Publicités dans OneUI 2.5: Ces fausses rumeurs en disent long du ras le bol des consommateurs

Publicités dans OneUI 2.5: Ces fausses rumeurs en disent long du ras le bol des consommateurs

Après Xiaomi, Samsung pourrait-il intégrer des publicités dans OneUI 2.5? C'est ce qu'a prétendu un récent leak montrant une capture d'écran d'une publicité sur l'écran d'accueil d'un smartphone Samsung. Une fausse rumeur vite débunkée (en partie) mais dont les réactions à chaud des utilisateurs en disent long sur le ras le bol général de la monétisation à tout-va des smartphones. 

Un leak supposé d'un obscur site tech indien relayé ce mardi 9 juin par des sites américains comme Android Central et Android Authority et français prétend que Samsung envisagerait d'intégrer des publicités invasives dans sa prochaine surcouche Android OneUI 2.5. 

Dans l'article original de Tizen Help, un blog tech basé en Inde peu référencé et tenu par deux inconnus dans la technosphère, on peut voir l'écran d'accueil d'un smartphone Samsung bloqué par une publicité avec un timer de 15 secondes. 

publicite one ui 2 5 tizen help
Le montage réalisé par un membre du forum coréen de Samsung n'est pas un véritable leak / © Samsung Forum

Publicités dans OneUI 2.5: Une fausse rumeur en partie débunkée

Imaginez une publicité qui vous empêche de déverrouiller votre smartphone à moins de cliquer dessus ou d'attendre 15 secondes avant qu'elle ne disparaisse. Mais où va le monde? Surtout quand on sait que Samsung vend des smartphones à la pelle, dont certains à 1300 euros, et n'a donc pas besoin d'arrondir ses fins de mois.

Logiquement, la technosphère s'est emballée mais peut-être à tort. En effet, le site dédié à Samsung, SamMobile, a débunké dans la foulée ce qui semblerait être une blague postée sur le forum coréen de Samsung et qui aurait été prise à la lettre comme étant un leak.

Concrètement, selon SamMobile (et j'ai pu le vérifier en faisant une recherche inversée de l'image sur Google), toute cette polémique remonte à un post précis du forum de Samsung en Corée du Sud. Dans ce post, les membres du forum discutent de l'apparition d'une publicité dans l'application météo native de Samsung.

samsung oneui ads forum
Les captures d'écran postées sur le forum coréen de Samsung (à gauche, au centre) et le montage à l'origine du faux leak (à droite) / © Samsung Forum

D'autres captures d'écran ont été partagées par des utilisateurs montrant une bannière publicitaire en tête de l'écran d'accueil de l'application météo. Certains commentaires s'interrogeant d'ailleurs si cette pub a été poussée par Samsung directement ou non. Car la société "Weather News", qui fournit les données météorologiques à Samsung pour son app aurait bien pu intégrer cette publicité elle-même. 

Quoi qu'il en soit, ce cas précis d'une publicité coréenne dans l'app météo native coréenne d'un smartphone Samsung coréen ne semble pas être faux. Mais le leak tant partagé par la presse américaine et française ne serait qu'une parodie postée par l'un des utilisateurs dans les commentaires du post de forum. Une manière de railler Samsung en caricaturant ce faux-pas publicitaire qui aurait été "Lost in translation", comme on dit.

La description de l'image du faux leak comporte d'ailleurs la mention "예시", qui se traduit littéralement par "exemple" à en croire Google Traduction. Une façon d'extrapoler et d'illustrer les dérives potentielles (mais fictives dans cet exemple) que les pubs dans OneUI ou les apps natives de Samsung pourraient avoir sur l'expérience utilisateur. 

Une blague mal traduite lourde de sens

Alors ok, la version de SamMobile est convaincante et la provenance plus que douteuse du leak initial portent à croire qu'on a bel et bien à faire à une fake news. Sauf que si la présence d'une pub qui bloque le déverouillage sous OneUI n'est pas avérée, celle de publicités dans les apps natives de constructeurs Android l'est.

Xiaomi le fait depuis longtemps déjà sur ses smartphones, même si la France est épargnée par ce modèle économique pour l'instant. Et certes on peut désactiver les publicités ciblées sur Android, mais comme l'a fait remarquer sur Twitter ce mardi le journaliste de XDA Max Weinbach, "on peut désactiver le tracking, mais les pubs sont toujours là."

Ce genre de pratique permet aux constructeurs de monétiser leurs smartphones différemment et donc d’en faire baisser drastiquement le prix. Xiaomi, cité plus tôt, propose par exemple parmi les meilleurs rapports qualité-prix du marché, même lorsqu’il est possible d’enlever les publicités, et Amazon en a aussi fait son business model sur ses tablettes et liseuses électroniques Kindle.

Mais c'est tout de même un comble d'impliquer le consommateur dans le financement d'un produit qu'il a payé plein pot. "Si un produit est gratuit, c'est vous le produit", on connaît tous cet adage devenu une banalité. Sauf que cette logique s'applique généralement à des modèles freemium ou gratuits sur le web de services qui reposent uniquement sur la publicité pour subsister. 

Là, on parle de produits finis, de smartphones, qu'il faut acheter au prix fort. Cette manière de responsabiliser le consommateur, de lui faire porter la charge de rentabiliser un produit en plus de lui en faire payer l'accès m'horripile! On ne devrait pas avoir de publicités sur des applications natives d'un smartphone Android. Et ce matraquage publicitaire ne devrait pas être la contre-partie d'un chantage tarifaire: "Vous voulez un smartphone moins cher, on vous met des pubs pour compenser le manque à gagner." 

Un smartphone se paie à la caisse, point barre!

Une logique tout aussi perverse est le projet d'Apple révélé cette semaine de proposer des prêts à taux zéro aux titulaires d'une carte bancaire Apple Card pour échelonner l'achat d'un iPhone ou d'un Mac. Cela peut être vu comme une belle initiative de Cuppertino d'éviter à ses clients de payer des frais bancaires et des intérêts pour financer leur iPhone.

Mais ce projet (pas prévu en France) n'est, selon moi, ni plus ni moins qu'une technique qui vise à faire acheter un smartphone à 1000 euros pour rentabiliser un produit bancaire auquel beaucoup de clients n'auraient sinon jamais souscrit. Je divague et mieux vaut clore cette parenthèse. 

Mais le fait est que les réactions à chaud à cette fausse rumeur de publicités sur OneUI 2.5 ont le mérite d'avoir rappelé le ras le bol d'une grande partie des technophiles. Il y a un vrai manque d'emprise sur des produits qu'on a acheté et qu'on devrait donc posséder de plein droit, sans devoir payer des dividendes bancaires ou publicitaires.

Cette pratique n'a aucun sens. "La gratuité, ça se paie", était le titre de mon mémoire de stage en Master sur la monétisation des médias gratuits en ligne par la pub. Mais un smartphone, ça devrait se payer à la caisse uniquement, pas par des pubs intempestives, point barre. 

À lire également sur AndroidPit France:

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

10 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Je vais aller un peu a l'encontre de ce que tout le monde dit, ca permet d'entretenir le dialogue lool...
    La pub sur un smart, pourquoi pas, a condition qu'il soit possible de la supprimer moyennant un cout defini.
    Vous achetez votre smartphone 700 euros alors qu'il en vaudrait 1000.... vous decidez de que vous ne souhaitez pas de pub, vous souscrivez a un plan que vous payez 50 euro par an par exemple et qui vous permet d'utiliser votre smart librement et sans pub.
    Si par contre vous acceptez la pub, une partie de votre smart est finance par elle. cela reste votre choix economique et permet a des gens en difficulte d'acceder a des modeles plus performants.
    Mais oui, je suis d'accord sur le fond, si vous payez votre smart au prix normal, il ne doit pas integrer de publicite. (desole, je vis en asie et ne dispose donc pas des accents sur mon clavier).
    Bonne journee a tous.


  • Le retour en arrière de Frandroid (puisqu'il s'agit bien de lui 😉) est une illustration classique de la précipitation générale de beaucoup de médias qui préfère sacrifier la vérification (la base du journalisme) à la vitesse d’exécution.

    C'est bien pour cette raison que je préfère attendre (un peu) plutôt que de voir des supposées infos passer directement de la case sensation à la cas poubelle.
    Et sur ce site, je peux dire que je suis plutôt bien servi de ce côté là.
    "Et pourvu que cela dure" disait la mère de Napoléon à son jeune fils plein d'enthousiasme et de réussite...


    • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

      Sauf qu'il ne s'agit pas d'une fausse rumeur, mais d'un problème réel d'encadrement des applications préinstallées sur Android et il y a vraiment pas de quoi se réjouir Louis Hory, quand Google laisse à ce point se dégrader l'image d'Android au profit des features Drops , des mises à jour pour les modèles chers ou des interfaces sans publicité exclusives aux utilisateurs européens.

      J'invite à acheter un smartphone en promotion sur le markeplace et tu comprendra que rien n'empêche un constructeur de verrouiller son smartphone par de la publicité et quand ne l'empêche ça suffit à alimenter la rumeur.


      • Sauf que Frandroid est revenu en arrière, "la queue entre les pattes" 😉
        Tu peux aller voir toi même si tu as quelques doutes...
        La propagation de ce type de nouvelles n'est pourtant pas une nouveauté chez eux !


      • Oui, surtout qu'ils se réservent clairement le droit de le faire dans un avenir proche en France. Les responsables de Xiaomi l'ont dit très clairement l'an passé, la pub via MIUI c'est une partie intégrante de leur business model.

        Perso, je crains que ce basculement va s'opérer en parallèle des glissements de gamme qu'on connaît déjà. Les smartphones vont devenir de plus en plus chers, et du coup les constructeurs vont te faire un chantage au rapport qualité/prix en t'imposant des pubs sur les modèles moins chers.


      • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

        @Louis Hory

        Tu es sérieux quand tu dis ça, quand tu as lu un article un pertinent sur FrAndroid et revenir en arrière quand on est bien au chaud dans son interface d'européens, c'est encore pire si tu veux mon avis, car on a tous un problème quand un constructeur peut verrouiller un smartphone par de la publicité et qu'on ne devrait pas attendre que ça nous tombe dessus pour réagir.
        Donc non, je félicite ces lanceurs d'alerte indiens et inconnus.


      • @ Antoine Engels

        C'est-à-dire que l'on va payer un prix qui correspondra plus à ce que bien des constructeurs aimeraient pouvoir imposer pour continuer à dégager le même niveau de bénéfices, la crise aura bon dos comme justification.

        Mais quand on est dans un système pervers comme celui-ci (qui ne veut pas faire payer DIRECTEMENT le coût de fabrication et de distribution qu'il génère afin de garder un avantage concurrentiel) je ne peux guère m'étonner de ce type de conséquence, je ne peux que le déplorer.

        C'est bien le "business model" qui est à revoir et ce qu'il sous-tend...


  • De telles pratiques me feraient immédiatement quitter un constructeur, quel qu'il soit. À bon entendeur. Heureusement que Xiaomi permet aux consommateurs français de ne pas subir ces publicités dans ses smartphones, parce que s'il y en avait, je n'aurais pas mon Xiaomi actuel. Et si ces pratiques devaient se généraliser chez les constructeurs, il y a fort à parier que cela signerait le grand retour de la pratique du "root" et que beaucoup de bidouilleurs géniaux trouveraient vite le moyen de supprimer ces publicités. Espérons que nous n'ayons pas à en arriver là.


    • Tant pis si je passe pour un complotiste ce que je récuse complètement une fois de plus 😉 mais cette méthode ressemble furieusement aux pratiques habituelles (aujourd'hui) de nos gouvernements (et pas seulement l'actuel) pour lancer "des ballons d'essai" en vue de découvrir comment les citoyens, ici les consommateurs intéressés, apprécient l'essai (ou le projet de loi ou de décret dans le domaine politique)
      Alors bien évidemment, si je suis ulcéré de ce procédé déloyal par rapport même à la pratique commerciale courante, je ne peux dire pour autant que j'en soit si surpris.
      Cela doit être ça que l'on appelle l'ingénierie marketing 😝 ?

      Ce développement de la gouvernance (d'où qu'elle vienne) est une vraie fumisterie et un bon moyen de perdre le peu de confiance qui subsiste encore aux yeux des consommateurs et citoyens dans ce système qui ne sait où s'arrêter dans cette voie suicidaire.

      Et après certain(s) s'étonneront que je ne sois pas trop d'accord avec ces règles capitalistes, ce n'est pas ainsi qu'ils me feront changer d'avis 😉


  • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

    Si le déverrouillage au bout de 15 secondes est une rumeur, la publicité dans les applications préinstallées de Samsung jusque dans la barre de notification, c'est déjà une réalité pour de nombreux utilisateurs non européen comme chez Xiaomi.

    Donc non ce n'est pas rassurant et je ne suis pas rassurée, c'est bien qu'il y a un problème dans One Ui qu'il faudrait prendre au sérieux et je me demande une fois de plus que fait Google ?

    Pourquoi laisse t'il aux constructeurs le droit de faire ce qu'il est interdit dans les applications préinstallées dans les règles du Google Play Protect que les développeurs du Playstore doivent suivre sous peine d'exclusion définitive ?

    Pourquoi deux poids , deux mesures car si cette rumeur qui concerne la gamme M et la gamme A est vrai, Google ne fera rien non plus alors est ce qu'on peut dire que c'est vraiment une rumeur, quand rien ne l'interdit dans les faits, c'est qu'il y a bien un malaise !!

    Enfin, si par définition une rumeur c'est le bruit confus de voix qui protestent , c'est bien exactement ce dont on parle et pour de juste raison le ras le bol des utilisateurs non européen en premier.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition