NextPit

Test du Motorola Defy: À la recherche d'une niche

Test du Motorola Defy: À la recherche d'une niche

Le Motorola Defy marque le retour d'un des pionniers des smartphones Android robustes, étanches à l'eau et à la poussière, sorti en 2010. 11 ans après, Lenovo s'est associé à la société britannique Bullitt, le fabricant des téléphones CAT et Land Rover, pour faire revivre la légende. Mais que vaut le smartphone aujourd'hui, sur un marché où la certification IP68 est devenue chose courante? La réponse dans ce test complet du Motorola Defy (2021).

Note

Plus

  • Excellente autonomie
  • Bouton supplémentaire pour les raccourcis rapides
  • Bonne préhension
  • Pas de coque nécessaire
  • Écran protégé par le Gorilla Glass Victus

Moins

  • Difficile à utiliser d'une main
  • Module photo limité
  • Lourd et encombrant
  • Bordures d'écran épaisses
  • Android 10 (en septembre 2021) et 2 ans de correctifs de sécurité
  • Batterie non amovible

Mon avis sur le Motorola Defy (2021) en bref

En annonçant le nouveau Defy, Motorola voulait sûrement toucher les nostalgiques, mais le smartphone n'a peut-être pas eu l'effet escompté. Même au sein de notre rédaction, peu de personnes s'intéressaient au smartphone et ce n'est pas une coïncidence car seuls deux rédacteurs ont eu la première génération du modèle (y compris moi).

Quoi qu'il en soit, contrairement à la première génération qui partageait la plupart de sa fiche technique avec le Moto Milestone (un flagship de l'époque), le nouveau Defy a des origines beaucoup plus modestes. Le modèle 2021 (qui porte l'identifiant XT2083-9) partage presque toutes ses spécifications avec le Moto G9 Play (XT-2083).

NextPit Motorola Defy water proof
Le Motorola Defy montre qu'il ne plaisante pas / © NextPit

Pour différencier le modèle du G9 Play, Bullitt a renforcé toute la partie externe de l'appareil, adoptant le Gorilla Glass Victus sur l'écran et un double revêtement sur le boîtier en plastique. L'appareil est ainsi non seulement certifié IP68, mais aussi MIL-SPEC 810H pour les variations de température et de vibration.

Écran et finition: Une dalle LCD HD protégée par le Gorilla Victus

Pour ceux qui se souviennent du Defy original, la taille du nouveau modèle est l'une des premières choses qui attire l'attention. Alors que le Defy original avait un écran de 3,7 pouces (et à peu près le même gabarit que l'iPhone 4), le nouveau modèle se distingue par son grand écran de 6,5 pouces hérité du Moto G9 Play. Par rapport à la première génération, il reprend la finition légèrement caoutchouteuse sur les côtés et à l'arrière.


J'ai aimé

  • Le dos qui ne prend pas les traces de doigts et la bonne adhérence;
  • L'écran protégé par le Gorilla Glass Victus et les certifications de résistance;
  • La possibilité d'utiliser facilement des sangles et des chaînes;

Je n'ai pas aimé :

  • Le smartphone est lourd et encombrant;
  • Les bords épais autour de l'écran

L'écran présente des caractéristiques modestes, avec une résolution de 720 x 1600 pixels (270 dpi) et un panneau LCD avec un taux de rafraîchissement de 60 Hz. Il est protégé par le Gorilla Glass Victus, qui est plus résistant aux chutes et aux rayures et est idéal pour la cible du Defy.

Toujours concernant la résistance, Bullitt a renforcé le boîtier de l'appareil, qui a abandonné les courbes du Motorola sur lequel il était basé pour adopter des angles droits. Le plastique est recouvert d'une finition légèrement caoutchouteuse, qui, en plus de ne pas prendre les traces de doigts, présente une légère texture au dos qui facilité la prise en main.

NextPit Motorola Defy front camera
L'écran LCD HD est renforcé par le verre Gorilla Victus pour résister aux rayures / © NextPit

Pour renforcer la protection de l'écran, les côtés du Defy sont légèrement en relief par rapport à celui-ci, ce qui devrait réduire les risques de dommages en cas de chute. Contrairement au Defy original, le nouveau modèle ne dispose pas de couvercles pour les ports USB-C ou la prise casque, et dispose d'un trou supplémentaire qui permet d'utiliser des poignées, des chaînes ou d'autres accessoires avec le smartphone (l'appareil de test était accompagné d'une sangle).

Inutile de dire que le renforcement de la protection a considérablement augmenté la taille et le poids du Defy par rapport au Moto G9 Play, déjà volumineux, et le poids de 232 g est presque le double de celui Defy de 2010 (118 g). Le smartphone ne peut correctement s'utiliser qu'à deux mains, et le positionnement des boutons de volume et du bouton programmable les rend difficile d'accès.

Malgré ses caractéristiques modestes, il n'y a rien à redire sur l'écran du Defy, qui offre une bonne visibilité en toute occasion et qui est protégé par le verre Gorilla Victus. Le seul bémol est peut-être les bords épais autour de l'écran, qui sont justifiés par une meilleure protection. Le traitement de protection favorise la prise en main de l'appareil, mais d'un autre côté, il rend le smartphone encore plus encombrant que le Moto G9 Play, déjà volumineux.

Motorila Defy (2021): Drop test

J'ai aimé

  • La résistance à l'eau et à la poussière (Certification IP68)
  • La résistance aux chutes (Certification MIL-SPEC 810H)
  • La résistance aux rayures (Verre Gorilla Glass Victus)

Je n'ai pas aimé

  • Rien (mais tester la résistance à la chute est effrayant)

Le point fort du Defy est sans aucun doute toutes les caractéristiques d'endurance de Bullitt/Motorola. Sur un marché où de nombreux smartphones sont déjà résistants à l'eau, même certains avec des écrans pliables, le Defy en vaut-il le coup?  Les principaux éléments atouts du Defy sont l'écran Gorilla Glass Victus, que l'on ne trouve généralement que sur les flagships, et la certification MIL-SPEC 810H pour les "tests extrêmes de survie, de vibration et de chute".

Motorola Defy water 30min
Le Motorola Defy en immersion / © NextPit

Comme prévu, le Defy a tranquillement résisté à une immersion de 30 minutes dans de l'eau, bien qu'à une profondeur de seulement 30 cm. Pour tester la résistance aux chutes, j'ai fais tomber l'appareil d'environ 1 et 1,7 mètre. Alerte spoiler: la vidéo donne une idée des performances de l'appareil.

Outre le fait qu'il ait continué à fonctionner normalement, l'appareil n'a présenté aucun dommage à l'écran ou au boîtier. Seules quelques marques dû au contact avec le sol sont restées sur l'angle droit (celui qui comprend le point pour l'utilisation d'une sangle), ainsi que de minuscules entailles aux points d'impact, qui sont dissimulées grâce à la finition opaque du boîtier.

Je n'ai pas pu tester les affirmations de résistance aux températures extrêmes et aux changements rapides de température, mais selon le fabricant, le Defy est capable de fonctionner dans une plage comprise entre -25 et 55 degrés Celsius. Il ne sert à rien de penser à l'utiliser dans une chambre froide...

Des performances inférieures à celles de ses rivaux plus vieux

Le Defy (2021) est équipé d'un SoC Snapdragon 662, de 4 Go de RAM et bien qu'il s'agisse d'un SoC milieu de gamme dépassé, il reste suffisant pour les tâches quotidiennes.


J'ai aimé

  • Le smartphone ne surchauffe pas

Je n'ai pas aimé

  • Le SoC obsolète;
  • Les quelques bugs occasionnels en usage quotidien

NextPit Motorola Defy side
Le bouton de droite peut être configuré pour ouvrir des applications ou même pour allumer la torche, ouvrir les notifications, etc. / © NextPit

Le SoC gravé en 11 nm montre déjà des signes de vieillesse. En effet, dans au moins deux situations, le navigateur Chrome a planté temporairement sans raison apparente. De plus, le modèle est non seulement moins puissant que le Galaxy A51 par exemple et dont l'équipement est similaire à celui du Galaxy XCover Pro, mais il ne fait pas non plus le poids face aux derniers smartphones milieu de gamme comme l'Edge 20 de Motorola lui même, animé par le Snapdragon 778G. Ce dernier s'est même révélé être près de 7 fois plus puissant que le Defy dans le benchmark 3DMark et 2 fois en termes de puissance globale:

Le Motorola Defy (2021) sur le banc d'essai

  Motorola Defy Samsung Galaxy A51 Xiaomi Redmi Note 10 Motorola Edge 20
3DMark Wild Life 370 853 482 2492
Stress Test 3DMark Wild Life 376 ~ 379 596 ~ 856 482 ~ 483 2461 ~ 2494
GeekBench 5 (simple / multi) 314 / 1354 348 / 1265 527 / 1653 768 / 2776
PassMark RAM 13.126 12.829 18.645 -
PassMark Storage 34.309 34.829 38.634 -

Au moins, le Defy n'a montré aucun signe de surchauffe, offrant des performances stables (bien que faibles) dans le Stress Test de 3DMark et dans les jeux testés comme Call of Duty Mobile ou Free Fire. Par contre ne pensez pas à jouer en qualité maximale pour assurer un taux de trame stable.

Le rapport prix-performance n'est pas le point fort du nouveau Motorola Defy, héritant de la fiche technique d'un modèle qui n'était déjà plus compétitif par rapport aux autres smartphones milieu de gamme en 2020. Le Defy n'est pas en reste par rapport à son concurrent direct, le Galaxy XCover Pro, qui a déjà 20 mois de commercialisation.

Un appareil photo vraiment basique

L'appareil photo du Defy adopte la recette bien connue grand angle/macro/profondeur assez populaire sur les smartphones d'entrée de gamme. Les résolutions respectives de 48; 2 et 2 MP ne laissent pas beaucoup de place à l'optimisme. Voyons maintenant ce que vaut le Defy en tant que smartphone photo dans la vie de tous les jours.


J'ai aimé 

  • Les selfies naturels.

Je n'ai pas aimé 

  • Le manque de polyvalence de l'appareil photo;
  • La caméra macro inutile;
  • Les images floues de la caméra principale.

NextPit Motorola Defy camera
L'appareil photo du Defy / © NextPit

Le Defy original n'était pas exactement un smartphone pensé pour la photo, et son succésseur n'est pas différent, probablement une autre influence du Moto G9 Play. Les photos de la caméra principale ne sont pas aussi nettes lorsqu'elles sont examinées à leur taille originale, avec une tendance à adoucir ou à brouiller légèrement l'image. Au moins, la reproduction des couleurs semble naturelle, évitant la sursaturation comme chez certains fabricants.

Comme c'est traditionnellement le cas avec les capteurs haute résolution, chaque pixel est le résultat de la combinaison de quatre points du capteur, générant ainsi une image de 12 MP (4000 x 3000 pixels).

Main
Caméra principale (12 MP)
Main
Caméra principale (12 MP)

Le Defy comprend intègre également une caméra macro et un capteur de profondeur. La résolution de 2 MP du capteur macro donne des photos dont la définition n'est pas suffisante pour l'impression, mais elle reste toutefois suffisante pour le partage sur les applications de messagerie.

Le mode nuit "Night Vision", quant à lui, nécessite l'utilisation d'un trépied ou des mains très stables. Le capteur prend 4 secondes d'images avant de traiter la photo enregistrée. Personnellement, j'ai trouvé que le résultat était un éclaircissement excessif de la scène, mais la fonction parvient au moins à montrer des objets qui seraient cachés dans l'ombre si elle était désactivée. Avec ou sans mode nuit, cependant, les photos en basse luminosité font apparaître encore plus clairement les limites du capteur principal en termes de netteté.

Night
Caméra principale (mode nuit activé)
Night
Caméra principale (mode nuit désactivé)
Macro
Macro (2 MP)

Quant aux selfies, les résultats avec la caméra frontale ont été meilleurs que ce à quoi je m'attendais, avec un rendu naturel et surtout sans le post-traitement exagéré que l'on retrouve sur certains smartphones comme le Moto G30. Le mode portrait a bien fonctionné, avec un léger flou sur les brides des oreilles et du masque.

Selfie
Caméra selfie (8 MP, mode standard)
Selfie
Caméra Selfie (mode portrait)

En résumé, l'appareil photo hérité du G9 Play montre ses limites sur le Defy. Les capteurs supplémentaires de 2 MP servant essentiellement à gonfler la fiche technique. Les clichés de la caméra principale sont parfaitement utilisables pour le partage sur les réseaux sociaux, mais pas vraiment pour l'impression ou l'agrandissement. Les selfies, en revanche, se sont révélés être plus réussis que prévu, avec des clichés nets et sans lissage artificiel de la peau.

Une grande batterie avec une recharge de seulement 20W

La batterie et le système de charge sont l'un des points sur lesquels Bullitt aurait pu différencier le Defy du Moto G9 Play. Mais le smartphone a conservé la batterie de 5000 mAh et la puissance de charge maximale de 20 W.


J'ai aimé

  • L'excellente autonomie
  • Le chargeur de 20W fourni dans la boîte

Je n'ai pas aimé

  • La charge pas si rapide;
  • La batterie non amovible pour la catégorie;
  • L'absence de recharge sans fil

Avec une utilisation modérée, le Defy a facilement tenu plus de deux jours, ce qui n'est pas surprenant pour un appareil avec un écran HD, un SoC obsolète et une grande batterie. À titre de référence, l'appareil a enregistré 18h13min dans le test PCMark Battery Life, qui simule une utilisation de la batterie entre 80 et 20% de la charge de l'appareil.

En revanche, pour ce qui est de la recharge, le smartphone est aussi dépassé. Une recharge complète dure environ 2h. 5 min de charge avec le chargeur TurboPower de 20 W ont suffi pour passer de 4 à 5 %, en 20 minutes je suis passé de 20 à 23 % et en 1 h le smartphone était chargé à 63 %.

NextPit Motorola Defy usb
En plus du port USB-C, la tranche inférieure abrite le haut-parleur et un trou pour l'utilisation de la sangle / © NextPit.

Il faut également noter que la batterie n'est pas amovible, contrairement à son concurrent direct, le Samsung Galaxy XCover et qui peut intéresser les entreprises à la recherche d'un smartphone pour leurs équipes de travail.

L'autonomie est certainement l'un des points forts du Defy. Toutefois, la charge TurboPower de Motorola qui était considéré comme une killer feature à son lancement est aujourd'hui en retrait par rapport à la concurrence.

Fiche technique et infos à retenir

Voici ci-dessous, d'autres points qui pourraient intéresser la communauté NextPit, mais qui ne méritent pas de paragraphes dédiés:

  • Le Motorola Defy intègre la technologie NFC et est compatible avec Google Pay pour les paiements sans contact;
  • Après avoir réinitialisé le smartphone mis à jour, le système a indiqué 20,36 Go d'espace utilisé;
  • La boîte du smartphone testé comprend le chargeur 20W, le câble de chargement, l'outil d'ouverture du plateau SIM et une sangle;
  • La version de l'OS pendant le test était QZD30.57 (juin 2021);
  • Bullitt/Motorola promettent deux ans de mises à jour de sécurité pour l'appareil, qui au moment du test, tournait sous Android 10.

Fiche technique du Motorola Defy (2021)

Specs Motorola Defy (2021 / XT2803-9)
SoC Qualcomm Snapdragon 662 (Jan/2020)
11 nm (Samsung 11LPP)
4x Kryo 260 Gold (Cortex-A73) @ 2.0 GHz
4x Kryo 260 Silver (Cortex-A53) @ 1.8 GHz
Mémoire 4 / 64 Go
Extensible avec une carte micro SD
Écran LCD 6,5 pouces
720 x 1600 pixels (HD+)
60 Hz
Gorilla Glass Victus
Appareil photo Caméra principale de 48 MP | ouverture f/1.8
Caméra macro de 2 MP
Capteur de profondeur de 2 MP
Caméra selfie de 8 MP
Batterie 5 000 mAh
Charge filaire 20 W
Connectivité Bluetooth 5.0 | NFC | WiFi 5 (11ac) | 4G
Dimensions 169,8 x 78,2 x 10,9mm
Poids 232 g
Caractéristiques spéciales Certification IP68 et MIL-SPEC 810H
OS Android 10 (mise à niveau vers Android 11 annoncée)
2 ans de correctifs de sécurité
Couleurs Noir et vert
Prix 329 €

Conclusion

Le Motorola Defy 2021 est un smartphone atypique, qui tente de s'appuyer sur la nostalgie d'un très petit groupe de personnes contrairement au Razr, ou aux Nokia rétro par exemple. Pour compliquer les choses, il a été lancé sur un marché qui compte déjà des smartphones intéressants de Samsung et de Bullitt, la société qui a fait les adaptations pour Motorola/Lenovo, ainsi que pour le Nokia XR20 récemment lancé.

Alors que les smartphones CAT et Galaxy XCover sont plutôt positionnés pour les entreprises, le Defy ne semble pas être une solution idéale pour elles, avec la promesse de seulement deux ans de mises à jour de sécurité, ou sans la batterie amovible proposée par les concurrents (qui proposent même l'option de chargement via des broches Pogo). Samsung par exemple promet quatre ans de mises à jour de sécurités, tout comme Nokia avec son XR20 (qui offre également 3 ans de garantie et 3 mises à jour Android).

NextPit Motorola Defy display
Le Motorola Defy 2021 est plus résistant que l'original, mais offre des spécifications moins compétitives par rapport au marché / © NextPit

La promotion du Defy met l'accent sur les sports extrêmes, et ce positionnement explique peut-être la sangle incluse dans la boîte. Cependant, il s'agit du même public qui a fait la fortune de GoPro (et de DJI), ce qui laisse l'impression que l'appareil photo aurait pu bénéficier de plus d'attention de la part du fabricant, ne serait-ce qu'en proposent un objectif ultra grand angle à la place de la caméra macro assez ridicule.

Dans l'ensemble, l'annonce du lancement elle-même semble indiquer que le nouveau Defy s'adresse même au grand public qui perd habituellement ses smartphones dans les accidents du quotidien. Mais dans ce cas, le prix suggéré de 329 € qui est pratiquement le double de celui du Moto G9 Play ou du G30, peut rendre plus avantageux l'achat de l'un de ces modèles mentionnés avec une coque de protection et peut-être même une assurance contre les accidents.

Et c'est ce décalage entre la fiche technique d'un smartphone d'entrée de gamme et le prix d'un milieu de gamme qui nuit au Defy (2021), même s'il est moins cher que ses concurrents de Samsung et Nokia en Europe. Il n'y a rien à redire sur cet smartphone, mais pour qu'il plaise au grand public, il faudrait que son prix corresponde à ses caractéristiques techniques, comme c'était le cas sur le Defy de 2010, ce qui m'avait poussé à l'acheter à l'époque..

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Luna
    • Mod
    depuis une semaine Lien du commentaire

    Son design est encore plus beau que je le pensais, c'est vraiment une offre peut-être de niche comme on dit, mais qui a vraiment du sens en tout cas moi il me plaît.


    • louis hory depuis une semaine Lien du commentaire

      Tu relèves le Defy 😉

      Désolé, j'ai pas pu m'en empêcher.