Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Les lobbies à l'assault de l'UE sur l'intelligence artificielle

Les lobbies à l'assault de l'UE sur l'intelligence artificielle

L'intelligence artificielle fait partie des grands défis de demain. En Europe, la Commission européenne mène une réflexion sur ce sujet à travers des travaux et la définition de lignes directrices en matière d'éthique. La nouvelle est passée inaperçue sur fond de crise sanitaire mondiale liée au coronavirus, mais elle a son importance pour notre avenir. Les géants du net Apple, Google et Facebook ont très récemment mené des opérations de lobbying à Bruxelles auprès de la Commission européenne sur fond de débats sur la régulation de l'intelligence artificielle au sein de l'UE. Les débats d'aujourd'hui risquent de peser sur le long terme, d'où leur importance.

C'est un véritable ballet de lobbyistes et de personnalités, à l'instar de Mark Zuckerberg, qui ont rencontré ces derniers jours la présidente de la Commission européenne, l'allemande Ursula von der Leyen. Très investie sur le dossier de l'intelligence artificielle, cette dernière cherche à définir une stratégie sur le long terme et surtout à créer un cadre légal afin de réguler les usages de cette technologie du XXIe siècle. Dans le cadre de ses travaux en cours, la Commission a rencontré tout d'abord le patron d'Alphabet Sundar Pichai, le vice-président d'Apple en charge de l'intelligence artificielle, John Giannandrea et enfin, le fondateur de Facebook. 

La raison de cette rencontre est à la hauteur des enjeux. Alors que l'UE cherche à répondre aux préoccupations de ses citoyens en matière d'emploi et des dérives d'une technologie non contrôlée sur la vie privée, les mastondontes du net entendent eux-aussi prendre directement part aux débats. Ils veulent en effet peser sur les futures politiques publiques en matière d'intelligence artificielle et déploient tous leurs efforts pour combattre une régulation qui les pénaliseraient. Le mois dernier, Sundar Pichai était déjà venu à Bruxelles et avait à ce titre déclaré :

Alors que l'IA promet des bénéfices énormes pour l'Europe et le monde, il y a de réelles inquiétudes concernant ses potentielles conséquences négatives.

Alors qu'un premier texte sur ces questions doit être présenté ce mercredi par la vice-présidente de la Commission européenne, la danoise, Margrete Vestager, les lobbyistes accentuent la pression sur les décideurs. Bien que tout le monde s'accorde sur les dangers d'une manipulation incontrôlée des algorithmes et ses conséquences sur la vie privée des citoyens, le débat sur la régulation est loin d'être gagné. Comme le rapporte le New York Times, les acteurs de la Silicon Valley feront peser tout leur poids financier durant l'année qui vient. Les enjeux sont donc énormes, car certaines entreprises voient d'un très mauvais oeil une régulation trop stricte à l'image de Google qui semble ne pas avoir encore digéré les lois européennes sur la privacité des données qui l'avaient pénalisé par le passé. L'année 2020 s'annonce donc rude et ouverte à tout sorte de retournement.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Les décideurs politiques arriveront-ils à tenir face aux géants du net ? Ou le match est déjà joué d'avance ?

Source : New York Times

IA

Derniers Articles

Articles recommandés

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • phil depuis 5 mois Lien du commentaire

    Le "problème" est que je ne suis pas sur non plus que l'UE et ses ronds de cuir soit à même de comprendre l'IA, personne ne sait exactement à ce jour ce que cela va devenir pour notre futur. Les médias aussi s'en emparent, IA pas si, IA par là sans trop savoir...

    Les Lobbies eux-mêmes y vont un peu à tâtons et voir ce qui marche ou pas à coup de million d'ou l’intérêt pour eux d'avoir le maximum de liberté et faire aussi bien des choses utiles que dangereuse, là-dessus je leur fais "confiance"...

    L'être humain passera en second plan comme d'habitude...
    Comment ça pessimiste !!! 😳 🙂