégradants. C'est moins facile.

        Mais je vais continuer à modérer et je veux vraiment me débarrasser, je ne m'en cache pas, des ces comportements toxiques sur ce site.

        Je préfère avoir moins de vues sur chaque article mais que les échanges soient constructifs, ou a minima cordiaux.

        Puisqu'on parle de censure, je supprime rarement les commentaires. J'ai d'ailleurs laissé tous les commentaires sous cet article. J'ai invité certains à les modifier, ou les argumenter. Certains l'ont fait, comme Phaeton.

        Et dans ce cas là, on voit bien qu'il y a une idée, enrobée d'insultes. Ce n'est pas gratuit, je le sais bien. Mais il y a une manière de dire les choses. Oui, on est sur le web. Oui, on est anonymes, mais on n'est pas obligé d'être aussi hostile, aussi violent dans ses propos.

        Pose toi cette question, est-ce que tu parlerais comme ça à Julia, est-ce que tu évoquerais ses "pulsions sexuelles infantiles" en te moquant d'elle? Ou est-ce que tu expliquerais simplement pourquoi tu n'as pas apprécié son article, comme toute personne normale?

        Je trouve que ces commentaires salissent l'image du site et découragent la majorité silencieuse de participer face à une minorité trop bruyante qui veut s'approprier le site.

        On peut blaguer, on peut vanner. On ne peut pas insulter ni rabaisser des auteurs. Surtout quand on est caché sous un pseudo.

        Et je vois déjà quelques nouvelles têtes prendre la parole, poster des commentaires. C'est le but que j'aimerais atteindre. Que des gens qui n'osaient pas émettre leur avis puissent le faire dans un environnement sain.

        S'il faut passer par une baisse temporaire du nombre de commentaires, alors ça ne me pose AUCUN soucis. Je serai, dans tous les cas, toujours ravi d'échanger avec les personnes qui le souhaitent.

        Mais j'aurai une tolérance zéro pour ces invectives stériles qui tuent toute envie d'être proche de son lectorat.


      • Dont acte... que tu maintiens ton propos. De mon côté, je le maintiens également d'autant que j'apporte une attention toute particulière à la tenue de mes propos. Je le répète, je pense que, pour ce cas, tu en fais trop.
        Bon, peu importe, on se remettra tous de cela... y compris l'auteur. Une suggestion, la prochaine fois, fais-lui part de ton avis sur tel ou tel commentaire et laisse-la répondre... Elle est bien d'âge.


      • Je lui ai fait part des retours constructifs, sur la superficialité du test et la nécessité d'approfondir son retour d'utilisation.

        Je rappelle encore une fois qu'elle est allemande, que cet article est une traduction de son article original, publié sur le site allemand de NextPit et qui n'a d'ailleurs pas fait l'objet des mêmes remarques que certains ont posté ici.

        Pour le reste, si j'étais elle, je ne prendrais même pas les 5 secondes qu'il faut pour passer ces commentaires (pas les tiens, hein) dans Google Traduction.


      • Si si, tu peux même transmettre les miens... il n'y aura pas mort d'homme.


  • Rarement lu un article aussi nul...on apprend rien sur cet appareil....bidon


  • L'écriture inclusive me file des boutons, je sens que je ne vais plus trainer ici si ça devient la norme...


  • Ce n'est pas pour être méchant mais si on coupe le son et le vibreur c'est qu'on est conscient du risque de rater des alertes et, surtout, qu'on accepte que ça puisse arriver :)

    Merci pour ce retour sur une utilisation de 100 jours (contre une utilisation de 100 heures pour un test lambda)! En revanche je trouve que vous auriez pu aller plus loin dans le retour d'expérience, en l'état j'ai plutôt l'impression de lire une prise en main.


    • Je suis d'accord avec toi que ce test des 100 jours n'est pas assez approfondi. C'est le premier essai de Julia sur ce format et sur un smartphone Android alors qu'elle est à fond iOS. Et je trouve moi aussi que le ressenti reste trop en surface et que l'article est trop court.

      Pour un avis plus complet et réalisé au bout de 15 jours (et pas 100), tu peux retrouver le test complet de mon confrère David:
      https://www.nextpit.fr/samsung-galaxy-z-flip-test-complet

      Je ferai un retour à Julia à ce sujet. Et je te remercie d'avoir exprimé tes critiques de manière constructive, contrairement à d'autres commentaires sous cet article.


      • Contrairement à certains lecteurs j'ai beaucoup apprécié le ton de l'article (et son champ lexical...fleuri) ainsi que le style de Julia, c'est aussi rafraichissant et agréable d'avoir un autre angle d'approche.
        Surtout qu'elle ne change rien, le coup du désir de la femme dans le métro était excellent. En revanche, je pense qu'elle aurait pu développer un peu plus certains points plus techniques ou "daily usage" d'autant plus qu'elle doit avoir beaucoup de choses à raconter étant une utilisatrice iOS :)

        Merci à toi de te proposer de lui faire un retour, impatient de lire son prochain article.

Montrer tous les commentaires
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition