Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Les smartphones Apple et Android les plus faciles à réparer en 2020

Les smartphones Apple et Android les plus faciles à réparer en 2020

On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs et on ne vend pas de nouveaux smartphones sans rendre les précédents obsolètes. Si vous voulez plus d'emprise sur votre consommation et ne plus être esclave de la faible durée de vie de votre smartphone, il faut s'intéresser à la notion de réparabilité. Le concept est encore émergent et n'est pas encore vu comme un critère décisif à l'achat. 

Mais certains acteurs de la tech et du e-commerce tentent malgré tout d'imposer le concept. Aux Etats-Unis, l'entreprise iFixit, spécialisé dans la réparation de produits tech, sert de baromètre de l'obsolescence programmée et ses scores de réparabilité font les gros titres à chaque sortie de smartphone attendu. 

En France, le groupe Fnac/Darty a développé en juin 2019, dans le cadre de son baromètre annuel du SAV, un indice de réparabilité des smartphones. Ce baromètre est utilisé dans les tests du LaboFnac (l'entité éditoriale de la Fnac). WeFix est un autre acteur, qu'on peut grossièrement appeler le iFixit français, qui a également contribué à l'élaboration de cet indice, en apportant son expertise sur le démontage des smartphones. 

En recoupant les conseils du LaboFnac et de Wefix avec les données des classements de réparabilité de Fnac/Darty et d'iFixit, on vous a dressé une liste non-exhaustive des smartphones (récents et vendus en commerce en France) les plus réparables du marché.

Le droit à la réparation, qu'est-ce que c'est? 

Le droit à la réparation, vous l'aurez compris, s'oppose à l'obsolscence programmée mais surtout à la mainmise sur l'entretien d'un appareil (ici un smartphone) que les constructeurs gardent jalousement. Concrètement, ce "right to repair", vise à pousser voire obliger les constructeurs à adopter des procédés plus durables tant dans la conception que le SAV de leurs produits. 

Certains constructeurs produisent des appareils difficiles à réparer, qui sont presque impossibles à démonter. Les pièces sont collées voire soudées entre elles ou au chassis. Aucun manuel de réparation n'est fourni dans la boîte ou disponible en ligne sur un site officiel. Les pièces détachées sont introuvables ou impayables deux ans après la sortie du smartphone et l'utilisation de pièces génériques, faute de pouvoir trouver des pièces propriétaires, vous fait perdre votre garantie. 

Bref, cet ensemble de pratiques peut être imputé à la quasi-totalité des constructeurs de smartphones actuellement. Non seulement elles participent à une obsolescence programmée mais elles contribuent également à vous déposséder, du moins en partie, d'un produit que vous avez pourtant acheté. 

Lire aussi: Pourquoi il faudrait louer ses produits tech au lieu de les acheter

Vous êtes en quelques sortes forcés de racheter un nouveau modèle tous les deux trois ans. Et si les problèmes matériels ne vous affectent pas plus que ça, ce sont les mises à jour logicielles ralentissant votre appareil qui viendront à bout de votre résistance. C'est vrai quoi, qu'est-ce qui ne va pas chez vous? Pourquoi refusez-vous de racheter un smartphone entre 500 et 1000 euros tous les ans? C'est trop cher? Ah bon. Les constructeurs ne l'ont pas encore saisi.

Les critères d'une bonne réparabilité

Javare Traoré, responsable du secteur smartphones au LaboFnac, nous donne la liste de critères utilisés pour l’élaboration de l’indice de réparabilité. Chaque critère (5 au total, on a regroupé la disponibilité et le prix en un seul ici) est noté de 0 à 20, et tous ont la même valeur (1 cinquième de la note totale). La note finale (la moyenne des 5 critères) va de 0 à 10. 

  • La documentation: “on regarde si le constructeur fournit des instructions dans la boîte (notices), le smartphone ou sur un site officiel (hébergé par la marque) quant au démontage, remontage, remplacement d’une pièce, à la maintenance ou l’utilisation de l’appareil."
     
  • La modularité et l’accessibilité: “tout est réparable tant qu’on a l’outil, le temps et les moyens. Au Labo, on utilise un kit qui ne comporte aucun outil professionnel, tout peut se trouver en commerce. À mesure que je dois utiliser plus d’outils, et donc prendre plus de temps, la note de réparabilité baisse. Dès que je dois utiliser un autre outil qui n’est pas dans le kit, la pièce est jugée irréparable car un utilisateur lambda et non professionnel ne pourra de toute façon pas se procurer l’outil pour la changer.” 

    “Mais on prend aussi en compte le remplacement et le remontage. Remettre un joint d’étanchéité IP68 pour l’écran par exemple, ou la présence de loquets pour faciliter l’extraction de la batterie.”
     


  • Disponibilité et prix des pièces détachées: “on note d’abord la pièce sur sa disponibilité. On vérifie s’il existe des pièces génériques pouvant remplacer celle du constructeur, s’il a utilisé un port générique ou propriétaire pour la batterie.” 

    “En général, les constructeurs s’engagent sur la disponibilité pendant deux ans, mais certains ne s’engagent pas du tout. D’autres prennent un engagement générique de 7 ans mais pas sur un produit en particulier, plutôt sur toute une gamme. Nous ce qui nous intéresse c’est un engagement sur un produit qui n’est pas sujet à une politique commerciale, on veut des engagements factuels sur les produits conçus.” 

    “Pour le prix des pièces, on le compare par rapport au prix total du smartphone (à l’achat). Dans l’idéal, le prix de l’ensemble des pièces doit être inférieur à 20%, au delà de 40%, la note est de zéro. C’est souvent le prix de l’écran qui pénalise énormément les constructeurs. 
     




  • Mise à jour et réinstallation logicielle: “on vérifie donc que le produit peut être réinitialisé par n’importe quel utilisateur. On s’assure aussi, entre autres, que le fabricant donne accès librement à la ROM du smartphone, s’il permet d’installer des versions alternatives du système d’exploitation (ROM), ainsi qu’aux logiciels préinstallés. L’utilisateur doit avoir le choix de revenir dans la version qu’il a choisie.”

Les smartphones les plus réparables 

Javare Traoré nous a donné le top 3 des smartphones les plus réparables à être passés par le LaboFnac. On a également consulté le classement d’iFixit, moins sévère mais qui applique peu ou prou les mêmes critères pour noter la réparabilité des appareils passés sous leur radar. 

Force est de constater que le grand champion de la réparabilité est le Fairphone 3, que ce soit dans le classement du LaboFnac ou celui d'iFixit. Le LaboFnac classe ensuite deux Samsung milieu et entrée de gamme dans le reste de son top 3. Les smartphones haut de gamme ont du mal à recevoir de bonnes notes, mais les iPhone font à ce titre office de plutôt bons élèves, en tout cas selon iFixit.

Fairphone 3, le champion de la réparabilité

Sorti le 10 septembre dernier, le Fairphone 3 est le smartphone le plus équitable et le durable possible. Ses composants sont très faciles d'accès et aisément remplaçables, pour la plupart. Un seul outil est nécessaire pour faire l'essentiel des réparations/changements de pièces et il est fourni dans la boîte. 

Alors certes, son look et sa fiche technique n'ont vraiment pas de quoi faire rêver. Le Fairphone 3 n'est pas un smartphone pour les utilisateurs qui veulent le processeur le plus rapide ou la dernière technologie. Mais si vous voulez un smartphone qui peut être réparé facilement et relativement bon marché (450 euros tout de même), que le design premium ne vous intéresse pas, vous devriez jeter un oeil au Fairphone 3!

AndroidPIT fairphone 3 Taken Apart
Le Fairphone 3 est le smartphone le plus réparable du marché / © NextPit

Ceux qui attachent de l’importance au développement durable et qui souhaitent se réserver la possibilité de réparer leur smartphone eux-mêmes s'y retrouveront ici. Le smartphone obtient le score de 5,9 sur 10 par le LaboFnac et un 10/10 chez iFixit. "Le Fairphone a eu la note de zéro sur les pièces détachées, car le bouton 'power' est soudé au chassis. Or, le constructeur ne produit pas de chassis en pièce détachée, elle est donc considérée comme irréparable car pas disponible", explique Javare Traoré. 

Samsung Galaxy A70, le bon élève chez Samsung

Le Samsung Galaxy A70, sorti en avril 2019, a été lancé pour faire face à la concurrence croissante des modèles chinois moins chers et marquer la restructuration la gamme Galaxy A du géant coréen. Le Galaxy A70 est équipé d'un écran Infinity U de 6,7 pouces (2 400 x 1 080 pixels) en diagonale. Le bord supérieur de l'écran Super AMOLED 20:9 présente une encoche en forme de goutte qui accueille un appareil photo de 32 mégapixels (f/2,0) et à l'arrière, Samsung possède un triple appareil.

AndroidPIT samsung galaxy a70 back
Le Samsung Galaxy A70 / © NextPit

 

Sous le capot, on retrouve un processeur octacore (2 x 2,0 GHz et 6 x 1,7 GHz) avec soit 6 ou 8 Go de RAM et 128 Go de mémoire extensible, une batterie de 4 500 mAh qui supporte une charge super rapide de 25 watts. 

Les "fonctions haut de gamme" de Samsung pour le Galaxy A70 comprennent également un lecteur d'empreintes digitales intégré dans l'écran et la reconnaissance faciale. Chez le LaboFnac, le Samsung Galaxy A70 a obtenu la note de 4,4 sur 10, décrochant la seconde place du podium. iFixit n'a pas démonté le smartphone en vue d'évaluer sa réparabilité. 

C'est une note plus qu'honorable quand on sait que la moyenne du classement Fnac/Darty est de 2,29. En termes de réparabilité, le Samsung Galaxy A70 se situe donc dans le haut du panier. 

Samsung Galaxy A10, plus réparable que les smartphones haut de gamme

Le Samsung Galaxy A10, sorti en avril 2019 à moins de 200 euros, est la dernière référence “low cost” de la marque. Que ce soit de par son aspect général ou sa fiche technique, ce smartphone respire l’entrée de gamme, mais c’est ici un compliment.

Alors certes, le dos en plastique n’a pas de quoi faire rêver, loin de là. L’écran IPS LCD de 6,2 pouces n’est pas aussi clinquant qu’une belle dalle Super Amoled, on vous l’accorde. Il faut aussi avouer que le SoC Exynos 7884 couplé à 2 Go de RAM ne vous permettra pas de faire tourner Call of Duty Mobile avec les graphismes à fond et que la navigation entre les différentes applications ne sera pas aussi fluide que sur les modèles évoqués plus haut dans cette sélection. 

L’unique capteur photo de 13 Mpx à l’arrière ne va pas extasier les photomaniaques au budget le plus serré mais se révèle étonnamment bon. Même certains smartphones pourtant deux fois plus chers ne font pas mieux. Mais il est bien plus réparable qu'un Samsung Galaxy S10, pourtant cinq fois plus cher à sa sortie. 

Galaxy A10 Front Back
Le Samsung Galaxy A10 est plus réparable que le Galaxy S10, pourtant beaucoup plus cher / © Samsung

En effet, le Galaxy A10 obtient la note de 4,1 en termes de réparabilité chez le LaboFnac, ce qui le place à la troisième place du classement. iFixit n'a encore une fois pas noté ce modèle. Mais le réparateur a en revanche accordé la médiocre note de 3 sur 10 au Galaxy S10 tout comme au Galaxy Note 10. Le Galaxy Fold a quant à lui obtenu la note de 2. 

On voit donc une forte tendance à la non réparabilité chez les modèles haut de gamme. Mais, comme on va l'expliquer plus bas, cela ne veut pas forcément dire qu'un smartphone réparable est forcément un modèle d'entrée ou milieu de gamme. 

Google Pixel 3a, réparable et premium ne sont pas incompatibles

Avec le Pixel 3a, Google a souhaité démocratiser au plus grand nombre sa formule photo lancée plus tôt avec le Pixel 3 premier du nom. Et dans l'ensemble, la prestation est tout à fait honnête, surtout pour 399 euros au moment de son lancement, soit deux fois moins que le Pixel 3 à sa sortie. Toutefois, le Pixel 3 XL gardait logiquement une longueur d’avance en termes de puissance.

Le Pixel 3a se présente donc comme une excellente alternative en photo pour quelqu’un dont la puissance n’est pas un “deal breaker”. Il propose en plus l’avantage de fonctionner avec l’interface logicielle de Google et de profiter de mises à jour rapidement déployées.

AndroidPIT google pixel 3a grass
Le Google Pixel 3a, l'un des modèles les plus premium parmi les plus réparables / © NextPit

Et c'est également le premier smartphone Pixel à être réparable, en tout cas selon iFixit qui lui a attribué la très bonne note de 6 sur 10. Malgré la présence de trop nombreux câbles fins qui pourraient être déchirés en cas de geste maladroit (ce qui ne facilite pas l'ouvrage), iFixit assure qu'ils ont "apprécié revenir à une ère d’appareils plus facilement réparables". 

Point positif pour le smartphone de Google : les vis, qui sont au format standard T3 Torx, vous évitant ainsi de changer de tourne-vis à chaque manipulation. Mais ce n'est pas tout, l'adhésif qui maintient la batterie semble ne pas être trop résistant, tout comme celui de l'écran (attention aux chutes, cela pourrait être fatal). Les composants sont eux aussi relativement faciles à retirer. Bref, réparer le Pixel 3a semble être un jeu d'enfant comparé à certains autres smartphones. À noter que le Pixel premier du nom a lui aussi obtenu de très bonnes notes, iFixit lui donnant un 7 sur 10 par exemple. 

Les iPhone d'Apple sont de bons élèves eux aussi

Les dernières générations d'iPhone obtiennent également de bons scores de réparabilité, chez iFixit en tout cas. Ainsi, les iPhone 7, 8, X, XS et XR ont reçu la note de 7 sur 10 de la part d'iFixit. L'iPhone 11 a quant à lui décroché un 6 sur 10 sur l'échelle d'iFixit. Sur tous ces modèles, le réparateur se félicite de la facilité d'accès à la batterie, qui nécessite néanmoins un tournevis spécial ainsi qu'une certaine méthode "mais ce n'est pas très compliqué", assure le site. 

Apple est connue pour la main de fer avec laquelle la marque protège ses secrets et encadre le SAV autour de ses produits, particulièrement les iPhone. "Avec Apple, il y a un soucis avec les process liés aux certifications. On ne peut pas commander de pieces Apple sans être certifié, il faut avoir l’agrément. L’indice de réparabilité juge la réparabilité sans qu'il soit nécessaire d'avoir de compte lié au constructeur. Ils ont toutes les infos, c'est d'ailleurs vraiment très précis, mais il ne veulent pas encore communiquer dessus avec les réparateurs/testeurs tiers", nous explique Javare Traoré.

Qui qu'il en soit, s'il n'a pas été ralenti par une mise à jour logicielle, votre iPhone est sans doute l'un des smartphones les plus réparables du marché, mais il faudra passer, et c'est un fait connu depuis longtemps, en Apple store, ou par un réparateur agréé. Mais en l'état, ils ne figurent pas dans le haut du classement du LaboFnac, justement à cause de cette exclusivité maintenue autour des pièces détachées et des procédés de réparation.

AndroidPIT iphone 11 pro max 100 days 4
Les iPhone sont contre toute attente très réparables / © NextPit

Réparabilité et haut de gamme: l'impossible compromis?

On a pu le constater dans l'élaboration de cette sélection, les smartphones haut de gamme sont rarement les plus réparables. Composants englués, soudés au chassis ou impossibles à démonter sans outils spéciaux introuvables en commerce... Mais la principale entrave à la réparation n'est pas forcément le démontage/remontage, selon Javare Traoré du LaboFnac. 

"Les baisses de performances au niveau des mises à jour de firmware sur les smartphones haut de gamme sont le principal soucis. Ils s’amputent d’une grosse partie de l’indice de réparabilité chez nous à cause de ça. On n'a pas d'outils de diagnostique au démarrage sans échec par exemple." L'obsolescence programmée a donc encore de beaux jours devant elle. 

Mais selon Baptiste Besnouin de WeFix, cet état de fait n'est pas une fatalité. "La réparabilité se démocratise de plus en plus, les constructeurs voient la note de réparabilité obligatoire et cela va les pousser dans de nouveaux concepts de fabrication", explique l'expert en réparation.

Et de conclure: "Je suis assez convaincu qu'on sera capable, contrairement à ce qui se fait aujourd'hui, d'avoir de la haute technologie, des objets avec des matières nobles bref, des produits bijoux, tout en faisant quelque chose de plus modulaire, il faudra y penser dès la conception du produit." 

À l'heure où le marché est rythmé par une dynamique de fast-fashion, avec des produits moins chers voués à être renouvelés régulièrement (tous les deux trois ans), cet optimise fait du bien, mais on a du mal à le partager. D'ailleurs, la réparabilité en elle-même va avoir beaucoup de mal à s'imposer comme un critère décisif à une consommation plus raisonnée. 

Ce n'est pas parce que mon smartphone est facilement réparable et que les pièces détachées sont disponibles plus longtemps que le marketing agressif des marques ne va pas me persuader que mon modèle est trop daté, qu'il faut passer au suivant. 

S'il est possible de contraindre les constructeurs à adopter des procédés plus durables, difficile d'imposer aux consommateurs de tels comportements. Réguler un marché en entravant l'achat paraît totalement contre nature d'un point de vue économique. Et miser sur la prise de conscience et l'auto-responsabilisation des acheteurs relève de l'utopie, voire de l'ineptie.

Peut-être que la solution n'est pas de ralentir la cadence, en gardant son modèle pendant 5 ans voire 10 ans au lieu des habituels 2-3 ans. Mais plutôt donner une seconde vie à nos vieux smartphones en développant l'économie circulaire. On pourra toujours courir aveuglément après le dernier flagship, mais sans jeter notre ancien modèle à la poubelle, surtout si celui-ci est facilement réparable et donc "reconditionnable."

Derniers Articles

Articles recommandés

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition