Cloud gaming: Bloqué par Apple, Microsoft arrête son test de xCloud sur iOS

Cloud gaming: Bloqué par Apple, Microsoft arrête son test de xCloud sur iOS

Face à la politique restrictive de l'App Store d'Apple, Microsoft a décidé d'arrêter le test de son service de cloud gaming xCloud sur iPhone, comme l'a rapporté The Verge mercredi 5 août. 

Microsoft avait lancé une phase de test de xCloud, le vrai Netflix du jeu vidéo, sur iOS de manière très limitée depuis plusieurs mois. Une phase de test ouverte à 10.000 utilisateurs qui ne pouvaient jouer qu'à un seul jeu, Halo: The Masterchief Collection, et qui devait durer jusqu'au 11 septembre, comme sur Android. 

Mais face à la politique très restrictive d'Apple vis à vis des services de cloud gaming sur son App Store, Microsoft a préféré arrêter les frais et mettre fin au test sur iOS. 

"La période de test de notre projet xCloud preview TestFlight s'est terminée sur iOS et nous nous concentrons sur le cloud gaming dans le cadre du Xbox Game Pass Ultimate aux clients d'Android à partir du 15 septembre", a déclaré un porte-parole de Microsoft à The Verge.

Tous les services de cloud gaming sont bloqués par Apple

Microsoft n'est pas le seul prestataire de cloud gaming à se voir mettre des pommes dans les roues. Apple considère que les services de cloud gaming, des applications donnant accès à plusieurs jeux tiers sans passer par l'App Store, sont en violation avec les conditions de son App Store.

Comme l'a souligé 9to5mac, on peut lire dans les conditions d'approbation d'une app sur l'App Store que, "Vous pouvez offrir un seul abonnement qui est partagé entre vos propres applications et services, mais ces abonnements ne peuvent pas s’étendre aux applications ou services tiers.

Les jeux proposés dans un abonnement à des jeux doivent appartenir au développeur ou faire l’objet d’une licence exclusive (par exemple, ne pas faire partie d’une plateforme de publication de jeux). Chaque jeu doit être téléchargé directement depuis l’App Store, doit être conçu pour éviter les paiements en double par un abonné et ne doit pas désavantager les clients non abonnés."

Apple n'est pas folle, la firme sait très bien qu'elle ne pourrait pas récupérer 30% des revenus générés sur tous jeux disponibles en cloud gaming, car cela nécessiterait des modifications trop importantes des jeux proposés par les différents services. 

Le protectionnisme pour préserver Apple Arcade

Récemment, Shadow a vu ses applications iPhone et iPad être rejetées de l’App Store avant de revenir. Le problème invoqué par Apple était une violation des conditions de l'App Store sans donner plus de précisions. Mais Shadow n'est pas vraiment un service de cloud gaming, on parle plutôt de cloud computing. 

En réalité, le prolbème venait de sa fonctionnalité Quick Launch, qui permettait de lancer tous ses jeux installés depuis l'écran d'accueil, sans passer par le bureau Shadow. Une superposition à l'interface iOS qui constituait une violation au yeux d'Apple.

Et si vous cherchez les clients GeForce Now, Sony PS Now sur iPhone et iPad, vous ne les trouverez pas non plus. Même Google Stadia, qui a bien une application sur l'App Store, ne permet pas de jouer au jeux en cloud. C'est simplement une app pour gérer votre compte Stadia - c'est vraiment utile, non? Non.

En tout cas, avec cet énième retrait d'un prestataire de service de cloud gaming, les utilisateurs d'iPhone et d'iPad n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n'est Apple Arcade. Mais le service d'Apple n'a rien à voir avec l'offre de géants du gaming comme Microsoft ou Sony. 

Apple a même annoncé début juillet vouloir se concentrer sur des jeux qui génèrent de l'engagement, donc des jeux qui rendent accro, typiques de ce qu'on trouve sur mobile. Cela se ferait aux détriments de gros titres, plus qualitatifs, plus ambitieux. On est donc à des années lumière des catalogues de jeux Xbox ou Playstation en cloud.

Ne reste plus qu'à espérer que la vague de contestations d'éditeurs et développeurs tiers face à la politique restrictive de l'App Store face bouger Apple. C'est loin d'être gagné.

À lire également sur NextPit France:

Source : The Verge

Derniers Articles sur NextPit

Recommandé par NextPit

6 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Apple se referme sur eux-même. D'abord, l'arrivée des Mac ARM, puis la possibilité de lancer des apps iOS sur Mac. Et bientôt, l'obligation de passer par l'App Store pour télécharger une app pour Mac, et tant qu'à faire, l'exclusion de tout concurrent à un service d'Apple. En gros, selon Apple, quand vous achetez un iPhone, ce n'est pas pour utiliser Spotify ou les services Google. J'ai du respect pour Apple, mais je m'inquiète de la direction qu'ils sont en train de prendre.


    • Je trouve que ce blocage des services de cloud gaming est vraiment naze. D'autant que ça devrait être le dernier de leurs soucis pour sauver Apple Arcade qui ne peut être sérieusement considéré comme un concurrent des catalogues Xbox, PS ou PC.

      Encore, s'ils avaient l'ambition de relancer Arcade avec de vrais jeux ambitieux, ça se comprendrait un peu plus. Mais là, Arcade est clairement orienté mobile. Le but n'est pas de proposer une expérience console sur iPhone.

      Alors que c'est ce qu'auraient permis les services de cloud gaming tiers.

      Par contre, le côté Mac ARM je ne vois pas trop ce que ça pourrait poser comme problèmes, les dev kits sont déjà envoyés et il ne devrait pas avoir de problèmes de compatibilité avec des logiciels tiers.

      Je m'y connais vachement moins en informatique donc je suis preneur si tu as des explications sur ce point ;)


      • @Antoine

        Derrière l'affaire des Mac ARM, je pense qu'il y a un bras de fer décisif entre deux architectures: l'ARM et l'architecture x86 sur laquelle repose le fameux couple "Wintel" et qui, pour l'instant domine dans l'univers PC.
        Microsoft a déjà tenté de basculer dans l'ARM avec Windows 10 arm et la Surface Pro X. Mais pour l'instant, ça ne fonctionne pas car de nombreux logiciels n'existent que sous l'architecture x86 et doivent être emulés pour tourner sur une machine ARM, avec des pertes de performances à la clé. L'arrivée des Mac ARM pourrait pousser les développeurs à recompiler davantage de logiciels en arm natif, et s'ils le font sur Mac, ils le feront aussi pour la version Windows. L'architecture ARM prendrait alors de l'importance au détriment de la x86. La mort assurée pour Intel qui fait tout pour freiner le développement de l'ARM alors que celle-ci présente des avantages indéniables (Soc gravés en 7 nm voire 5, donc moins energivores, quand les procs Intel x86 sont gravés encore à plus de 10 nm), connectivité permanente grâce à la compatibilité 4g et bientôt 5g)


      • Ok, merci beaucoup pour ces précisions, je comprends mieux du coup l'enjeu et le risque d'enfermement si les devs ne suivent pas le jeu (ou s'ils n'en ont pas les moyens). C'est vachement intéressant en tout cas et ça me donne envie de creuser le sujet pour un futur article ;)


  • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

    Je trouve ça très décevant de la part de Apple qui à exclure la concurrence va finir par devenir une entreprise aux dérives sectaire où l'on mange Apple, on vit Apple, on parle Apple, on se réveille Apple, on écoute Apple, on joue Apple.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition