Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Pendant le confinement, le "civisme numérique" pour optimiser sa connexion internet

Pendant le confinement, le "civisme numérique" pour optimiser sa connexion internet

"Nous sommes en guerre"... contre le lag et les temps de chargement. Le confinement ou "la restriction des déplacements au strict nécessaire", comme l'euphémisent les autorités, est mis en place en France dès ce mardi 17 mars à midi et ce, pour au moins les quinze prochains jours. 

Par la force des choses, les connexions internet des personnes confinées chez elles vont être particulièrement sollicitées. Un pic de traffic attendu et anticipé par les opérateurs et fournisseurs d'accès mais qui inquiète, entre autres mais surtout, les télétravailleurs quant à la stabilité du réseau.

Il s'agit donc de vous éviter d'exploser l'écran de votre PC dans un accès de rage à force d'attendre que Gmail se lance et de pouvoir participer aux trois conf' calls quotidiens mis en place par votre patron "pour garder le contact et une ambiance pro." Pour ce faire, l'Arcep, le régulateur des télécoms en France, partage depuis hier un guide de bonne conduite et de techniques pour optimiser votre connexion internet. 

Pas de panique, mais un "civisme numérique" s'impose

Dans le guide de l'Arcep, on retrouve les classiques techniques d'optimisation de son Wifi: placer la box dans une pièce centrale du logement, dans un endroit dégagé, en l'éloignant d'autres équipements sans-fil et de privilégier la fréquence 5 GHz si possible (la 2,4 GHz étant sollicitée par plus d'appareils). 

Bref, rien de bien nouveau sous le soleil, en tout cas rien que vous ne pouvez pas déjà trouver dans d'innombrables articles-tuto en ligne. Mais le meilleur conseil qu'on puisse donner rester d'adopter un certain "civisme numérique." L'Arcep vous invite notamment à séquencer vos usages internet. 

"Les usages vidéo, qu’il s’agisse de visioconférence ou de visionnage en streaming, sont les plus consommateurs de bande passante", peut-on lire sur le site de l'Arcep. "Si vous gardez vos enfants à la maison, la tentation est grande de leur passer un dessin animé le temps d’assurer votre visioconférence. Problème: les plateformes de streaming vidéo (YouTube, Netflix…) monopolisent plus de bande passante que la plupart des VPN et peuvent utiliser des mécanismes pour, même en cas de congestion, rechercher une optimisation de la bande passante."

Vous l'aurez compris, s’il doit partager le débit avec une plateforme de vidéo et que la bande passante est insuffisante, alors c'est le plus souvent le VPN qui va voir son débit réduit et non la plateforme vidéo. Le mot d'ordre est donc le bon sens. Ne pas surconsommer, voilà le meilleur moyen de ne pas souffrir d'une connexion instable. 

Mais à l'heure où l'on se rue sur les rouleaux de papier toilette et les paquets de pâtes, pas sûr que cet appel au civisme portera ses fruits.

Le bridage de Netflix, Youtube et de jeux en ligne pour privilégier le télétravail?

Lundi 16 mars, le président de la Fédération des opérateurs de télécoms, Arthur Dreyfus, faisait grincer des dents les défenseurs de l'Internet avec un grand "i" en n'écartant pas la possibilité pour un opérateur de brider la bande passante pour certains services comme les jeux vidéo ou le streaming afin de privilégier les outils de télétravail.

Arthur Dreyfus s'est alors empressé de démentir cette annonce auprès de BFMTV, expliquant que de telles mesures seraient illégales au regard de l'impératif de neutralité du net. Mais dans le même temps, l'Arcep expliquait hier dans les colonnes de France Info qu'un "bridage par les opérateurs ne pourrait arriver qu'en cas de 'saturation exceptionnelle', conformément à la réglementation européenne sur la neutralité du net qui permet de prendre certaines mesures pour "éviter une congestion imminente du réseau."

Une saturation qui a été a priori anticipée par les opérateurs qui ne se disent absolument pas inquiets d'un potentiel pic de traffic, que le réseau est de toute façon capable d'absorber. On a contacté l'Arcep pour avoir des informations plus concrètes concernant les conditions de mise en place d'un éventuel bridage par un opérateur. Vous serez informés dès que nous en saurons plus. 

Derniers Articles

Articles recommandés

3 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Attention aux distances de sécurité minimales tout de même


  • un moyen simple de limiter l'utilisation de ses datas pendant le confinement....les câlins :-) laisser tomber le smartphone et retrouvez vous sous la couette :-) pendant que les autres seront en train de faire pêter tout les forfaits.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition