Confinement: Pourquoi le laborieux passage à l'e-learning a été bénéfique

Confinement: Pourquoi le laborieux passage à l'e-learning a été bénéfique

Pardonnez-moi d'énoncer une évidence, mais permettez-moi de saisir cette occasion pour réitérer que 2020 restera à jamais dans les mémoires comme l'année qui a marqué le début de changements massifs dans la façon dont nous menons notre vie.

Et bien que je comprenne que vous ayez pu lire plusieurs articles sur l'impact de COVID-19 sur divers secteurs, en tant que rédacteur de NextPit vivant dans un pays très éloigné de votre Europe (l'Inde pour être précis), je trouve obligatoire de partager avec vous mon point de vue sur l'un des secteurs les plus médiatisés sur lequel COVID-19 a eu un impact: l'e-learning.

Afin de prolonger une série d'articles lancée par mes confrères Ben et Antoine, l'objectif de cet article est d'expliquer en quoi, et selon moi, les outils d'apprentissage en ligne ont eu un impact positif sur la vie de millions de personnes vivant dans les pays émergents comme l'Inde.

Mais d'abord, vous devez savoir que...

E-learning pendant le confinement: On n'est pas tous à la même école

Si les pays développés du monde entier ont effectué une transition relativement généralisée, malgré certains accros notables, vers l'apprentissage en ligne, on ne peut pas en dire autant des pays qui ne disposent pas de ressources financières ou d'infrastructures numériques nécessaires à ce passage à l'enseignement à distance.

Fin août 2020, près de 27% des élèves en Inde n'avaient toujours pas accès à un smartphone ou un PC portable pour suivre des cours en ligne. Ici, en Inde, un vaste pays qui est aussi l'un des plus durement touchés par le Covid-19, le passage de l'éducation hors ligne à l'éducation en ligne a été beaucoup plus difficile.

La grande majorité des habitants du pays vivant encore dans des zones rurales - souvent avec peu ou pas d'options de connectivité, l'adaptation au monde moderne et clinquant de l'e-learning a d'abord été considérée comme une douce utopie.

Cependant, à la grande surprise des Indiens eux-mêmes, le pays a vu une augmentation massive du nombre d'étudiants qui suivent des cours en ligne. Ce qui est encore plus surprenant, c'est le fait que nombre de ces participants étaient souvent des personnes appartenant aux classes populaires de la société indienne qui - comme je l'ai mentionné précédemment - avaient un accès limité à quelque chose d'aussi rudimentaire pour certains d'entre vous comme un smartphone.

Cependant, comme le proverbial point positif, la pandémie a réussi en très peu de temps à faire entrer des millions de personnes jusqu'alors "hors ligne" dans le monde virtuel de l'apprentissage en ligne. Ce qui est intéressant dans ce changement, c'est que la pandémie a invariablement aidé les enseignants et leurs élèves à élargir leurs horizons et à se pencher sur des domaines d'intérêt dont ils ignoraient l'existence. Ou en tout cas, elle les y a forcés.

Des profs forcés de devenir plus technophiles

L'une des retombées positives de la pandémie actuelle est qu'elle a, à elle seule, forcé les enseignants à adopter de nouvelles méthodes d'enseignement et à améliorer leurs compétences numériques. En l'espace de neuf mois relativement courts, il est devenu courant pour les étudiants et les enseignants, même dans les coins les plus reculés du pays, d'utiliser leurs smartphones ou leurs tablettes à 100 dollars pour transmettre des connaissances ou pour acquérir des connaissances.

Pour les enseignants, la pandémie leur a également permis d'affiner leurs compétences en tant que formateurs à plein temps dans le domaine de l'apprentissage en ligne. De nombreux enseignants du primaire et du secondaire qui n'avaient jamais utilisé de smartphones ou d'ordinateurs portables auparavant ont dû s'adapter au changement et donner des conférences par le biais d'appels Zoom et d'équipes Microsoft en l'espace de quelques mois seulement.

L'une de mes cousines, qui est professeure dans un lycée de Mumbai, peut maintenant être vue en train de travailler sur un ordinateur portable pendant des heures pour peaufiner des présentations PowerPoint avant d'assister à son cours en ligne. Il y a neuf mois à peine, cette même personne n'aurait presque jamais utilisé un ordinateur portable, et encore moins fait une présentation complète.

Ce changement de paradigme a non seulement permis aux enseignants de devenir plus compétents en matière de technologie, mais il leur permet également de mieux se connecter avec leurs élèves. La vitesse à laquelle les choses se sont transformées est ahurissante. Le gouvernement indien a également joué un rôle clé dans cette transformation en finançant près de 40% du parc étudiant national en équipements et infrastructures NTIC.

Les étudiants tirent leur épingle du jeu

Si les enseignants indiens ont certainement bénéficié du passage à l'e-learning, les principaux bénéficiaires de cette évolution sont - à juste titre - les étudiants. Pour une grande majorité d'entre eux, l'ouverture de l'e-learning grâce à COVID-19 leur a permis d'accéder à des ressources et à des centres d'échanges et d'informations auxquels ils n'avaient tout simplement pas accès jusqu'alors.

En Inde, il n'est pas rare que les parents tiennent leurs enfants à l'écart d'Internet pour les protéger des "dangers" qui sont généralement liés à Internet. Pour dire les choses franchement, Internet était généralement considéré comme une chose dont il fallait se tenir à l'écart.

L'avènement de l'apprentissage en ligne a toutefois réussi à renverser complètement cette mentalité. Pour la première fois, les parents ont commencé à associer l'internet à quelque chose de positif, autre que la pornographie (qui est sévèrement encadrée et en partie illicite dans le pays) Les choses en sont arrivées à un stade où les parents aisés investissent maintenant volontiers de l'argent pour acheter à leurs enfants les ordinateurs portables ou les smartphones les plus récents.

Cela a également entraîné une augmentation considérable du nombre d'étudiants ayant accès à un ordinateur dès le plus jeune âge. Selon les études, cela les aidera à s'intéresser à d'autres options de carrière comme le codage, l'animation et l'informatique.

Cela peut surprendre beaucoup de gens en Occident, mais en Inde, même aujourd'hui, les parents ont leur mot à dire dans le choix de la carrière de leurs enfants. Le résultat? Une grande majorité d'étudiants ne pensent tout simplement pas au-delà des cours traditionnels comme l'ingénierie, la médecine ou les sciences humaines.

Les parents ont également commencé à comprendre que les techniques d'apprentissage en ligne permettent aux étudiants d'accéder à leurs cours ou d'assister à leurs cours et de les comprendre à leur propre rythme. En outre, il est également évident que l'utilisation de vidéos, d'images et de diapositives a accru le quotient de curiosité des étudiants qui, jusqu'à présent, avaient l'habitude d'écouter les monologues "ennuyeux" des enseignants.

Si rien ne vaut l'avantage d'avoir un bon professeur à proximité des élèves pour les guider, les élèves et les parents ont lentement compris que l'apprentissage en ligne offre aux élèves une expérience quasi similaire.

Le plus grand avantage que certaines personnes de mon entourage m'ont dit avoir vécu est peut-être le fait qu'elles ont maintenant accès à de bien meilleurs enseignants que ceux auxquels elles étaient initialement confrontées. Les étudiants n'ont plus besoin de supporter des enseignants avec lesquels ils ne s'entendaient pas bien.

La transformation de l'e-lerning dans l'Inde post-Covid-19

Tout en restant sur le sujet de l'apprentissage en ligne en Inde, il serait également fallacieux de ma part de ne pas affirmer que l'espace de l'apprentissage en ligne lui-même a subi une métamorphose en un laps de temps relativement court, soit moins d'un an.

Alors que "e-learning" et "Ed-tech" étaient de simples mots à la mode que l'on n'entendait que dans les réunions d'entreprises et les cercles de start-up, ces termes sont maintenant plus largement connus et ont en quelque sorte été démocratisés.

Un autre domaine dans lequel un changement majeur s'est produit dans la manière dont les entreprises d'e-learning en Inde ont mené leurs affaires. À l'époque pré-covidienne, l'apprentissage électronique était principalement axé sur l'éducation des adultes, les cours spécialisés et, dans certains cas, la formation en entreprise.

Un changement majeur s'est produit lorsque la pandémie a forcé les entreprises de technologie électronique - et dans certains cas, des gouvernements entiers à travers le monde - à considérer l'apprentissage en ligne comme un moyen intelligent - et dans certains cas comme le seul moyen de dispenser un enseignement primaire et secondaire à des étudiants beaucoup plus jeunes.

Est-il surprenant que la start-up de tech la plus appréciée au monde - Byjus - soit basée en Inde? Ce qui est certain, c'est que l'utilisation accrue de la technologie, en particulier de l'IA, pour couvrir un large éventail d'aspects liés à l'e-learning. En fait, nous pourrions envisager un avenir où l'e-learning sera la norme et où les méthodes d'enseignement traditionnelles de la vieille école seront toutes "passées".

À lire également sur NextPit France: 

Derniers Articles

3 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Tant que les différentes méthodes d'enseignement seront appliquées, technologiques ou traditionnelles, la qualité de cette éducation pourra progresser qualitativement si toutefois les programmes "conservent" les bases indispensables nécessaires.
    Sinon, c'est-à-dire, si l'enseignement consiste à utiliser les moyens numériques comme l'alpha et l'oméga de tout apprentissage, on aboutira à un naufrage général qui permettra à seulement une frange déjà avantagée de pouvoir tirer son épingle du jeu.

    Ce qui existe déjà en France, l'invasion des GAFA dans l'Éducation nationale favorisant beaucoup ce système. L'apprentissage par l'intermédiaire d'un être humain restant primordial pour permettre une égalité des chances réelle plutôt qu'affichée.


    • Antoine Engels
      • Admin
      • Staff
      depuis 2 mois Lien du commentaire

      Après on peut débattre de la notion d'égalité des chances. Selon moi, elle ne peut pas être universaliste. Chaque élève ne peut pas exploiter une même chance de la même façon en fonction de sa situation familiale et sa classe sociale.
      Il y a égalité des chances si ces chances sont variables, proportionnées aux besoins de chaque élève.
      Du coup je reste d'accord que l'élément humain reste essentiel pour "juger" ou évaluer les besoins de chaque élève et déterminer le niveau de chances à lui donner.


      • J'ai choisi l'expression "égalité des chances" pour justement tenir compte des situations différentes et éviter un nivellement "forcément par le bas" pour verser dans un égalitarisme de mauvaise aloi qui n'a donné que de piètres résultats "en voulant bien faire".

        J'aurais probablement du écrire une "plus grande égalité des chances". Et ce sont souvent les parents qui décident pour leurs progéniture sans leur demander vraiment leur avis ce qui n'amène pas forcément les meilleurs résultats.

        Sinon je suis d'accord, chaque élève ou chaque cas ne dispose pas au départ des mêmes capacités, des mêmes moyens, des mêmes envies pour envisager le meilleur parcours scolaire ou universitaire.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition