Qualcomm et Google veulent passer à 4 ans de mises à jour Android mais...

Qualcomm et Google veulent passer à 4 ans de mises à jour Android mais...

Qualcomm a annoncé ce jeudi 17 décembre travailler avec Google sur le projet Treble, une collaboration censée prolonger la durée des mises à jour Android à 4 ans au lieu de 3 maximum pour les smartphones équipés d'un SoC Snapdragon, à compter du Snapdragon 888.

La partition d'Android et la question du nombre de mises à jour ainsi que de leur ponctualité est un enjeu majeur pour chaque constructeur Android. Contrairement aux iPhone qui bénéficient en moyenne de 5 ans de support logiciel, la moyenne sur Android est de 2 ans pour ce qui est des mises à jour majeures et 3 ans pour les patchs de sécurité. 

Même les Pixels, les smartphones de Google tournant sous Android One, ne bénéficient que de 3 ans de MAJ majeures de leur OS. Pour les autres constructeurs, le délai d'attente entre le lancement d'une nouvelle version d'Android comme Android 11 et son implémentation dans leurs surcouches respectives peut prendre plusieurs mois.

OnePlus et Nokia font traditionnellement partie des meilleurs élèves en la matière alors que Xiaomi ou Asus sont généralement plus à la traine, par exemple. 

Améliorer et accélérer le processus de mise à jour d'Android

Lancé en 2017 dans le cadre d'Android 8.0 Oreo, le projet Treble sépare Android en différentes parties (la fameuse partition), ce qui est censé permettre aux constructeurs de mettre à jour plus facilement ce dont ils ont besoin et de les sortir plus rapidement.

Le nouveau partenariat entre Google et Qualcomm doit apporter des améliorations au projet Treble qui permettront aux constructeurs de construire plus facilement leurs propres implémentations du système d'exploitation en plus du cadre Android.

Pour ce faire, il s'agit de remédier à la manière dont le processus de mise à jour d'Android était géré jusqu'à présent. Android est présent sur de nombreux types d'appareils avec des capacités différentes, et les constructeurs aiment différencier leurs appareils et mettre leur propre style avec des surcouches comme OneUI pour Samsung ou OxygenOS pour OnePlus.

Ce cadre, ainsi que toutes les mises à jour, doivent être modifiés en fonction des différents jeux de puces qui ont des exigences différentes. Les constructeurs doivent tenir compte des différents cadres lorsqu'ils procèdent à leur implémentation sur différentes puces, ce qui leur donne plus de travail. D'une certaine manière, le projet Treble a rendu les choses un peu plus compliquées.

google qualcomm project treble android partition
Voilà comment est censée marcher la nouvelle partition d'Android dans le cadre du projet Treble. / © Google

À l'avenir, les améliorations apportée par Google et Qualcomm devraient faciliter le développement et le déploiement d'une mise à jour Android en utilisant simplement le même cadre d'OS sur différentes puces. Les puces Snapdragon de Qualcomm utiliseront ce Project Treble amélioré, qui sera inclus dans Android 11, pour permettre le même cadre d'OS et donc l'implémentation sur toutes les puces, ce qui devrait simplifier le processus et surtout l'accélérer.

L'idée est donc d'homogénéiser les mises à jour de chaque surcouche sur toutes les différentes gammes de smartphones d'un constructeur.

4 ans de mises à jour majeures, vraiment?

En raison de la façon dont les mises à jour vont être gérées désormais, Google et Qualcomm sont convaincus qu'ils pourront "prendre en charge quatre versions du système d'exploitation Android et quatre années de mises à jour de sécurité" sur les appareils équipés des nouvelles puces Snapdragon de Qualcomm.

Mais ne vous enflammez pas tout de suite, ces éléments de langage cachent une subtilité très importante. En effet, on parle de quatre versions d'Android, pas de quatre mises à jour majeures.

Le prochain Snapdragon 888 sera le premier chipset à bénéficier des dernières améliorations du Project Treble. Mais, comme expliqué plus haut, ce nouveau système sera intégré à Android 11, qui comptera donc comme la première version de l'OS.

Qualcomm a bien précisé qu'il "prendra en charge la version de lancement puis 3 mises à jour de l'OS, pour un total de 4 versions majeures de l'OS Android. Concrètement, les smartphones dotés du Snapdragon 888 sous Android 11 recevront les mises à jour majeures vers Android 12, 13 et 14 mais pas 15. C'est donc un total de 3 ans de MAJ majeures en réalité. 

Une promesse qui est tout de suite moins spectaculaire. C'est en gros ce qui se fait actuellement sur les Pixels, avec 3 ans de MAJ majeures, mais avec une année supplémentaire de patchs de sécurité. D'autant que ce projet reste tributaire de la volonté de chaque constructeur à l'adopter. Tous n'ont pas les moyens ni les des ressources nécessaires pour continuer à maintenir leurs appareils aussi longtemps. Google et Qualcomm ne font que poser des bases, et c'est à chaque constructeur de les appliquer ou non.

C'est aussi un enjeu commercial, puisqu'il n'est absolument pas dans l'intérêt d'un constructeur de proposer des smartphones plus durables alors qu'il sort un nouveau modèle tous les 3 mois. Imaginez si Realme s'engageait à financer le supportn logiciel sur les plus de 20 smartphones qu'il a lancés en 2020 et ce pendant 4 ans. C'est tout son business model que le constructeur devrait revoir. 

Pas sûr que tous les acteurs du marché jouent le jeu. Les Pixels de Google et les flagships de Samsung (non européens) devraient être parmi les premiers à emboîter le pas vers un avenir plus durable d'Android. 

À lire également sur NextPit France: 

Source : Google

Derniers Articles

8 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Il y a quand même une chose très importante à rappeler. Quand Google sort un Pixel haut-de-gamme, il le fait vers la fin de l'année, avec la deuxième version d'Android supportée par le SoC. Le Pixel 2 est sorti sous Android 8 et sa dernière mise-à-jour est Android 11, mais il y a eu des téléphones avec Snapdragon 835 sous Android 7. De ce qu'on sait, l'Essential Phone aurait pu aller de 7 à 11 si Essential n'avait pas fait faillite avant. Ils avaient une image vendor pour Android 11, donc c'est même pas comme s'ils forçaient la nouvelles mise-à-jour à la manière d'une rom custom.
    En bref, Google pourrait en théorie faire presque quatre ans de mises-à-jour s'ils sortaient le nouveau Pixel dès que le nouveau SoC est disponible, et l'annonce de Qualcomm ressemble à une régression. J'espère qu'il y a un détail important que j'ai raté, est-ce le cas?


  • Luna
    • Mod
    depuis 4 mois Lien du commentaire

    Ce que je lis c'est que les smartphones équipés d'un Snapdragon 888 auront le droit à quatre ans de mises à jour Android et de sécurité et pas les smartphones sur Exynos et Mediatek, c'est au minimum un avantage anticoncurentiel, s'il n'est pas ouvert à tous les fabriquants et à quelques semaines de l'annonce des Galaxy S21, ça va être dur à avaler pour les modèles européens sur l'Exynos 2100


    • Samsung à mis à jour plus de 3 ans son S7 et il n'avais pas de snapdragon ,c'est juste une question d'envie et de moyen pas uniquement de processeur.


      • Luna
        • Mod
        depuis 4 mois Lien du commentaire

        Sans aucun doute, surtout quand l'Exynos 2100 s'annonce très prometteur.


      • Et je rajouterais que Samsung a déjà communiqué sur sa nouvelle politique de Màj. Depuis la génération S10, les téléphones milieux de gamme et hauts de gamme auront droit à 3 changement d'OS et une année de Màj des patchs de sécurité.

        Donc en tout, 4 ans de Màj. Ce qui est plutôt bien. Il n'y a que Apple qui ça un peu plus loin avec 5 ans de Màj. Mais malgré tout, en moyenne, on change nos téléphone tous les 3 ans et demi - 4 ans.
        Samsung répond aux attentes de la plupart des utilisateurs donc.


    • Attends, c'est juste une première annonce d'accord, rien de dit que Samsung et Mediatek ne vont pas à leur tour contacter Google pour conclure eux aussi un tel accord et ne pas se trouver en position de désavantage et voir leur image encore dégradée auprès des consommateurs (encore faut il qu'il soient au courant, nous, technophiles et geeks, on l'est, on se renseigne, on suit l'actu tech, mais Mme Michu, ou plus globalement le consommateur lambda, qui a lui bien d'autres intérêts et ne se renseigne pas ou très peu, le saura t'il [ou elle] ? A moins que Qualcomm incite les fabricants concernés à disposer un sticker le spécifiant sur les emballages de produits concernées, pour favoriser leurs ventes...)
      Ce serait tout dans leur intérêt, la balle est dans leur camp désormais...
      Nous, de toute façon, on a tout à y gagner...

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition